Extension Factory Builder
29/12/2009 à 15:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des 'bérets rouges' de l'armée guinéenne à Conakry le 2 octobre 2009. Des "bérets rouges" de l'armée guinéenne à Conakry le 2 octobre 2009. © AFP

Sékouba Konaté est à Rabat au Maroc, pour rendre visite au chef de la junte Moussa Dadis Camara, qui est hospitalisé après que son aide de camp lui a tiré dessus. Mais la gendarmerie s'oppose pour l'instant à sa décision de libérer quinze militaires proches de l'ancien président Lansana Conté. Le ministre de la Justice, le colonel de gendarmerie Siba Lolamou, un proche de Dadis, est à l'origine de ce contre-ordre.

Une quinzaine d'officiers et sous-officiers guinéens qui devaient être remis en liberté lundi 28 décembre sur ordre du général Sékouba Konaté, numéro un de la junte par intérim, ont en fait été retenus et interrogés par la gendarmerie nationale, mardi à Conakry, a-t-on appris de source judiciaire.

Les militaires concernés - arrêtés au moment de la prise du pouvoir par l'armée fin 2008 ou dans le courant de l'année 2009 - sont accusés de complot et d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Un haut responsable de la police avait affirmé lundi soir à l'AFP qu'ils avaient tous été libérés dans la journée. Mais l'affaire a finalement été confiée à "la Brigade d'investigation judiciaire de la gendarmerie nationale (PM3) qui les retient pour investigations, à la sûreté urbaine de Conakry", a déclaré une source judiciaire.

Rapport de force entre les clans
Selon un responsable de la police, le président par intérim du pays, le général Konaté, avait ordonné dès dimanche la libération de ces militaires.

Mais le ministre de la Justice, le colonel (de gendarmerie) Siba Lolamou, proche du chef de la junte Moussa Dadis Camara, a "tenu à faire les choses correctement" en demandant qu'ils soient interrogés par les gendarmes, selon la source judiciaire.

Le général Konaté s'est rendu lundi à Rabat pour rencontrer le chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, hospitalisé depuis plus de trois semaines, après avoir été blessé, le 3 décembre, par son aide de camp Aboubacar « Toumba » Diakité qui a tenté de le tuer.

L'incertitude sur le sort des 15 militaires illustre les rapports de forces entre les clans, au sein de la junte.

La plupart de ces militaires étaient des proches du président Lansana Conté (1984-2008), mort des suites de maladies en décembre 2008 après avoir dirigé le pays d'une main de fer pendant 24 ans.

Incertitude sur la libération des quinze militaires
Parmi eux figure le commandant Issiagha Camara, neveu et aide de camp du défunt Conté, ainsi que d'anciens membres de la garde rapprochée de Conté, tels qu'Alpha Oumar Diallo dit AOB et le dénommé "Pendessa".

Des observateurs font valoir qu'ils avaient été mis aux arrêts sans l'aval de Sékouba Konaté. Ce dernier était proche de Conté, un ami intime de son père qui l'avait protégé après la mort de ce dernier.

"Nous sommes retenus pour 48 heures. Mais on ne sait pas si on va être finalement libérés", a déclaré à l'AFP l'un des 15 militaires, joint par téléphone portable.

"Je m'en remets à Dieu"
"On a fait des dépositions devant les gendarmes. Ils nous ont demandé pourquoi nous étions opposés à la prise du pouvoir par le CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement, junte) et quelles sont maintenant nos impressions... J'ai répondu: "je m'en remets à Dieu, je veux ma liberté, c'est tout", a déclaré cet officier.

Ces militaires, majoritairement de l'ethnie Soussou, n'avaient pas été entendus par un juge depuis leur arrestation. Certains ont été retenus pendant sept mois au camp militaire Alpha Yaya Diallo (où siège la junte), puis quatre mois sur l'île de Kassa avant d'être transférés à la maison centrale de Conakry, peu après la tentative d'assassinat du chef de l'Etat le 3 décembre.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Guinée

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui pourra[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la[...]

Ebola : l'épidémie ralentit en Afrique de l'Ouest

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mercredi un net ralentissement de l’épidémie d’Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, les trois pays les plus[...]

Guinée - Ibrahima Traoré : "En Ouganda, personne n'osait nous approcher à cause d'Ebola"

Ebola oblige, le Syli a dû jouer tous ses matchs de qualification pour la CAN 2015 à l'étranger. Ibrahima Traoré, le vice-capitaine de la sélection guinéenne revient sur ce parcours[...]

CAN 2015 : le but mortel des Guinéens

Alors que les joueurs guinéens célébraient leur but face à la Côte d’Ivoire, le 20 janvier à Malabo, une grenade a explosé dans un bar de Conakry, faisant entre un et trois[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Ebola : reflux de l'épidémie dans les trois pays les plus touchés

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi un léger fléchissement de l'épidémie Ebola en Sierra Leone, en Guinée et  au Libéria, les trois pays les[...]

Guinée : 6 personnes condamnées et 2 relaxées pour le drame de Rogbanè

La justice guinéenne a tranché jeudi en première instance dans l'affaire du drame de Rogbanè qui avait coûté la vie à 33 personnes, le 29 juillet 2014.[...]

Guinée : quand Zuma et Condé célèbrent l'amitié de leurs peuples

Le président sud-africain Jacob Zuma a effectué une visite de solidarité à son homologue guinéen, Alpha Condé. L'occasion pour eux de rappeler les liens historiques entre leurs pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20091229152220 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20091229152220 from 172.16.0.100