Extension Factory Builder
04/02/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 Zakaria Moumni, (d) à sa sortie de prison en compagnie de son père, le 4 février 2012 © AFP

L'ancien champion de boxe light-contact Zakaria Moumni a été gracié et libéré samedi par le roi Mohammed VI, après 17 mois de détention au Maroc, un procès jugé "inéquitable" et une campagne de soutien internationale.

A sa sortie de la prison de Salé, près de Rabat, M. Moumni, marié à une française et qui vivait en France jusqu'à son arrestation, s'est déclaré "très heureux".

"Je sens que je suis né de nouveau. Je suis heureux, très heureux. J'ai été informé il y a quelques minutes", a déclaré à l'AFP l'ex-champion qui devait être libérable en avril 2012.

"Je vais retrouver ma femme et ma famille. Je vais retrouver ma vie de nouveau", a-t-il ajouté, visiblement ému. Son épouse, Taline, qui vit en France où elle n'a pas arrêté de se battre dans les médias et auprès des ONG pour la libération de son mari incarcéré, a été la première à annoncer la relaxe de son mari.

"Il sera libéré aujourd'hui, là, dans quelques minutes. Je suis émue, heureuse, très heureuse. On va reprendre notre vie comme avant", a déclaré Taline, jointe par l'AFP depuis Paris.

"Je ne peux pas dire qui m'a informé de la décision de grâce parce que je lui ai promis la discrétion. Mais Zakaria est libre. Il a été gracié", a-t-elle poursuivi.

Zakaria Moumni, 31 ans, champion mondial de boxe light-contact en 1999, avait été arrêté en septembre 2010 dès son arrivée par avion au Maroc. Il affirme avoir signé sous la torture les aveux selon lesquels il aurait soutiré à deux Marocains 1.200 euros, en échange de la promesse de leur trouver du travail en Europe.

Lors des audiences, il a nié connaître ses accusateurs. Condamné en première instance à 36 mois de prison ferme en octobre 2010, sa peine avait été réduite en appel à 30 mois en janvier 2011. A nouveau condamné en appel en décembre, l'ex-champion devait être libéré en avril.

Des tortures et un procès "inéquitable"

Durant les audiences de son procès, le boxeur a régulièrement mis en cause la Direction de la surveillence du territoire (DST, renseignements), accusant son directeur, Abdellatif Hammouchi, de l'avoir torturé pendant quatre jours dans un centre de détention secret à Témara, près de Rabat.

A sa sortie de prison samedi, M. Moumni a été accueilli par des militants des droits de l'homme. Son père et sa mère, qui vivent au Maroc et qui n'étaient pas au courant de sa grâce, l'ont rejoint.

Sa femme, Taline Moumni, a toujours affirmé que son mari avait été condamné pour avoir "dénoncé la corruption au sein de la fédération marocaine de boxe" et pour avoir réclamé "un poste de conseiller sportif" dans l'administration, "poste auquel il avait droit en application d'un décret royal de 1967", ce que le gouvernement contestait.

Plusieurs ONG avaient qualifié son procès d'"inéquitable".

"On se réjouit de sa libération. Son procès était manifestement inéquitable. Moumni n'aurait jamais dû être en prison", a déclaré à l'AFP Eric Goldstein, le chef adjoint du bureau Maghreb Moyen-Orient de Human Rights Watch (HRW).

"Nous espérons que d'autres personnes condamnées dans des procès injustes bénéficieront de telles grâces", a ajouté M. Goldstein.
En janvier dernier, l'épouse de Zakaria Moumni avait appelé le roi à gracier son mari, lors d'une conférence de presse organisée à Paris par un collectif d'ONG.

Celles-ci avaient déclaré que cette affaire était un "très mauvais signal envoyé par les autorités marocaines, en contradiction avec le discours officiel d'ouverture et de respect des droits de la défense".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit de Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit [...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Immobilier : Zinafrik lance un mégaprojet logistique au Maroc

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le groupe marocain Zinafrik, spécialisé dans la sidérurgie, l'immobilier et la logistique, a conclu un partenariat stratégique avec[...]

Vidéo : jusqu'où ira la crise diplomatique franco-marocaine ?

Tout a commencé il y a près d'un an, le 20 février 2014, lorsque des policiers porteurs d'une convocation adressée par un juge d'instruction au directeur de la sécurité intérieure[...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

Mezouar à Paris : réconciliation en vue entre le Maroc et la France ?

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, sera à Paris vendredi 23 janvier. Objectif : "Surmonter définitivement et durablement les obstacles qui entravent la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120204164435 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120204164435 from 172.16.0.100