Extension Factory Builder
10/04/2010 à 11:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Agathe Habyarimana en avril 1977. Agathe Habyarimana en avril 1977. © AFP

La veuve de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana dit craindre pour sa vie depuis que la France et le Rwanda ont rétabli leurs relations diplomatiques.

"J'ai peur si jamais le FPR (le Front patriotique rwandais au pouvoir à Kigali) envoie ses escadrons. Parce que mon pays et la France ont renoué des relations", dit dans une interview au quotidien français Le Parisien de samedi l'épouse de l'ancien président Juvénal Habrayimana installée en France depuis douze ans.

Menacée d'extradition

Mme Habrayimana, âgée de 67 ans, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis en octobre 2009 par les autorités rwandaises pour génocide et crimes contre l'humanité et Kigali demande son extradition.

Elle a été brièvement arrêtée et entendue par la justice française début mars, quelques jours après une visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d'un président français depuis le génocide.

Placée sous contrôle judiciaire, elle doit comparaître à une date non déterminée devant la cour d'appel de Paris qui statuera sur la demande d'extradition du Rwanda.

Prête à retourner au Rwanda "quand il y aura la paix"

"Il y a des jeunes du FPR qui viennent soi-disant étudier, mais vous ne savez pas s'ils sont vraiment étudiants", a ajouté Mme Habyarimana au Parisien.

Elle nie de nouveau toute responsabilité dans le génocide déclenché par l'attentat du 6 avril 1994 contre l'avion transportant son époux et qui a fait quelque 800. 000 morts, essentiellement tutsi, selon l'ONU.

Elle dément en particulier avoir appartenu à l'"akazu", le premier cercle du pouvoir hutu qui a fomenté les massacres, et accuse le FPR du président Paul Kagamé, au pouvoir depuis les évènements de 1994, d'en faire courir la rumeur.

Les responsables du FPR "ne sont que des manipulateurs. Des gens qui mentent. Ils ont tué mon mari. Mais pourquoi veulent-ils me tuer, pourquoi me diaboliser", demande-t-elle.

Elle ne se dit prête à retourner au Rwanda que "quand il y aura la paix".

Trois demandes d'extradition de personnes soupçonnées d'avoir participé au génocide ont été rejetées par la justice française dans le passé en raison notamment d'une absence de garanties d'un procès équitable au Rwanda.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces