Extension Factory Builder
30/05/2010 à 17:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef de la junte militaire au Niger, le général Salou Djibo, le 27 avril 2010 à Niamey. Le chef de la junte militaire au Niger, le général Salou Djibo, le 27 avril 2010 à Niamey. © AFP

En cent jours, la junte militaire aux commandes au Niger a tenu sa promesse d'installer une transition en vue des élections, s'attirant un soutien international, mais à l'intérieur du pays des doutes commencent à se faire jour sur ses choix et sa pratique du pouvoir.

Le 18 février, dans un pays habitué aux coups d'Etat, le président Mamadou Tandja, au pouvoir depuis dix ans, était renversé par un putsch. Prenait fin la grave crise née de sa volonté de se maintenir malgré la fin de son mandat légal. Très vite, le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD, junte) promet de rendre le pouvoir aux civils à l'issue d'élections, d'"assainir la situation politique" et de "réconcilier les Nigériens".

En moins de quatre mois, le cadre de la transition a été posé. Elle doit ainsi s'achever par des élections générales avant le premier anniversaire du coup d'Etat. Un nouveau code électoral a été promulgué cette semaine par le chef de la junte, le général Salou Djibo. Des institutions de transition ont aussi été mises en place, en particulier un Conseil consultatif. Chargé de représenter les courants et couches sociales du Niger, il devra notamment donner son avis sur le projet de Constitution en cours d'élaboration.

Quant à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), dont le chef vient d'être désigné, elle doit être installée en juin. A elle de proposer les dates du référendum constitutionnel et des différents scrutins. "C'est plutôt bien parti. Tout se met en place sur le plan institutionnel", estime une source diplomatique occidentale, jointe par l'AFP par téléphone depuis Abidjan.

Réintégration de la communauté internationale

Le CSRD vient d'ailleurs de recueillir un premier fruit de ses efforts. Ces derniers jours, la reprise par la Banque mondiale de ses décaissements suspendus en 2009 et l'annonce par l'Union européenne d'une possible reprise "graduelle" de sa coopération, "en fonction des progrès", ont traduit un soutien international au processus en cours. Naguère "mis à l'index", le Niger réintègre "progressivement la communauté internationale", se réjouit le porte-parole du gouvernement, Laouali Dan Dah.

A l'intérieur, une relative bienveillance a longtemps dominé à l'égard du nouveau régime, crédité pour son action face à la grave crise alimentaire qui frappe encore le pays et pour la "décrispation" politique à l'ordre du jour, selon l'expression du syndicaliste Issoufou Sidibé. Le sort de Mamadou Tandja, toujours détenu, ne mobilise pas les foules, et les inquiétudes nées de l'arrestation d'une quinzaine de ses proches pour de présumées "activités subversives" se sont rapidement estompées avec leur libération en avril.

"Apartheid"

Cependant, ce quasi-consensus commence à se fissurer: de premiers doutes apparaissent et les critiques se font plus dures envers la junte. Les chamboulements au sein de l'administration, où des centaines de nominations sont intervenues, suscitent de fortes contestations. Figure de la société civile, Mamane Hamissou dénonce une "gestion opaque" favorisant "parents, amis et alliés" du pouvoir.

Le nouveau code électoral cristallise aussi des mécontentements, spécialement l'obligation faite aux candidats aux législatives d'être titulaires du baccalauréat. L'immense majorité de la population étant analphabète, "beaucoup de Nigériens seront hors course", s'indigne M. Hamissou, condamnant un "apartheid". Du côté de l'ex-parti au pouvoir, on fustige un "manque de réalisme". 

Les discussions "ne sont pas fermées", jure le gouvernement. Il voit dans le code électoral un "bon point de départ" vers des scrutins "libres et transparents".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, Jeune Afrique s'attèle à donner des réponses dans son édition n°[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Niger : plainte de la famille de l'ex-président assassiné Maïnassara

La famille du président nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, assassiné il y a quinze ans à Niamey, a annoncé avoir déposé une plainte devant une Cour ouest-africaine pour[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

Niger - États-Unis : une coopération militaire soutenue

Cette semaine Laurent Touchard* revient sur plusieurs décennies de coopération entre le Niger et les États-Unis.[...]

Les négociations entre Areva et Niamey "proches de la conclusion"

D'après Luc Oursel, patron d'Areva, les négociations sur le renouvellement des contrats d'exploitation des deux mines d'uranium du groupe au Niger sont "proches de la conclusion".[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Lune de miel franco-américaine au Sahel

Depuis les récentes interventions militaires françaises au Sahel, les relations entre la France et les États-Unis se sont considérablement réchauffées.[...]

Niger : quelle coopération sécuritaire avec l'Europe ?

Quatrième partie du grand dossier sur les Forces de défense et de sécurité du Niger (FDS), ce billet fait suite à celui consacré à la coopération sécuritaire entre[...]

Libye : les autorités nigériennes ont extradé Saadi Kaddafi vers Tripoli

Les autorités nigériennes ont remis Saadi Kaddafi au gouvernement libyen. Le fils de l'ancien "Guide" Mouammar Kaddafi vivait depuis fin 2011 dans une villa de Niamey.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers