Extension Factory Builder
02/07/2011 à 10:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans un bureau de vote de Casablanca, le 1er juillet. Dans un bureau de vote de Casablanca, le 1er juillet. © Reuters

Les Marocains ont voté vendredi à une écrasante majorité pour le "oui" au référendum sur le projet de révision constitutionnelle, selon les résultats quasi définitifs communiqués dans la nuit par le ministère de l'Intérieur.

Plus de 98% des électeurs ont voté pour le "oui" dans 94% des bureaux de vote, a déclaré le ministre de l'Intérieur marocain Taib Cherkaoui. Ce dernier a également indiqué que le taux de participation a atteint 72,65% dans les 94% des bureaux de vote où le dépouillement a eu lieu.

Ce référendum, le premier du règne du roi Mohammed VI qui a accédé au pouvoir en 1999, renforce les pouvoirs du Premier ministre et du parlement tout en préservant le prééminence politique et religieuse du monarque.

"Climat serein"

L'issue positive de scrutin était considérée par les observateurs comme "acquise".

Ouvert à plus de 13 millions de Marocains, le scrutin s'est déroulé jusqu'au soir dans les 40.000 bureaux mis en place, y compris au Sahara occidental.

M. Cherkaoui, a jugé que "le référendum s'est déroulé dans un climat serein qui a montré le degré d'interaction entre le peuple et le contenu du projet de constitution".

"Les jeunes de moins de 35 ans représentent 30% des votants", a-t-il ajouté.

"Résultat ridicule"

Le Mouvement des jeunes contestataires du 20 février, qui revendique plus de 62.000 membres et qui avait appelé au boycott, a contesté ce résultat.

"C'est un référendum illégal car il a été marqué par des violations massives du principe démocratique. Les autorités ont profité des conditions sociales des gens et les ont forcés à aller voter pour le "oui"", a déclaré à l'AFP Najib Chaouki, un membre du Mouvement du 20 février.

"Le Mouvement va manifester pacifiquement dimanche pour protester contre ce résultat ridicule", a-t-il ajouté.

"Je suis venue spontanément, sans aucune contrainte, pour dire "oui" à l'appel du roi", a déclaré fièrement Halima Zaidi qui s'est rendue vendredi au bureau de vote de Sidi Moumen, un fief islamiste de Casablanca..

C'est de ce quartier pauvre de la ville qu'étaient issus les kamikazes qui ont perpétré le 16 mai 2003 un attentat provoquant la mort de 47 personnes.

"Je préfère ne pas dire si j'ai voté pour ou contre cette constitution", a expliqué une femme voilée à la sortie d'un autre bureau de vote du quartier. "J'ai voté selon ma conscience. L'essentiel c'est que j'ai voté".

Les opérations de vote se sont tenues sous la surveillance de 136 observateurs marocains appartenant à la société civile et placés sous la supervision du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, officiel), a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la communication.

A Paris, des centaines de Marocains votaient au consulat, les bureaux de vote étant ouverts jusqu'à dimanche soir à l'étranger. "Quand il y a un changement qui tient la route, la moindre des choses c'est de prendre la peine de voter", a estimé Mounir, 26 ans, consultant dans une banque.

Les médias publics, la majorité des journaux, les principaux partis politiques, les grands syndicats et les mosquées du royaume ont invité à voter "oui" lors d'une courte campagne de 10 jours.

Le projet de Constitution vise à "consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale", avait déclaré Mohammed VI dans un discours adressé à la nation le 17 juin.

Le Premier ministre, issu du parti vainqueur aux élections, aura la possibilité de dissoudre la chambre des représentants, ce qui était du seul attribut du roi avant le projet de réformes, prévoit notamment le texte.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Le marocain Saham s'implante au Nigeria

Saham a acquis 40% de la société nigériane d'assurance non-vie Unitrust Insurance. Pénétrant sur le troisième marché du continent et l'un des plus prometteurs.[...]

Un ressortissant français et sa fille retrouvés mort dans le centre du Maroc

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce double homicide remonte à une semaine et aurait été motivé par le vol. Trois suspects ont été arrêtés,[...]

Exclusif : le fonds souverain de la Norvège se tourne vers Casablanca

 Le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec un total d'actif de 878 milliards de dollars, vient de placer le Maroc sur ses radars.[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Maroc : la BERD prête 100 millions d'euros à Banque centrale populaire

 La BERD a accordé une ligne de financement de 100 millions d'euros à Banque centrale populaire pour renforcer les prêts accordés des micro-entreprises et des PME marocaines.[...]

Vidéo - Maroc : le prince Moulay Rachid se marie, un événement haut en couleurs

Le Maroc célèbre sur trois jours le mariage du prince Moulay Rachid, frère du roi Mohammed VI et deuxième dans l'ordre de la succession monarchique. Un événement dans la vie de la[...]

Afrique francophone : et les meilleures business schools en 2014 sont...

Engagées dans une course à la reconnaissance, les écoles de commerce s'internationalisent et se diversifient. Jeune Afrique a passé au crible les établissements d'Afrique francophone,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers