Extension Factory Builder
10/03/2010 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Agathe Habyarimana le 14 avril 1977 Agathe Habyarimana le 14 avril 1977 © AFP

Agathe Habayarimana, veuve du président rwandais assassiné en 1994, visée par une demande d'extradition de Kigali qui l'accuse d'avoir participé à la planification du génocide, a été entendue mardi comme témoin.

Agathe Kanziga, veuve Habyarimana, avait été interpellée, sur la base d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités rwandaises, le 2 mars, peu après la visite du président Nicolas Sarkozy au Rwanda, avant d'être remise en liberté le jour-même.

Ressortie libre

Visée par une plainte du Collectif des Parties civiles pour le Rwanda (CPCR), elle a été entendue comme témoin mardi "pendant trois heures" par la section de recherche criminelle de la gendarmerie, a indiqué à l'AFP son avocat, Maître Philippe Meilhac, confirmant une information du Parisien.

Mme Habyarymana, qui a quitté le Rwanda le 9 avril 1994, "est ressortie libre en fin de journée, aucune convocation par les juges d'instruction n'étant à l'ordre du jour, ni de garde à vue", a relevé Me Meilhac.

Le mandat d'arrêt international à son encontre vise les chefs d'accusation de génocide, de complicité de génocide, d'association de malfaiteurs en vue de la commission d'un génocide et de crime contre l'humanité. Kigali doit maintenant présenter une demande formelle d'extradition.

Mme Habyarimana est fréquemment présentée comme un membre éminent de l'"akazu", le premier cercle du pouvoir hutu qui a planifié et mis en oeuvre le génocide.

L'interpellation d'Agathe Habyarimana était survenue cinq jours après la visite de Nicolas Sarkozy à Kigali, la première d'un président français au Rwanda depuis le génocide.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Rwanda

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le g&eacu[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Une histoire du génocide rwandais (#2) : l'attentat du 6 avril 1994

Le 6 avril 1994, l'attentat contre le Falcon du président rwandais, Juvénal Habyarimana, sert de prétexte au déclenchement du génocide. Laurent Touchard* revient sur des années[...]

Génocide : un tribunal norvégien autorise l'extradition d'un suspect rwandais

La justice norvégienne a autorisé mardi l'extradition vers le Rwanda d'Eugène Nkuranyabahizi, soupçonné de complicité de génocide. Âgé de 41 ans, cet homme, qui se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers