Extension Factory Builder
04/02/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 © AFP

L'ancien champion de boxe light-contact Zakaria Moumni a été gracié et libéré samedi par le roi Mohammed VI, après 17 mois de détention au Maroc, un procès jugé "inéquitable" et une campagne de soutien internationale.

A sa sortie de la prison de Salé, près de Rabat, M. Moumni, marié à une française et qui vivait en France jusqu'à son arrestation, s'est déclaré "très heureux".

"Je sens que je suis né de nouveau. Je suis heureux, très heureux. J'ai été informé il y a quelques minutes", a déclaré à l'AFP l'ex-champion qui devait être libérable en avril 2012.

"Je vais retrouver ma femme et ma famille. Je vais retrouver ma vie de nouveau", a-t-il ajouté, visiblement ému. Son épouse, Taline, qui vit en France où elle n'a pas arrêté de se battre dans les médias et auprès des ONG pour la libération de son mari incarcéré, a été la première à annoncer la relaxe de son mari.

"Il sera libéré aujourd'hui, là, dans quelques minutes. Je suis émue, heureuse, très heureuse. On va reprendre notre vie comme avant", a déclaré Taline, jointe par l'AFP depuis Paris.

"Je ne peux pas dire qui m'a informé de la décision de grâce parce que je lui ai promis la discrétion. Mais Zakaria est libre. Il a été gracié", a-t-elle poursuivi.

Zakaria Moumni, 31 ans, champion mondial de boxe light-contact en 1999, avait été arrêté en septembre 2010 dès son arrivée par avion au Maroc. Il affirme avoir signé sous la torture les aveux selon lesquels il aurait soutiré à deux Marocains 1.200 euros, en échange de la promesse de leur trouver du travail en Europe.

Lors des audiences, il a nié connaître ses accusateurs. Condamné en première instance à 36 mois de prison ferme en octobre 2010, sa peine avait été réduite en appel à 30 mois en janvier 2011. A nouveau condamné en appel en décembre, l'ex-champion devait être libéré en avril.

Des tortures et un procès "inéquitable"

Durant les audiences de son procès, le boxeur a régulièrement mis en cause la Direction de la surveillence du territoire (DST, renseignements), accusant son directeur, Abdellatif Hammouchi, de l'avoir torturé pendant quatre jours dans un centre de détention secret à Témara, près de Rabat.

A sa sortie de prison samedi, M. Moumni a été accueilli par des militants des droits de l'homme. Son père et sa mère, qui vivent au Maroc et qui n'étaient pas au courant de sa grâce, l'ont rejoint.

Sa femme, Taline Moumni, a toujours affirmé que son mari avait été condamné pour avoir "dénoncé la corruption au sein de la fédération marocaine de boxe" et pour avoir réclamé "un poste de conseiller sportif" dans l'administration, "poste auquel il avait droit en application d'un décret royal de 1967", ce que le gouvernement contestait.

Plusieurs ONG avaient qualifié son procès d'"inéquitable".

"On se réjouit de sa libération. Son procès était manifestement inéquitable. Moumni n'aurait jamais dû être en prison", a déclaré à l'AFP Eric Goldstein, le chef adjoint du bureau Maghreb Moyen-Orient de Human Rights Watch (HRW).

"Nous espérons que d'autres personnes condamnées dans des procès injustes bénéficieront de telles grâces", a ajouté M. Goldstein.
En janvier dernier, l'épouse de Zakaria Moumni avait appelé le roi à gracier son mari, lors d'une conférence de presse organisée à Paris par un collectif d'ONG.

Celles-ci avaient déclaré que cette affaire était un "très mauvais signal envoyé par les autorités marocaines, en contradiction avec le discours officiel d'ouverture et de respect des droits de la défense".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers