Extension Factory Builder
06/08/2011 à 17:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation à Benghazi,le 31 juillet dernier, en hommage à Abdel Fatah Younès. Manifestation à Benghazi,le 31 juillet dernier, en hommage à Abdel Fatah Younès. © AFP

Moustapha Abdeljalil, le président du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion libyenne, a appelé samedi à l'unité dans la lutte contre le colonel Mouammar Kadhafi et son régime.

Je voudrais envoyer un message à tous les Libyens en zone libérée: nous devons mobiliser toutes nos forces pour libérer le reste du pays, a déclaré M. Abdeljalil au cours d'un point de presse.

"Il est encore trop tôt à présent pour parler de notre vision de la future Libye. Le combat doit être notre priorité, et nous devons être unis pour cela", a lancé M. Abdeljalil, depuis le quartier général du CNT à Benghazi, capitale rebelle dans l'est du pays.

Le président du CNT s'exprimait une semaine après l'assassinat dans des circonstances mystérieuses du chef d'état-major de la rébellion, le général Abdel Fatah Younès.

Rallié à la rébellion après avoir été un pilier du régime de Mouammar Kadhafi, le général Younès avait été tué après avoir été rappelé du front pour un interrogatoire à Benghazi.

Enquête en cours sur la mort de Younès

L'assassinat a suscité d'intenses spéculations sur l'identité des meurtriers, les divisions au sein de la rébellion, ou l'existence d'une possible cinquième colonne derrière les lignes rebelles.

"L'enquête lancée par le CNT est toujours en cours et révélera bientôt le noms des coupables et les circonstances de l'incident", a assuré M. Abdeljalil.

"Les éléments de la révolution ne commettraient jamais un tel crime, en particulier en ce moment critique, a-t-il cependant affirmé. Quiconque a agi ainsi est un partisan de Kadhafi, a-t-il insisté.

Outre les spéculations sur les auteurs, l'assassinat du général Younès a suscité une vague de critiques contre le CNT, dont plusieurs responsables avaient signé l'ordre de le rappeler du front.

La Coalition du 17 février, qui regroupe associations et organisations impliquées dans le soulèvement populaire contre le régime à Benghazi, puis dans la mise en place des institutions rebelles, ont ainsi réclamé le limogeage de trois ministres.

Les proches du général Younès, ainsi que les membres de sa tribu d'origine, les Al-Obeïdi, ont également exigé que toute la lumière sois faite. "Nous sommes en contact avec les proches du chef d'état-major, a assuré à ce propos M. Abdeljalil.

Appel au rassemblement

Il a réitéré son appel aux différents groupes armés rebelles encore déployés dans les rues de Benghazi pour qu'ils intègrent au plus vite les forces de sécurité du CNT.

Interrogé sur le sort de Khamis Kadhafi, plus jeune fils du colonel Kadhafi, dont un porte-parole militaire rebelle avait annoncé la mort vendredi dans un bombardement de l'Otan, le président a simplement commenté : "Je n'ai pas d'information à ce sujet".

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le ra[...]

Libye : au moins quatre morts dans les combats entre les islamistes et les hommes de Khalifa Haftar

Selon des sources militaires libyennes, des combats ont opposé, dimanche, des milices islamistes aux partisans du général Khalifa Haftar, à Tripoli. Le premier bilan fait état d'au moins quatre[...]

Libye : au mois 356 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 356 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'Est libyen tombée en juillet[...]

Libye : au mois 340 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 340 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'est libyen tombée en juillet[...]

Libye : deux voitures piégées explosent près des ambassades d'Égypte et des Émirats

Les explosions de deux voitures piégées, jeudi, près des ambassades fermées d'Égypte et des Émirats arabes unis ont fait au moins trois blessés.[...]

Financement de la campagne de Sarkozy : retrouvailles houleuses entre Kanté et Dupuydauby

L'homme d'affaires malien Bany Kanté a fini par reconnaître devant les juges qu'il connaissait Jacques Dupuydauby, PDG de Progosa. C'est dans l'affaire du financement présumé de la campagne de Nicolas[...]

Libye : deux médecins ukrainiens libérés

Deux médecins ukrainiens enlevés en septembre en Libye ont été libérés, a annoncé samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine, ajoutant que[...]

Libye : Abderrazak Nadhouri, sabre au clair contre les jihadistes

Nommé chef d'état-major de l'armée en août, ce quinquagénaire à l'allure débonnaire mène contre les jihadistes une guerre moins médiatisée que celle en[...]

Libye : le Parlement de Tobrouk rejette son invalidation par la Cour suprême

Le Parlement libyen de Tobrouk, issu du scrutin du 25 juin, a rejeté la décision de la Cour suprême libyenne d'invalider son élection. Il estime que celle-ci a été arrachée[...]

Libye : le Parlement issu des élections du 25 juin invalidé par la Cour suprême

Selon l'agence libyenne Lana, la Cour suprême a invalidé jeudi le Parlement issu des élections de 25 juin. Une institution pourtant reconnue par la communauté internationale.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers