Extension Factory Builder
23/06/2010 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Christopher 'Dudus' Coke. Christopher "Dudus" Coke. © Reuters

La police jamaïcaine a annoncé l'arrestation de Christopher "Dudus" Coke, accusé d'être un baron de la drogue mais considéré par les habitants de Kingston comme un "Robin des Bois".  

Le baron présumé de la drogue, le Jamaïcain Christopher Coke, surnommé "Dudus", dont les États-Unis réclament l'extradition afin de le juger pour trafic de drogue, a été arrêté mardi 22 juin sur l'île caribéenne. Sa traque avait provoqué de violents affrontements, fin mai à Kingston, entre police et armée d'un côté, et affidés de "Dudus" de l'autre, qui avaient fait au moins 73 morts civils, obligeant le gouvernement à proclamer l'état d'urgence. "Les forces de police souhaitent confirmer l'information selon laquelle Christopher Lloyd Coke, qui était sous le coup d'un mandat d'arrêt pour être extradé, a été arrêté dans l'après-midi", a déclaré en soirée le chef de la police de Kingston, le commissaire Owen Ellington. Depuis des semaines, le gouvernement du Premier ministre Bruce Golding cherchait à mettre la main sur "Dudus" pour l'extrader vers les États-Unis.

À la tête du principal gang de trafiquants de drogue de Jamaïque, les Shower Posse, Coke est considéré comme un marchand de mort ultra-violent par Washington, mais aussi comme un bienfaiteur et un "parrain" dans les bidonvilles de Kingston, réputée l'une des capitales les plus violentes du monde. Fils de Jim Brown, autre "parrain" légendaire de l'île, disparu tragiquement en 1992, Coke, qui avait un mode de vie plutôt discret, a bâti un empire avec son gang en jouant aussi de la politique et des affaires. Le Premier ministre Bruce Golding est lui-même député de Tivoli Gardens, le fief du Shower Posse qui apportait son soutien au parti au pouvoir, le Jamaica Labour Party.

Crack, cocaïne et marijuana

La justice américaine accuse Coke d'approvisionner New York et les autres villes de la côte Est en crack, cocaïne et marijuana, causant au passage de sanglantes guerres de gangs. Les enquêteurs en évaluent le bilan à plusieurs milliers de morts depuis les années 90. Coke risque la prison à vie s'il est extradé et reconnu coupable aux États-Unis. Le révérend jamaïcain Al Miller a annoncé en soirée mardi que "Dudus" avait été arrêté dans la journée, précisant qu'il avait lui-même "aidé au processus de remise (à la justice) de Coke". L'ecclésiastique avait déjà participé aux négociations qui ont permis un relatif apaisement à Kingston.

L'annonce du mandat d'arrêt contre Coke avait déclenché de véritables combats de rue durant près d'une semaine à Kingston, affectant durement l'image de paradis touristique de l'île Caraïbe, où les estivants ne s'attardent guère dans la capitale. Soutenus par des unités de l'armée, la police de Kingston avait donné l'assaut à "son" quartier, le bidonville de Tivoli Gardens, rencontrant une vive résistance des hommes de main de "Dudus". Coke était parvenu à s'échapper, mais 73 personnes avaient trouvé la mort dans les échanges de tirs.

"J'appelle les familles, les amis et les symphatisants de Christopher Coke à garder leur calme et à laisser la loi s'appliquer", a déclaré le commissaire Ellington. "Nous tenons aussi à réassurer au pays que nous poursuivrons nos efforts pour vaincre le crime organisé et rétablir la loi dans ce pays", a ajouté le chef de la police, qui s'était juré d'arrêter le chef de gang. L'offensive du gouvernement contre Coke, après des mois d'hésitation, a suscité l'espoir en Jamaïque d'une rupture des liens entre les gangs et les hommes politiques.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Hommage : Éric Rouleau, témoin engagé

Hommage : Éric Rouleau, témoin engagé

Décédé le 25 février, Éric Rouleau, journaliste spécialiste du Proche-Orient, collabora au "Monde" et à "Jeune Afrique". Il fut aussi ambassadeur de Fra[...]

Emmanuel Macron, le coup droit de Hollande

Il est jeune, brillant et séducteur. Jusqu'ici, tout lui réussissait. L'incapacité du ministre de l'Économie à amadouer les "frondeurs" socialistes et à faire[...]

Livres : voyage au bout du Venezuela avec Miguel Bonnefoy

Le vénézuélien Miguel Bonnefoy publie un premier roman réjouissant, "Le Voyage d'Octavio". Chronique.[...]

États-Unis : un homme noir sans-abri, surnommé "Africa", abattu par la police de Los Angeles

Une vidéo montrant un groupe de policiers abattre un sans-abri noir dans un quartier défavorisé de Los Angeles, en Californie, a été publiée lundi sur les réseaux sociaux. Une[...]

Les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Le cardinal guinéen Robert Sarah assure que les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle au prochain synode d'octobre, reconnaissant des incompréhensions[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Retour en 5 dates sur la vie d'Earl Lloyd, légende du basket et premier joueur noir de NBA

Earl Lloyd, surnommé "The Big Cat", est décédé le 24 février à l'âge de 86 ans. Retour en cinq dates sur la carrière d'une des légendes du basket[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

RDC : Benoît Chatel condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20100623095018 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20100623095018 from 172.16.0.100