Extension Factory Builder
20/01/2010 à 09:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tico-Tico dispute peut-être son dernier match avec les Mambas Tico-Tico dispute peut-être son dernier match avec les Mambas © AFP

Tico-Tico, du haut de ses 36 ans, dispute contre le Nigeria mercredi peut-être son dernier match avec le Mozambique qu'il voudrait amener, lui le légendaire buteur et capitaine, pour la première fois de son histoire en quarts de finale d'une CAN.

"A ce stade de ma carrière, il faut laisser la place aux jeunes, mais j'espère que demain (mercredi), ce ne sera pas mon dernier match: ça voudra dire qu'on a laissé une trace historique", raconte-t-il à l'AFP.

Il s'agit en Angola de la 4e CAN seulement du Mozambique, et son actuel capitaine en a disputé trois (1996, 1998 et 2010), marquant un but. Forcément, ce serait beau de partir sur un ultime but international. . .

"Si je marque et qu'on gagne, ce serait parfait, mais le plus important, c'est l'équipe: je préfère ne pas marquer et qu'on passe en quarts de finale", nuance-t-il.

"Au moins 30 buts" marqués pour les Mambas

Des buts, il en a marqués tellement pour les Mambas qu'il n'en connaît plus vraiment le nombre exact, "je crois que c'est au moins 30", dit-il simplement. Plus que centenaire en sélections, c'est une légende nationale dans un pays qui avait vu son plus grand talent, Eusebio, rejoindre les rangs du Portugal dans les années 1960.

Est-ce le plus grand joueur du Mozambique de tous les temps? "C'est dur à dire, il y a eu d'autres grands joueurs et on manque de recul, mais je crois qu'on peut le dire", avance le sélectionneur adjoint Miguel Chau, soucieux de ne pas extraire son joueur phare du collectif.

"C'est un vrai capitaine, renchérit son coéquipier Dario Khan. Il motive tout le monde et c'est un exemple pour nous. Nous avons pas mal de jeunes bons joueurs mais lui, malgré son âge, est toujours là".

Finir sa carrière au Desportivo Maputo

Tico-Tico avance que c'est sous le maillot national qu'il a pris "le plus de plaisir", et se dit fier de sa carrière. Et s'il dira adieu aux Mambas en ce mois de janvier, il compte bien continuer en club "une saison ou deux".

Il lui reste six mois de contrat au Jomo Cosmos (Afrique du Sud), qu'il a aidé à remonter dans l'élite la saison dernière, et son rêve serait de terminer au Desportivo Maputo, le club de ses débuts en 1992. Pour boucler la boucle au pays.

Au fait, pourquoi connaît-on Manuel Jose Luis Bucuane sous le sobriquet de "Tico-Tico"? "Je ne sais même plus, remarque-t-il en riant. Ce surnom m'a été donné quand j'étais tout petit". Il est devenu grand.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mozambique

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

La prudence est de mise au Mozambique. Le gouvernement a annoncé mercredi que des observateurs militaires étrangers allaient être déployés afin de s'assurer que la période post-éle[...]

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Mozambique : la Renamo rejette les résultats partiels des élections présidentielle et législatives

Au vu des résultats très partiels des élections présidentielle et législatives du 15 octobre, la Renamo a annoncé jeudi qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire du candidat du[...]

Mozambique : avec "Txeka", les blogueurs se mobilisent pour la transparence des élections

Mercredi 15 octobre, les électeurs mozambicains se sont rendus aux urnes pour choisir leur président et leurs assemblées nationale et provinciales. Sur l’exemple kényan d’Ushahidi, le[...]

Présidentielle au Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, en tête

Pas de surprise au Mozambique. Après un décompte très partiel, le candidat du pouvoir arrive en tête avec plus de 60% des voix.[...]

Mozambique : la fin du déminage... si loin, si proche

Vingt ans de guerre d’indépendance puis seize ans de guerre civile ont fait du Mozambique l’un des pays les plus minés de la planète. Alors que les élections générales se sont[...]

Présidentielle au Mozambique : et si rien n'était joué d'avance pour le Frelimo ?

Le président Guebuza devra céder sa place à l'issue de l'élection du 15 octobre. Mais la bataille s'annonce serrée pour son dauphin, Filipe Nyusi, et pour le Frelimo, au pouvoir[...]

Sida : démarrage difficile pour l'usine publique d'antirétroviraux au Mozambique

En 2012, les gouvernements mozambicain et brésilien inauguraient en grande pompe la première industrie pharmaceutique publique d’Afrique. Deux ans après, la production de médicaments[...]

Élections au Mozambique : une fin de campagne entre ferveur et suspicions

Quelque 11 millions de Mozambicains sont appelés aux urnes, mercredi, pour les élections présidentielle, législatives et provinciales. En dépit d’un retour spectaculaire d’Afonso[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers