Extension Factory Builder
27/08/2011 à 10:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents Yoweri Museveni (C), Jacob Zuma (D) et Ismal Omar Guelleh. Les présidents Yoweri Museveni (C), Jacob Zuma (D) et Ismal Omar Guelleh. © Simon Maina/AFP

L'Union africaine a refusé vendredi de reconnaître la légitimité du Conseil national de transition en Libye, jugeant la situation militaire encore trop instable, et réitérant à la place ses appels au dialogue, pourtant restés sans réponse depuis le début du conflit.

"Le CNT est en train de prendre (le contrôle de) Tripoli et ils disent qu'ils ont conquis la ville, mais il y a encore des combats", a relevé le président sud-africain Jacob Zuma.

"Donc nous ne pouvons pas dire que c'est la force qui est légitime maintenant", a poursuivi M. Zuma, s'exprimant au nom de l'UA à l'issue d'un mini-sommet de cette organisation à son siège d'Addis Abeba.

Gouvernement de transition

Sans jamais mentionner explicitement le CNT dans son communiqué final, ni d'ailleurs le régime déchu de Mouammar Kadhafi, l'UA a appelé à la formation d'un "gouvernement de transition incluant toutes les parties, qui serait le bienvenu pour occuper un siège à l'Union africaine".

Une façon de signifier que le CNT ne pouvait prétendre à ce siège. "Le siège de la Libye à l'Union africaine est actuellement vacant. Si un gouvernement consensuel et inclusif voit le jour demain et qu'il propose un ambassadeur auprès de l'UA, ce dernier sera le bienvenu", a commenté auprès de l'AFP le porte-parole de la Commission, Noureddine Mezni.

Plusieurs diplomates interrogés par l'AFP ont estimé que la Libye était de facto suspendue de l'Union africaine, soulignant toutefois que le Conseil de paix et de sécurité de l'UA n'avait pas, contrairement à l'usage, officialisé cette suspension.

L'UA en porte-à-faux

Les responsables de l'UA ont refusé de préciser si des partisans du colonel Kadhafi pourraient participer au gouvernement d'union qu'ils appellent de leurs voeux. "Nous n'avons décrit aucune des parties, il y a beaucoup de parties impliquées dans le conflit", a fait valoir M. Zuma.

L'UA se retrouve en tout cas en porte-à-faux avec une partie de ses membres, car au moins une dizaine de pays africains, sur un total de 54, ont reconnu le CNT, parmi lesquels l'Ethiopie, le Burkina Faso, le Tchad, le Nigeria, le Sénégal, la Gambie, la Côte d'Ivoire et le Rwanda.

M. Zuma a estimé que ces pays avaient agi à titre individuel, et que "l'UA était unie sur la position" arrêtée vendredi.

Toutefois, pour l'ambassadeur de Libye en Ethiopie, Ali Awdian, interrogé par l'AFP, "ce n'est qu'une question de temps" avant que l'UA reconnaisse le CNT. "Ils reconnaissent que le régime de Kadhafi est terminé. Ils ne l'ont pas mentionné aujourd'hui car ils savent qu'il est terminé", a poursuivi M. Awdian, qui a lui-même récemment fait allégeance au CNT.

L'UA a tenté en vain tout au long du conflit libyen d'engager une médiation entre les rebelles du CNT et le régime de Mouammar Kadhafi, ce que les premiers ont rejeté en posant comme préalable le départ du "guide" de la révolution libyenne.

Les rebelles n'ont pas caché leur suspicion quant à la neutralité de l'UA, traditionnellement proche du colonel Kadhafi, un des promoteurs les plus acharnés de l'unité africaine, et plus prosaïquement un des principaux contributeurs au budget de l'organisation continentale, en plus de faire profiter de ses largesses nombre de régimes africains.

De leur côté, les responsables de l'UA estiment que leurs efforts de paix en Libye ont été sabotés par l'intervention militaire de l'Otan contre le régime Kadhafi, menée selon eux au prix d'une distorsion du mandat initial de l'Onu visant à protéger les populations civiles.

"Pour des raisons multiples, nos efforts n'ont pas abouti aux résultats escomptés", a reconnu le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, en ouvrant vendredi les débats du Conseil de paix et de sécurité de l'organisation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : une infirmière philippine enlevée et violée par un groupe armé à Tripoli

Libye : une infirmière philippine enlevée et violée par un groupe armé à Tripoli

Une infirmière philippine a été enlevée et violée à Tripoli mercredi par un groupe armé. Elle a été libérée au bout de quelques heures.[...]

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Libye : la France a évacué ses ressortissants

Une cinquantaine de Français et plusieurs Britanniques ont été évacués de Libye par la mer mercredi. Un rapatriement qui intervient alors que les combats se poursuivent dans les villes de[...]

Libye : des islamistes s'emparent de la principale base militaire de Benghazi

Une alliance de groupes islamistes et jihadistes, dont fait partie Ansar Asharia, s'est emparée mardi du quartier général des forces spéciales libyennes à Benghazi, principale base militaire de[...]

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

L'incendie qui ravage un important site de stockage de carburant près de l'aéroport de Tripoli était toujours hors de contrôle, mardi. Le gouvernement libyen a fait appel à l'aide[...]

Libye : un avion des forces loyales à Khalifa Haftar s'écrase à Benghazi

Un avion militaire engagé au côté du général dissident Khalifa Haftar s'est écrasé mardi à Benghazi, où des combats font rage depuis samedi.[...]

Libye : l'incendie d'immenses réservoirs de carburant menace Tripoli

Un tir de roquette a provoqué dimanche l'incendie de vastes réservoirs de carburant près de Tripoli. Le gouvernement évoque une situation "très dangereuse", les flammes menaçant[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Libye : 100 morts dans des combats entre milices, les Occidentaux quittent le pays

L'escalade des violences en Libye a poussé dimanche des capitales occidentales à rappeler leurs ressortissants. Près de 100 personnes ont été tuées en deux semaines de combats entre [...]

Libye : 38 morts dans des affrontements à Benghazi

Au moins 38 personnes, des soldats pour la plupart, ont été tuées et 50 blessées dans de violents combats entre armée et groupes islamistes ces dernières 24 heures à Benghazi dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers