Extension Factory Builder
02/07/2011 à 10:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans un bureau de vote de Casablanca, le 1er juillet. Dans un bureau de vote de Casablanca, le 1er juillet. © Reuters

Les Marocains ont voté vendredi à une écrasante majorité pour le "oui" au référendum sur le projet de révision constitutionnelle, selon les résultats quasi définitifs communiqués dans la nuit par le ministère de l'Intérieur.

Plus de 98% des électeurs ont voté pour le "oui" dans 94% des bureaux de vote, a déclaré le ministre de l'Intérieur marocain Taib Cherkaoui. Ce dernier a également indiqué que le taux de participation a atteint 72,65% dans les 94% des bureaux de vote où le dépouillement a eu lieu.

Ce référendum, le premier du règne du roi Mohammed VI qui a accédé au pouvoir en 1999, renforce les pouvoirs du Premier ministre et du parlement tout en préservant le prééminence politique et religieuse du monarque.

"Climat serein"

L'issue positive de scrutin était considérée par les observateurs comme "acquise".

Ouvert à plus de 13 millions de Marocains, le scrutin s'est déroulé jusqu'au soir dans les 40.000 bureaux mis en place, y compris au Sahara occidental.

M. Cherkaoui, a jugé que "le référendum s'est déroulé dans un climat serein qui a montré le degré d'interaction entre le peuple et le contenu du projet de constitution".

"Les jeunes de moins de 35 ans représentent 30% des votants", a-t-il ajouté.

"Résultat ridicule"

Le Mouvement des jeunes contestataires du 20 février, qui revendique plus de 62.000 membres et qui avait appelé au boycott, a contesté ce résultat.

"C'est un référendum illégal car il a été marqué par des violations massives du principe démocratique. Les autorités ont profité des conditions sociales des gens et les ont forcés à aller voter pour le "oui"", a déclaré à l'AFP Najib Chaouki, un membre du Mouvement du 20 février.

"Le Mouvement va manifester pacifiquement dimanche pour protester contre ce résultat ridicule", a-t-il ajouté.

"Je suis venue spontanément, sans aucune contrainte, pour dire "oui" à l'appel du roi", a déclaré fièrement Halima Zaidi qui s'est rendue vendredi au bureau de vote de Sidi Moumen, un fief islamiste de Casablanca..

C'est de ce quartier pauvre de la ville qu'étaient issus les kamikazes qui ont perpétré le 16 mai 2003 un attentat provoquant la mort de 47 personnes.

"Je préfère ne pas dire si j'ai voté pour ou contre cette constitution", a expliqué une femme voilée à la sortie d'un autre bureau de vote du quartier. "J'ai voté selon ma conscience. L'essentiel c'est que j'ai voté".

Les opérations de vote se sont tenues sous la surveillance de 136 observateurs marocains appartenant à la société civile et placés sous la supervision du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, officiel), a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la communication.

A Paris, des centaines de Marocains votaient au consulat, les bureaux de vote étant ouverts jusqu'à dimanche soir à l'étranger. "Quand il y a un changement qui tient la route, la moindre des choses c'est de prendre la peine de voter", a estimé Mounir, 26 ans, consultant dans une banque.

Les médias publics, la majorité des journaux, les principaux partis politiques, les grands syndicats et les mosquées du royaume ont invité à voter "oui" lors d'une courte campagne de 10 jours.

Le projet de Constitution vise à "consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale", avait déclaré Mohammed VI dans un discours adressé à la nation le 17 juin.

Le Premier ministre, issu du parti vainqueur aux élections, aura la possibilité de dissoudre la chambre des représentants, ce qui était du seul attribut du roi avant le projet de réformes, prévoit notamment le texte.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, d'en reproduire la recette. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex