Extension Factory Builder
05/02/2010 à 07:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'ATT' le 27 septembre 2009 à Porlamar, sur l'île de Margarita "ATT" le 27 septembre 2009 à Porlamar, sur l'île de Margarita © AFP

Le président malien Amadou Toumani Touré s'est dit optimiste au sujet des six otages européens - trois Espagnols, deux Italiens et un Français retenus dans le nord de son pays par la branche maghrébine d'Al-Qaïda - en excluant néanmoins toute opération militaire malienne pour les libérer.

"Je ne suis absolument pas désespéré", déclare le président malien selon des propos publiés jeudi 5 février en espagnol par le journal El Pais. "Les choses se déroulent bien. Les familles ne doivent pas perdre espoir", a-t-il déclaré au sujet des six otrages européens -Espagnols, Italiens et Français détenus par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali.

"Nous travaillons avec discrétion et efficacité" assure-t-il dans cette interview, soulignant cependant qu'une opération militaire malienne était exclue pour libérer les otages, par volonté expresse des pays européens concernés.

"Tous les pays, y compris l'Espagne, nous ont dit qu'il ne fallait absolument pas opter pour une solution militaire" indique le président malien, expliquant qu'il y avait au final deux solutions: "payer une rançon" ou bien organiser "un échange" avec des combattants d'Aqmi détenus en prison.

Amadou Toumani Touré indique par ailleurs que pour résoudre ces prises d'otages, "interviennent beaucoup de gens. Nous n'avons pas de contacts directs avec les preneurs d'otage. Nous passons par beaucoup d'intermédiaires. Il est possible que l'argent transite à travers d'autres pays et personnes".

Vaste "frange sahélienne" hors de contrôle

La branche d'Al-Qaïda au Maghreb, l'Aqmi, retient un Français Pierre Camatte, capturé au Mali le 26 novembre 2009 ainsi que trois volontaires espagnols d'une association humanitaire, pris en otage le 29 novembre en Mauritanie et un couple d'Italiens enlevé, également en Mauritanie, le 17 décembre dernier.

Ceux-ci se trouvent retenus dans la zone désertique du nord du Mali, près de la frontière avec l'Algérie.

"Aucun pays, pas même une superpuissance ne pourrait (. . . ) contrôler" cette vaste "frange sahélienne", dotée d'un climat et un relief "incroyables", souligne le président Touré.

Aqmi avait menacé de tuer l'otage français si quatre de ses prisonniers n'étaient pas libérés mais a repoussé, à la fin janvier, son ultimatum à une date indéterminée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers