Extension Factory Builder
10/07/2011 à 16:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants scandent des slogans lors d'un rassemblement sur la place Tahir, le 10 juillet. Des manifestants scandent des slogans lors d'un rassemblement sur la place Tahir, le 10 juillet. © AFP

Les manifestants qui occupent la place Tahrir au Caire ont promis dimanche de poursuivre leur mouvement en faveur de plus de réformes et de justice, en dépit de mesures d'apaisement annoncées samedi soir par le Premier ministre, Essam Charaf.

Les manifestants, qui ont passé leur deuxième nuit dans un village de tentes au milieu du vaste carrefour fermé à la circulation, se sont déclarés déterminés à ne pas quitter les lieux avant d'avoir obtenu satisfaction.

« Plus nous resterons sur la place, plus on répondra à nos revendications », a lancé Dina Mohammed, une militante. « Puisque nous n'avons pas d'opposition forte, nous devons utiliser la manifestation », a-t-elle expliqué.

Plusieurs mouvements de jeunes pro-démocratie, très actifs sur internet, ont également appelé à la poursuite de l'occupation de ce haut lieu du soulèvement contre le président Hosni Moubarak en début d'année.

Un piquet de grève a été formé au sud de la place devant la « Mougamma », un immense complexe gouvernemental, emblématique de l'appareil administratif tentaculaire du pays.

« Nous avons réussi à convaincre beaucoup d'employés de ne pas aller au travail », a expliqué Ghada Shahbender, une militante des droits de l'Homme qui manifeste régulièrement place Tahrir depuis près de six mois.

Mesures insuffisantes

Après deux semaines de tensions croissantes marquées par des affrontements entre la police et les manifestants, le Premier ministre s'est engagé à satisfaire certaines revendications à travers une série de mesures annoncées lors d'un discours télévisé.

M. Charaf a ainsi annoncé le renvoi des policiers accusés d'avoir tué des manifestants lors du soulèvement anti-Moubarak en janvier et février.

Il a également promis une justice plus rapide et plus ferme pour les personnes tenues responsables de ces violences -- qui ont fait officiellement près de 850 tués civils -- ainsi que pour les notables de l'ancien régime jugés pour corruption.

Au sujet des réformes sociales, il s'est cependant contenté d'annoncer avoir demandé au Ministre de la solidarité sociale de prendre en charge les problèmes de sécurité sociale, d'éducation, de salaires et de retraites.

Ce discours a été accueilli sans enthousiasme par les manifestants, qui jugent ces mesures insuffisantes et accusent Premier ministre d'être trop faible face au Conseil militaire chargé de diriger le pays.

Pour Magdy Mossaad, venu manifester place Tahrir, « le Premier ministre est face à une fuite d'eau, et au lieu de fermer de robinet il essaye de ramasser l'eau à la main ».

M. Charaf « a répondu à une seule de nos revendications », a regretté Riham Adbel Salam, 23 ans, celle sur les policiers accusés de meurtres.

Tourner la page des années Moubarak

Les manifestants exigent en effet le renvoi et la mise en examen de tous les policiers impliqués dans des affaires de meurtres ou de torture, pendant la révolte de janvier-février mais aussi avant.

Ils réclament aussi la fin des procès militaires pour les civils et l'éviction de l'ensemble des membres de l'ancien régime encore présents dans sphères du pouvoir et de la haute administration.

Plusieurs dizaines de membres du régime déchu ou de proches du clan Moubarak sont actuellement jugés pour les violences contre les manifestants, ou pour de multiples affaires de corruption. Plusieurs anciens ministres ont déjà été condamnés.

Mais une récente multiplication de relaxes, de libérations sous caution ou de renvois de procès, dans des affaires concernant des anciens ministres, des hommes d'affaires ou des policiers, a relancé les accusations sur le manque de détermination du nouveau pouvoir à tourner la page des années Moubarak.

L'ancien président, hospitalisé à Charm el-Cheikh, une station touristique au bord de la mer Rouge, doit être jugé, avec ses deux fils Alaa et Gamal, à partir du 3 août.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers