Extension Factory Builder
23/01/2011 à 18:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Attentat devant une église le 1er janvier 2011 à Alexandrie. Attentat devant une église le 1er janvier 2011 à Alexandrie. © AFP

Les autorités égyptiennes soupçonnent l'Armée de l'Islam (groupe palestinien) d'être responsable de l'attentat du Nouvel An contre une église copte d'Alexandrie. Leur porte-parole à Gaza a aussitôt démenti toute implication.

L'Egypte a accusé dimanche 23 janvier un groupe radical palestinien d'être responsable de l'attentat contre une église copte d'Alexandrie, qui a coûté la vie à plus de 20 personnes dans la nuit du Nouvel an et provoqué un regain d'inquiétude pour les chrétiens d'Orient. "Le groupe palestinien de l'Armée de l'Islam, lié à Al-Qaïda, est derrière l'attentat contre l'église des Saints à Alexandrie" (nord), a déclaré le ministre de l'Intérieur Habib al-Adli, qui s'exprimait à l'occasion de la journée de la police.

L'Armée de l'Islam a rapidement démenti en affirmant par la voix d'un porte-parole à Gaza n'avoir "aucune relation, de près ou de loin" avec cette attaque.

Le président Hosni Moubarak a quant à lui, remercié dans un discours la police "pour avoir trouvé les responsables de l'attentat terroriste d'Alexandrie", sans donner plus de détails.

Pas de revendication formelle

L'agence officielle égyptienne Mena a pour sa part donné un bilan de 23 morts, contre 21 auparavant, pour cet attentat qui n'a pas encore été formellement revendiqué.

Selon un responsable des services de sécurité, cinq Egyptiens ont été arrêtés il y a une dizaine de jours à Alexandrie dans le cadre de l'enquête. "Au cours des interrogatoires, ils ont dit que la planification de l'attaque venait de l'extérieur", a-t-il assuré sous couvert de l'anonymat.

M. Moubarak a également prévenu les pays étrangers qui ont plaidé ces dernières semaines pour une meilleure protection de la minorité copte après cet attentat que l'Egypte n'accepterait "aucune pression ou ingérence" à ce sujet.

"Des mains étrangères"

Les autorités avaient indiqué début janvier que l'attentat avait été commis par un inconnu porteur d'une charge explosive, qui avait explosé devant l'église des Saints au moment où les fidèles commençaient à sortir, après une messe de Nouvel an.

Le président Moubarak avait mis en cause des "mains étrangères" pour cet attentat commis deux mois après des menaces contre les chrétiens d'Egypte lancées par la branche irakienne d'Al-Qaïda, qui avait revendiqué l'attentat le 31 octobre contre une cathédrale de Bagdad (46 civils tués).

Les Coptes, pour la plupart orthodoxes avec une minorité catholique, représentent 6 à 10% des quelque 80 millions d'Egyptiens, en grande majorité sunnites. Cet attentat a relancé les inquiétudes de cette minorité qui s'estime victime de discriminations. La sécurité avait été fortement renforcée autour des églises d'Egypte à l'occasion du Noël orthodoxe, célébré le 7 janvier.

L'attaque d'Alexandrie avait été suivie quelques jours plus tard par une fusillade dans un train contre un groupe de passagers coptes, qui a fait un mort. Les autorités ont démenti que le meurtrier, un policier, ait agi pour des motifs confessionnels.

Ni pression ni ingérence étrangère

L'attentat d'Alexandrie, condamné à travers le monde, a relancé les appels, particulièrement dans les pays occidentaux et au Vatican, pour un renforcement de la sécurité des chrétiens d'Orient, dont les Coptes d'Egypte constituent la plus importante communauté.

Les autorités égyptiennes de leur côté ont affirmé que cet attentat visait à porter atteinte à "l'unité nationale" égyptienne, chrétiens et musulmans confondus, et rejeté toute intervention extérieure à ce sujet.

M. Moubarak a prévenu dimanche "ceux qui, dans certains pays amis, appellent à la protection des Coptes d'Egypte, que le temps de la protection et de la tutelle étrangère est révolu et ne reviendra pas".

"Nous n'accepterons aucune pression ou ingérence dans les affaires intérieures de l'Egypte", a-t-il ajouté.

L'Egypte a rappelé pour consultations son ambassadeur au Vatican à la suite de propos du pape Benoît XVI sur la protection des chrétiens d'Orient. La grande institution sunnite d'Al-Azhar, qui siège au Caire, a de son côté suspendu son dialogue avec le Saint-Siège pour le même motif.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Egypte

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Le chef de l’État égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a effectué samedi une brève visite à Ryad pendant laquelle il s'est entretenu avec le roi Salmane d'Arabie saoudite alors que les deux pay[...]

Espagne : Sissi à Madrid, les défenseurs des droits de l'homme dénoncent la répression en Égypte

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a reçu jeudi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Une visite d'un jour mal accueillie par les défenseurs des droits de l'homme qui[...]

En Égypte, c'est "la restauration"

Peu d'entre vous le savent : les États-Unis ont tranquillement repris, il y a un mois, leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars par an à l'Égypte.[...]

Égypte : rassemblement anti-voile place Tahrir, les femmes s'expriment

L’écrivain et journaliste égyptien Cherif Choubachy a appelé, le 6 avril, sur sa page Facebook, les femmes égyptiennes à retirer leur voile sur la place Tahrir le 1er mai. Un appel qui fait[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle[...]

Égypte : Mohamed Morsi, sans l'auréole du martyr

Alors que le régime du maréchal Sissi éradique les Frères musulmans à tour de bras, le président déchu écope de vingt ans de prison. Une condamnation à mort[...]

Ligue arabe : réunion des chefs d'état-major, première étape vers une force conjointe ?

Une commission regroupant les chefs d'état-major des membres de la Ligue arabe a entamé mercredi au Caire les travaux destinés à mettre sur pied une force arabe conjointe. Fin mars, l'organisation[...]

Égypte : l'ancien président Mohamed Morsi condamné à vingt ans de prison

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, a été condamné mardi à vingt ans de prison. Il risquait la peine de mort.[...]

Égypte : verdict attendu pour Mohamed Morsi, qui risque la peine de mort

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, pourrait écoper de la peine de mort mardi pour "incitation au meurtre", plus de 20 mois après sa destitution par l'ex-chef de l'armée[...]

Égypte : 11 condamnés à mort pour des heurts lors d'un match de foot

Onze supporters ont été condamnés à la peine capitale dimanche en Égypte lors d'un nouveau procès des émeutes en 2012 à Port-Saïd. Elles avaient fait 74 morts dans un [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20110123175233 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20110123175233 from 172.16.0.100