Extension Factory Builder
04/02/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 © AFP

L'ancien champion de boxe light-contact Zakaria Moumni a été gracié et libéré samedi par le roi Mohammed VI, après 17 mois de détention au Maroc, un procès jugé "inéquitable" et une campagne de soutien internationale.

A sa sortie de la prison de Salé, près de Rabat, M. Moumni, marié à une française et qui vivait en France jusqu'à son arrestation, s'est déclaré "très heureux".

"Je sens que je suis né de nouveau. Je suis heureux, très heureux. J'ai été informé il y a quelques minutes", a déclaré à l'AFP l'ex-champion qui devait être libérable en avril 2012.

"Je vais retrouver ma femme et ma famille. Je vais retrouver ma vie de nouveau", a-t-il ajouté, visiblement ému. Son épouse, Taline, qui vit en France où elle n'a pas arrêté de se battre dans les médias et auprès des ONG pour la libération de son mari incarcéré, a été la première à annoncer la relaxe de son mari.

"Il sera libéré aujourd'hui, là, dans quelques minutes. Je suis émue, heureuse, très heureuse. On va reprendre notre vie comme avant", a déclaré Taline, jointe par l'AFP depuis Paris.

"Je ne peux pas dire qui m'a informé de la décision de grâce parce que je lui ai promis la discrétion. Mais Zakaria est libre. Il a été gracié", a-t-elle poursuivi.

Zakaria Moumni, 31 ans, champion mondial de boxe light-contact en 1999, avait été arrêté en septembre 2010 dès son arrivée par avion au Maroc. Il affirme avoir signé sous la torture les aveux selon lesquels il aurait soutiré à deux Marocains 1.200 euros, en échange de la promesse de leur trouver du travail en Europe.

Lors des audiences, il a nié connaître ses accusateurs. Condamné en première instance à 36 mois de prison ferme en octobre 2010, sa peine avait été réduite en appel à 30 mois en janvier 2011. A nouveau condamné en appel en décembre, l'ex-champion devait être libéré en avril.

Des tortures et un procès "inéquitable"

Durant les audiences de son procès, le boxeur a régulièrement mis en cause la Direction de la surveillence du territoire (DST, renseignements), accusant son directeur, Abdellatif Hammouchi, de l'avoir torturé pendant quatre jours dans un centre de détention secret à Témara, près de Rabat.

A sa sortie de prison samedi, M. Moumni a été accueilli par des militants des droits de l'homme. Son père et sa mère, qui vivent au Maroc et qui n'étaient pas au courant de sa grâce, l'ont rejoint.

Sa femme, Taline Moumni, a toujours affirmé que son mari avait été condamné pour avoir "dénoncé la corruption au sein de la fédération marocaine de boxe" et pour avoir réclamé "un poste de conseiller sportif" dans l'administration, "poste auquel il avait droit en application d'un décret royal de 1967", ce que le gouvernement contestait.

Plusieurs ONG avaient qualifié son procès d'"inéquitable".

"On se réjouit de sa libération. Son procès était manifestement inéquitable. Moumni n'aurait jamais dû être en prison", a déclaré à l'AFP Eric Goldstein, le chef adjoint du bureau Maghreb Moyen-Orient de Human Rights Watch (HRW).

"Nous espérons que d'autres personnes condamnées dans des procès injustes bénéficieront de telles grâces", a ajouté M. Goldstein.
En janvier dernier, l'épouse de Zakaria Moumni avait appelé le roi à gracier son mari, lors d'une conférence de presse organisée à Paris par un collectif d'ONG.

Celles-ci avaient déclaré que cette affaire était un "très mauvais signal envoyé par les autorités marocaines, en contradiction avec le discours officiel d'ouverture et de respect des droits de la défense".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers