Extension Factory Builder
19/03/2011 à 20:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants pro-Wade, le 19 mars 2011 à Rufisque au Sénégal. Des manifestants pro-Wade, le 19 mars 2011 à Rufisque au Sénégal. © AFP

Des milliers de Sénégalais, partisans et opposants du président Abdoulaye Wade, ont manifesté samedi à Dakar à l'occasion du 11e anniversaire de son accession au pouvoir, peu après une accusation de "complot" pour le renverser portée par son gouvernement.

Quelques incidents ont émaillé la fin d'un rassemblement de 4.000 à 5.000 opposants sur la place de l'Indépendance, au coeur de Dakar: avant de se disperser, des manifestants ont brûlé un portrait du président Wade et lancé des pierres contre les forces de l'ordre qui n'ont toutefois pas riposté.

D'autres manifestations d'opposants et d'associations de jeunes en colère ont eu lieu en divers lieux de la capitale et de ses banlieues, ainsi que dans plusieurs villes de province.

De leur côté, environ 10.000 partisans du président Wade ont convergé vers le palais présidentiel, dans le centre-ville, lors d'une marche encadrée par un important dispositif de forces de l'ordre. Ils étaient venus à l'appel de la coalition au pouvoir.

M. Wade "a fait beaucoup de réalisations dans ce pays et ses projets d'avenir sont également prometteurs", a déclaré Dame Niang, un des responsables local du Parti démocratique sénégalais (PDS, parti du chef de l'Etat).

Accusation de complot

Peu après minuit, samedi, le ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, a lu à la télévision une déclaration du gouvernement, accusant des membres de l'opposition d'avoir fomenté "un complot" visant au "renversement du régime" et annonçant des arrestations.

"C'est impensable, excessif. L'objectif visé, c'est d'intimider, de faire en sorte que les gens ne sortent pas" pour aller aux manifestations, a affirmé Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS), moteur de la coalition d'opposition Benno Siggil Senegal (Ensemble pour le renouveau du Sénégal).

"Nous avons constitué un pool d'avocats qui vont démonter les arguments avancés par le ministre" qui sont "fallacieux", a-t-il dit.

"Cela traduit tout simplement une peur panique de la part des autorités de l'Etat qui considèrent toute manifestation de la jeunesse de notre pays comme une tentative de déstabilisation du régime", a de son côté affirmé Moustapha Niasse, autre leader de la coalition.

MM. Tanor Dieng et Niasse participaient à une manifestation à Rufisque, à l'est de Dakar.

Climat de tension sociale

M. Sy a cité des noms de responsables de mouvements d'opposition qui ont "planifié" des actions "de subversion active et de déstabilisation des institutions par la violence". Egalement dénoncés, "des groupements d'artistes" et des "leaders politiques". Plusieurs arrestations ont eu lieu, mais aucune source officielle contactée par l'AFP n'a pu indiquer leur nombre.

A l'approche de la présidentielle de février 2012, "des politiciens, sachant qu’ils ne peuvent rien attendre d’un suffrage universel libre, démocratique et sincère, veulent tout simplement utiliser la voie du complot", a affirmé le ministre de la Justice.

Ces diverses manifestations se sont déroulées dans un climat de tension sociale, marqué notamment par des coupures d'électricité récurrentes qui exaspèrent les Sénégalais et malmènent l'activité économique.

Les jeunes manifestent depuis des mois, parfois de façon violente, dans les quartiers populaires de Dakar pour exprimer leur ras-le-bol et leur désespoir face à l'avenir dans un pays où le taux de chômage dépasse 40%.

Abdoulaye Wade, qui avait suscité un immense espoir lors de son accession au pouvoir en 2000 après quarante ans de pouvoir socialiste, a déçu: ses détracteurs l'accusent d'avoir favorisé la corruption, privilégié son clan et sa famille - en particulier son fils Karim - et d'avoir mené une politique de prestige au détriment des réalisations sociales.

Le chef de l'Etat, âgé de 85 ans, avait annoncé dès septembre 2009 qu'il allait se représenter pour un nouveau mandat en février 2012.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex