Extension Factory Builder
27/08/2011 à 10:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents Yoweri Museveni (C), Jacob Zuma (D) et Ismal Omar Guelleh. Les présidents Yoweri Museveni (C), Jacob Zuma (D) et Ismal Omar Guelleh. © Simon Maina/AFP

L'Union africaine a refusé vendredi de reconnaître la légitimité du Conseil national de transition en Libye, jugeant la situation militaire encore trop instable, et réitérant à la place ses appels au dialogue, pourtant restés sans réponse depuis le début du conflit.

"Le CNT est en train de prendre (le contrôle de) Tripoli et ils disent qu'ils ont conquis la ville, mais il y a encore des combats", a relevé le président sud-africain Jacob Zuma.

"Donc nous ne pouvons pas dire que c'est la force qui est légitime maintenant", a poursuivi M. Zuma, s'exprimant au nom de l'UA à l'issue d'un mini-sommet de cette organisation à son siège d'Addis Abeba.

Gouvernement de transition

Sans jamais mentionner explicitement le CNT dans son communiqué final, ni d'ailleurs le régime déchu de Mouammar Kadhafi, l'UA a appelé à la formation d'un "gouvernement de transition incluant toutes les parties, qui serait le bienvenu pour occuper un siège à l'Union africaine".

Une façon de signifier que le CNT ne pouvait prétendre à ce siège. "Le siège de la Libye à l'Union africaine est actuellement vacant. Si un gouvernement consensuel et inclusif voit le jour demain et qu'il propose un ambassadeur auprès de l'UA, ce dernier sera le bienvenu", a commenté auprès de l'AFP le porte-parole de la Commission, Noureddine Mezni.

Plusieurs diplomates interrogés par l'AFP ont estimé que la Libye était de facto suspendue de l'Union africaine, soulignant toutefois que le Conseil de paix et de sécurité de l'UA n'avait pas, contrairement à l'usage, officialisé cette suspension.

L'UA en porte-à-faux

Les responsables de l'UA ont refusé de préciser si des partisans du colonel Kadhafi pourraient participer au gouvernement d'union qu'ils appellent de leurs voeux. "Nous n'avons décrit aucune des parties, il y a beaucoup de parties impliquées dans le conflit", a fait valoir M. Zuma.

L'UA se retrouve en tout cas en porte-à-faux avec une partie de ses membres, car au moins une dizaine de pays africains, sur un total de 54, ont reconnu le CNT, parmi lesquels l'Ethiopie, le Burkina Faso, le Tchad, le Nigeria, le Sénégal, la Gambie, la Côte d'Ivoire et le Rwanda.

M. Zuma a estimé que ces pays avaient agi à titre individuel, et que "l'UA était unie sur la position" arrêtée vendredi.

Toutefois, pour l'ambassadeur de Libye en Ethiopie, Ali Awdian, interrogé par l'AFP, "ce n'est qu'une question de temps" avant que l'UA reconnaisse le CNT. "Ils reconnaissent que le régime de Kadhafi est terminé. Ils ne l'ont pas mentionné aujourd'hui car ils savent qu'il est terminé", a poursuivi M. Awdian, qui a lui-même récemment fait allégeance au CNT.

L'UA a tenté en vain tout au long du conflit libyen d'engager une médiation entre les rebelles du CNT et le régime de Mouammar Kadhafi, ce que les premiers ont rejeté en posant comme préalable le départ du "guide" de la révolution libyenne.

Les rebelles n'ont pas caché leur suspicion quant à la neutralité de l'UA, traditionnellement proche du colonel Kadhafi, un des promoteurs les plus acharnés de l'unité africaine, et plus prosaïquement un des principaux contributeurs au budget de l'organisation continentale, en plus de faire profiter de ses largesses nombre de régimes africains.

De leur côté, les responsables de l'UA estiment que leurs efforts de paix en Libye ont été sabotés par l'intervention militaire de l'Otan contre le régime Kadhafi, menée selon eux au prix d'une distorsion du mandat initial de l'Onu visant à protéger les populations civiles.

"Pour des raisons multiples, nos efforts n'ont pas abouti aux résultats escomptés", a reconnu le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, en ouvrant vendredi les débats du Conseil de paix et de sécurité de l'organisation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens ajourné au 27 avril

La Cour pénale de Tripoli a décidé lundi d'ajourner au 27 avril le procès de 37 proches de Mouammar Kaddafi, dont son fils Seif el-Islam.[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens pourrait être ajourné

Censé s'ouvrir lundi, le procès de Seif el-Islam Kaddafi et d'une trentaine de responsables du régime déchu pourrait être reporté.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers