Extension Factory Builder
18/07/2010 à 11:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des enfants apprennent à lire le Coran dans la cour d'une maison de Saint-Louis, le 5 janvier 2004. Des enfants apprennent à lire le Coran dans la cour d'une maison de Saint-Louis, le 5 janvier 2004. © AFP

Le responsable d'une organisation islamique a appelé les Etats africains à favoriser "la création d'écoles coraniques modernes" et à améliorer la formation de leurs maîtres.

Plusieurs centaines de personnes - venues principalement du Sénégal, mais aussi de Gambie, du Mali, de Guinée, des Comores ou de Mauritanie - étaient présentes samedi 17 juillet à l'ouverture de cette "conférence sur la problématique des daara (écoles coraniques) au Sénégal" qui s'achève lundi. Ce débat est organisé alors que les pseudos marabouts qui exploitent et maltraitent de petits enfants sont de plus en plus critiqués au Sénégal.

Il faut inventer "une école coranique modèle" et "moderne", a souhaité le médecin sénégalais Ciré Ly, président de l'organisation Action de solidarité islamique, organisant la conférence. Il a alors clairement fait un distinguo entre les daara classiques - "creusets de savoir, de savoir être et de savoir faire" ayant contribué à "la formation des érudits, des gouvernants et des intellectuels" - et ce qu'il a appelé les daara "sauvages", qui "ne devraient plus avoir droit de cité".

"A la place des maître coraniques qui servaient de boussoles sociales, nous sommes face à des formateurs sans formation (...) simplement mus par des considérations bassement matérielles, qui prennent en otage les enfants (...) et n'hésitent pas à porter atteinte à leur intégrité morale et physique", a-t-il dit.

Améliorer la formation des maîtres

Fin juin, le tribunal des flagrants délits de Dakar avait ainsi condamné à un an d'emprisonnement un maître coranique ayant roué de coups deux de ses disciples, des garçons âgés de 9 et 12 ans qu'il faisait mendier.

M. Ly a cependant reproché à la presse occidentale de n'avoir "d'yeux que pour les pensionnaires de ces daaras sauvages (...) gérées par de supposés maîtres coraniques dont l'ignorance de la religion et des textes sacrés n'a d'égale que la longueur du turban qui coiffe leur crâne".

Il a plutôt souhaité "que les Etats africains développent et favorisent la création de daara modernes" et "que la formation des maîtres coraniques dignes de confiance et de respect soit revisitée et améliorée".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex