Extension Factory Builder
10/12/2011 à 10:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un forage de l'entreprise française Areva au Gabon à Mounana, le 10 février 2010. Un forage de l'entreprise française Areva au Gabon à Mounana, le 10 février 2010. © Coumba Sylla/AFP

Le géant nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d'un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d'uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d'une des familles et du groupe français.

Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d'un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d'uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d'une des familles et du groupe français.

C'est la première fois que le groupe minier va engager un tel processus, conformément à un accord qu'il avait conclu en 2009 avec l'association Sherpa, qui défend les intérêts des salariés d'Areva exposés à des rayonnements ionisants, a précisé à l'AFP un responsable de l'ONG, l'avocat Joseph Breham. Contactée par l'AFP, Areva a souligné que par cette décision elle ne faisait que "tenir à la lettre" ses engagements "pris en 2009 dans le cadre l'accord signé avec Sherpa".

La décision a été communiquée vendredi à Jacqueline Gaudet, la fille de l'un des deux ex-salariés concernés. Dans son courrier, dont l'AFP a eu copie, Areva indique vouloir "proposer une compensation" pour ces deux dossiers. L'association "Mounana", que préside Mme Gaudet et qui regroupe des proches d'anciens salariés français affectés sur l'ancienne mine d'uranium de Mounana au Gabon, avait soumis à Areva une liste d'une vingtaine de cas pour lesquels elle sollicitait une indemnisation.

Une première

Pour deux de ces cas, les deux médecins ayant examiné les dossiers "tendent à s'accorder sur le lien de causalité entre la pathologie et l'exposition aux rayonnements ionisants, même si cette dernière n'est pas mesurée et resterait vraisemblablement modeste", indique Areva. "En effet les pathologies entrent bien dans le cadre de ce qui est connu comme effet à long terme des rayonnements ionisants", ajoute le courrier. Pour Me Breham, "c'est la première fois qu'Areva reconnaît qu'il existe entre une maladie et des rayonnements un lien suffisamment fort pour indemniser la famille".

Areva avait été mis en cause à partir de 2003 par des associations qui menaçaient de porter plainte contre lui, et dénonçaient le taux élevé de cancers parmi les salariés ou ex-salariés de ses mines d'uranium au Gabon et au Niger. Le groupe français avait accepté en 2007 de mettre en place des "observatoires de la santé" dans les régions concernées, ouvrant la voie à d'éventuelles indemnisations. Un tel observatoire vient ainsi d'être mis en place cette semaine dans la région d'Agadez, au Niger.

Dans un documentaire sur ce sujet diffusé en France fin 2009, un ingénieur en physique nucléaire, Bruno Chareyron, avait dénoncé une "contamination tout à fait inacceptable" du sol dans la forêt près de la mine de Mounana, en particulier en radium, torium 230 et plomb 210.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : Pierre Péan, le scandale de trop

Gabon : Pierre Péan, le scandale de trop

Filiation douteuse, diplômes truqués, malversations, instigation d'assassinats... Dans son dernier livre, Pierre péan fait d'Ali Bongo Ondimba le diable en personne. Mais l'outrance est parfois mauvaise[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Gabon : une manifestation de l'opposition dispersée à coups de gaz lacrymogène

Un cortège de l'opposition gabonaise qui voulait se rendre au palais de justice de Libreville a été dispersé par les forces de l'ordre. Une délégation a néanmoins été[...]

Gabon : le virus Ebola au microscope

Spécialisé dans les maladies virales, le Centre international de recherches médicales de Franceville joue un rôle central dans le dépistage d'Ebola.[...]

France : l'Aston Martin plaquée or d'Omar Bongo vendue 43 500 euros aux enchères

Lors d'une vente auxs enchères à Lyon (France), dimanche, l'ancienne Aston Martin d'Omar Bongo Ondimba, ex-chef d'État du Gabon, a été vendue 43 500 euros.[...]

Le Gabon peut-il renouer avec les compagnies pétrolières ?

Pour augmenter sa production, Libreville a relancé l'attribution de permis offshore. Mais chez les opérateurs, on s'inquiète de la volonté de l'État de récupérer une plus[...]

Polémique : le Gabon porte plainte contre Pierre Péan pour diffamation

Suite à la publication du dernier ouvrage de Pierre Péan, dans lequel le journaliste s'en prend à la famille Bongo, Libreville contre-attaque.[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces