Extension Factory Builder
23/11/2009 à 14:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, ici à Paris Les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, ici à Paris © AFP

C'est une première depuis la "rupture" entre la France et le Rwanda. Paris a mandaté deux juges parisiennes pour enquêter sur l'implication présumée de Rwandais vivant en France dans le génocide de 1994.

Deux juges françaises se trouvent au Rwanda, une première depuis la rupture des liens diplomatiques entre Kigali et Paris fin 2006, pour enquêter sur l'implication présumée dans le génocide de 1994 de Rwandais établis en France, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia sont arrivées samedi pour une semaine à Kigali, selon cette source.

Une dizaine d'enquêtes judiciaires ont été ouvertes en France, et centralisées à Paris, à l'encontre de Rwandais soupçonnés de complicité de génocide et de crimes contre l'humanité.

Parmi eux figure Agathe Habyarimana, veuve du président Juvénal Habyarimana tué dans un attentat le 6 avril 1994 contre son avion, considéré comme le signal déclencheur du génocide qui a fait selon l'ONU plus de 800. 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie.

Mais à ce stade, seules deux personnes ont été inculpées en France pour des faits liés au génocide: Wenceslas Munyeshyaka, ancien curé de la paroisse de la Sainte-Famille à Kigali, et l'ancien préfet de Gikongoro (sud du Rwanda) Laurent Bucyibaruta.

Vers une détente entre Paris et Kigali

Le déplacement des deux juges est une première depuis la rupture par Kigali de ses relations diplomatiques avec Paris, après l'émission de mandats d'arrêts en novembre 2006 par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Ces mandats visent des proches du président rwandais Paul Kagame, soupçonnés d'avoir pris part à l'attentat contre l'avion du président Habyarimana. Les relations entre les deux pays étaient déjà très tendues depuis 1994, les autorités tutsies de Kigali accusant Paris d'avoir aidé les génocidaires hutus, ce que la France a toujours démenti.

Les avocats de trois Rwandais visés par les mandats d'arrêt ont demandé à plusieurs reprises au juge Marc Trévidic, qui a repris l'enquête de M. Bruguière, de se rendre au Rwanda. Une source française proche du dossier indiquait début novembre que M. Trévidic était prêt "sur le principe" à s'y rendre.

La normalisation des relations entre les deux pays dépend de l'évolution de ce dossier, Kigali voulant la levée de tous les mandats d'arrêt. En novembre 2005, la juge d'instruction du Tribunal aux armées de Paris Brigitte Reynaud s'était rendue à Kigali pour entendre six plaignants qui accusent l'armée française de "complicité de génocide".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La visite du roi d'Espagne en Tunisie annulée

Article précédent :
La grande bouffe

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces