Extension Factory Builder
23/01/2011 à 18:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Attentat devant une église le 1er janvier 2011 à Alexandrie. Attentat devant une église le 1er janvier 2011 à Alexandrie. © AFP

Les autorités égyptiennes soupçonnent l'Armée de l'Islam (groupe palestinien) d'être responsable de l'attentat du Nouvel An contre une église copte d'Alexandrie. Leur porte-parole à Gaza a aussitôt démenti toute implication.

L'Egypte a accusé dimanche 23 janvier un groupe radical palestinien d'être responsable de l'attentat contre une église copte d'Alexandrie, qui a coûté la vie à plus de 20 personnes dans la nuit du Nouvel an et provoqué un regain d'inquiétude pour les chrétiens d'Orient. "Le groupe palestinien de l'Armée de l'Islam, lié à Al-Qaïda, est derrière l'attentat contre l'église des Saints à Alexandrie" (nord), a déclaré le ministre de l'Intérieur Habib al-Adli, qui s'exprimait à l'occasion de la journée de la police.

L'Armée de l'Islam a rapidement démenti en affirmant par la voix d'un porte-parole à Gaza n'avoir "aucune relation, de près ou de loin" avec cette attaque.

Le président Hosni Moubarak a quant à lui, remercié dans un discours la police "pour avoir trouvé les responsables de l'attentat terroriste d'Alexandrie", sans donner plus de détails.

Pas de revendication formelle

L'agence officielle égyptienne Mena a pour sa part donné un bilan de 23 morts, contre 21 auparavant, pour cet attentat qui n'a pas encore été formellement revendiqué.

Selon un responsable des services de sécurité, cinq Egyptiens ont été arrêtés il y a une dizaine de jours à Alexandrie dans le cadre de l'enquête. "Au cours des interrogatoires, ils ont dit que la planification de l'attaque venait de l'extérieur", a-t-il assuré sous couvert de l'anonymat.

M. Moubarak a également prévenu les pays étrangers qui ont plaidé ces dernières semaines pour une meilleure protection de la minorité copte après cet attentat que l'Egypte n'accepterait "aucune pression ou ingérence" à ce sujet.

"Des mains étrangères"

Les autorités avaient indiqué début janvier que l'attentat avait été commis par un inconnu porteur d'une charge explosive, qui avait explosé devant l'église des Saints au moment où les fidèles commençaient à sortir, après une messe de Nouvel an.

Le président Moubarak avait mis en cause des "mains étrangères" pour cet attentat commis deux mois après des menaces contre les chrétiens d'Egypte lancées par la branche irakienne d'Al-Qaïda, qui avait revendiqué l'attentat le 31 octobre contre une cathédrale de Bagdad (46 civils tués).

Les Coptes, pour la plupart orthodoxes avec une minorité catholique, représentent 6 à 10% des quelque 80 millions d'Egyptiens, en grande majorité sunnites. Cet attentat a relancé les inquiétudes de cette minorité qui s'estime victime de discriminations. La sécurité avait été fortement renforcée autour des églises d'Egypte à l'occasion du Noël orthodoxe, célébré le 7 janvier.

L'attaque d'Alexandrie avait été suivie quelques jours plus tard par une fusillade dans un train contre un groupe de passagers coptes, qui a fait un mort. Les autorités ont démenti que le meurtrier, un policier, ait agi pour des motifs confessionnels.

Ni pression ni ingérence étrangère

L'attentat d'Alexandrie, condamné à travers le monde, a relancé les appels, particulièrement dans les pays occidentaux et au Vatican, pour un renforcement de la sécurité des chrétiens d'Orient, dont les Coptes d'Egypte constituent la plus importante communauté.

Les autorités égyptiennes de leur côté ont affirmé que cet attentat visait à porter atteinte à "l'unité nationale" égyptienne, chrétiens et musulmans confondus, et rejeté toute intervention extérieure à ce sujet.

M. Moubarak a prévenu dimanche "ceux qui, dans certains pays amis, appellent à la protection des Coptes d'Egypte, que le temps de la protection et de la tutelle étrangère est révolu et ne reviendra pas".

"Nous n'accepterons aucune pression ou ingérence dans les affaires intérieures de l'Egypte", a-t-il ajouté.

L'Egypte a rappelé pour consultations son ambassadeur au Vatican à la suite de propos du pape Benoît XVI sur la protection des chrétiens d'Orient. La grande institution sunnite d'Al-Azhar, qui siège au Caire, a de son côté suspendu son dialogue avec le Saint-Siège pour le même motif.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers