Extension Factory Builder
29/01/2011 à 19:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de Guinée ÉquatorialeTeodoro Obiang Nguema. Le président de Guinée ÉquatorialeTeodoro Obiang Nguema. © AFP

D'Abidjan au Caire, en passant par Tunis et Juba, le visage de l'Afrique change en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Le sommet des chefs d'État africains réunis à Addis-Abeba devrait aborder ces différentes crises et évolutions.

La multiplication des crises fait presque passer au second plan ce qui devait être l'événement majeur de ce 16e sommet de l'Union africaine : l'avènement imminent d'un 54e Etat africain, le Sud Soudan, qui vient de se prononcer par référendum à une écrasante majorité pour faire sécession du nord du pays.

Première épine de ce sommet : la Côte d'Ivoire, où les deux protagonistes de l'élection présidentielle du 28 novembre continuent à se disputer le pouvoir. L'Union africaine, au diapason du reste de la communauté internationale, avait reconnu la victoire d'Alassane Ouattara dès début décembre, et suspendu la Côte d'Ivoire tant que le président sortant Laurent Gbagbo n'aurait pas cédé la place.

Mais après plusieurs médiations infructueuses, l'UA est forcée de constater que M. Gbagbo n'a rien lâché de son pouvoir, et l'unanimité initialement affichée en faveur de M. Ouattara semble sérieusement se fissurer. A l'issue d'une visite à Abidjan cette semaine, le président sortant de l'UA, le Malawite Bingu wa Mutharika, a promis de présenter au sommet d'Addis les "propositions" de son "frère et ami" Laurent Gbagbo, sans même mentionner le nom de son adversaire.

Et l'entourage du président de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang Nguema, appelé à prendre la présidence de l'UA dès ce week-end, a fait savoir que ce dernier "n'était pour personne" dans la crise ivoirienne.

Une réunion ministérielle de l'UA a décidé vendredi de confier à un panel de cinq chefs d'Etat le soin de présenter des décisions "contraignantes" d'ici un mois. Le président de la Commission de l'UA Jean Ping a affirmé samedi que ce panel devait "amener Alassane Ouatarra à exercer la réalité du pouvoir" dans le pays "par la négociation".

L'Union africaine parait en revanche réduite largement à un rôle de spectateur dans la colère populaire qui a provoqué la fuite du président Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie, ou sur les manifestations populaires en Egypte.

M. Ping a évoqué la "préoccupation" de l'UA sur la situation en Egypte, et il a espéré qu'en Tunisie, "la période de transition sera la plus courte possible et qu'elle débouchera sur des élections démocratiques".

Les aspirations démocratiques à l'origine de ces différentes crises donnent un relief particulier au thème officiel du sommet - les "valeurs partagées" de l'Afrique. Mais selon les organisations de défense des droits de l'homme, les valeurs démocratiques risquent de ne pas faire partie des priorités de l'UA dans les prochains mois.

Le conflit en Somalie, l'enquête de la Cour pénale internationale sur les violences de 2008 au Kenya, les poursuites contre l'ancien président tchadien Hissène Habré ainsi que la réforme du système des Nations unies figureront également au menu des discussions.

La place de l'Afrique au sein du Conseil de sécurité de l'ONU devrait être un des thèmes abordés par le président français Nicolas Sarkozy, invité "d'honneur" qui s'exprimera dimanche.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui s’affro[...]

Diaporama : les lieux qui racontent l'Histoire de l'Afrique

La mémoire de l’Afrique, ce sont des ouvrages et des mythes. Mais ce sont aussi des lieux qui invitent au recueillement et suscitent parfois l’émotion.[...]

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers