Extension Factory Builder
20/11/2011 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo provenant du February 17 website et diffusée le 19 novembre 2011 de Seif el-Islam Kaddafi. Photo provenant du February 17 website et diffusée le 19 novembre 2011 de Seif el-Islam Kaddafi. © DR/AFP

Les autorités libyennes ont annoncé dimanche qu'elles souhaitaient juger Seif el-Islam en Libye, malgré le mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) qui soupçonne le fils de Mouammar Kadhafi, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi, de crimes contre l'humanité.

Après le soulagement et la joie à l'annonce de l'arrestation, le sort de Seif el-Islam commençait à révéler des fissures entre la Libye et la communauté internationale, qui presse Tripoli de coopérer avec la CPI afin de garantir un "procès équitable".

Ce nouveau développement risque en tout cas de retarder l'annonce du nouveau gouvernement, qui était prévue ce dimanche. Le Premier ministre par intérim, Abdel Rahim al-Kib, a esquivé la question samedi soir.

"Procès équitable"

"Nous voulons que le procès de Seif el-Islam ait lieu en Libye car la justice locale est la règle et la justice internationale l'exception", a déclaré dimanche à l'AFP le ministre de la Justice au sein du Conseil national de transition (CNT), Mohammed al-Allagui.

"Nous avons les garanties nécessaires pour un procès équitable, en particulier après l'amendement d'une loi garantissant l'indépendance de la justice par rapport à l'exécutif", a-t-il assuré.

Longtemps présenté comme successeur potentiel de son père, Seif el-Islam fait depuis le 27 juin l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité. Il est soupçonné d'avoir joué un "rôle-clé dans la mise en oeuvre d'un plan" conçu par son père pour "réprimer par tous les moyens" le soulèvement populaire entamé mi-février.

Dès samedi, les appels se sont multipliés pour que les autorités libyennes coopèrent avec la CPI afin d'assurer un procès équitable à Seif el-Islam. Et des organisations comme Amnesty International et Human Rights Watch avaient appelé le CNT à livrer le prisonnier à la justice internationale.

La CPI a indiqué samedi soir que la Libye avait l'obligation de lui remettre Seif el-Islam, sans toutefois exclure la possibilité que le procès ait lieu dans son pays.

Dans l'immédiat, Seif el-Islam était toujours aux mains des anciens combattants rebelles de Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli.

Un traitement "selon les lois internationales"

"Pour le moment, il est chez nous à Zenten. Nous allons lui garantir le traitement réservé aux prisonniers, selon les lois internationales", a déclaré le chef du Conseil militaire de Zenten, Oussama Jouili, assurant que la décision de le maintenir sur place ou de le transférer "dans un autre lieu" serait prise par le nouveau gouvernement (en cours de formation).

"On doit attendre le nouveau gouvernement pour décider de son sort", a ajouté Ahmed Amer, l'un des combattants ayant participé à sa capture.

Les autorités libyennes tiennent surtout à éviter une répétition du scénario qui a conduit à la mort de Mouammar Kadhafi et de son fils Mouatassim, tous deux tués après avoir été capturés vivants le 20 octobre à Syrte (est).

Agé de 39 ans, Seif el-Islam a longtemps semblé vouloir moderniser son pays et normaliser les relations avec l'Occident. Mais dès le déclenchement de l'insurrection à la mi-février, il n'a eu de cesse de tenir un langage guerrier, tentant bec et ongles de sauver le régime de son père.

Les membres de la brigade qui l'a arrêté à 01H30 dans la nuit de vendredi à samedi dans la région de Wadi al-Ajal (sud-ouest de la Libye) ont raconté l'avoir pris en embuscade alors qu'il se trouvait avec cinq collaborateurs armés, dans un convoi de deux voitures.

"Il n'a pas vraiement eu peur"

Plusieurs ont dit avoir été surpris "par son calme et son courage". "Il n'a pas vraiment eu peur", a assuré M. Amer. "Il nous a demandé de lui tirer une balle dans la tête ou qu'on l'amène à Zenten", a raconté Al-Ajmi al-Atiri, le chef de la brigade.

Des images tournées avec une caméra par un combattant ex-rebelle l'ont montré descendant de l'avion dans une grande pagaille à son arrivée à Zenten. Il arborait une barbe poivre et sel, sans manifester d'émotion, et semblait en bonne santé, à l'exception de doigts bandés.

Selon des chefs militaires pro-CNT, il avait été blessé il y a un mois dans le bombardement de son convoi par l'Otan alors qu'il quittait Bani Walid peu avant la chute de ce bastion pro-Kadhafi au sud-est de Tripoli.

Seif el-Islam était le dernier des fils de Mouammar Kadhafi encore recherché. Trois de ses frères ont été tués pendant le conflit, tandis que les autres enfants de l'ancien dirigeant ont trouvé refuge en Algérie et au Niger.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

France : Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l'histoire de l'immigration

L'historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora a été nommé vendredi par le Premier ministre français Manuel Valls à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigrat[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers