Extension Factory Builder
04/11/2009 à 07:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président burkinabè et médiateur de la crise guinéenne Blaise Compaoré Le président burkinabè et médiateur de la crise guinéenne Blaise Compaoré © AFP

Le médiateur burkinabè, le président Blaise Compaoré, a entamé mardi à Ouagadougou des pourparlers avec l'opposition guinéenne, qui demande le départ de la junte au pouvoir, en vue de sortir de la grave crise consécutive au massacre d'opposants le 28 septembre.

Signe de sa détermination, l'opposition a par ailleurs une nouvelle fois "catégoriquement rejeté" l'offre de "dialogue direct, franc et sincère" du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, dont le régime de plus en plus isolé est soumis à des sanctions internationales.

Dès l'ouverture des discussions, le médiateur a demandé aux Forces vives (opposition, syndicats et société civile) de lui faire des "propositions sur la mise en place d'un autre organe" que la junte pour gérer la transition en Guinée jusqu'aux élections générales du premier trimestre 2010.

Ces propositions devraient lui être remises dès mercredi. Le médiateur doit ensuite discuter avec une délégation de la junte avant de présenter une synthèse.

"Le président Compaoré nous a demandé de faire des propositions concrètes sur la transition, notamment sur la mise en place d'un autre organe (que la junte au pouvoir, ndlr) qui va gérer la transition, sur le processus électoral et sur les conditions d'éligibilité, etc. . . ", a déclaré à la presse le leader des Nouvelles forces démocratiques de Guinée (NFD, opposition) Mamadou Mouctar Diallo.

Nouvel appel au dialogue de Dadis

Le président Compaoré, nommé médiateur de la crise en Guinée par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), a réuni mardi à Ouagadougou vingt leaders politiques, représentants de syndicats et de la société civile dans une salle de conférences du palais présidentiel.

Le représentant du secrétaire général de l'Onu en Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, et un délégué de l'Union africaine (UA), Ibrahima Fall, étaient également présents.

Ces pourparlers font suite au massacre le 28 septembre à Conakry par les forces de sécurité de plus de 150 opposants, selon l'Onu. Depuis cette date, l'opposition demande le départ de la junte, arrivée au pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat le 23 décembre 2008.

Juste avant l'ouverture de ces discussions, le chef de la junte avait lancé un nouvel appel au dialogue pour sortir de la crise.

"Seul et seulement le dialogue direct, franc et sincère, constitue la voie royale pour sortir de cette situation", avait indiqué dans la nuit de lundi à mardi le capitaine Moussa Dadis Camara, dans une adresse à la Nation diffusée par la télévision et la radio nationales.

Commission nationale d'enquête

"L'apport extérieur de pays amis et gens de bonne volonté à ce dialogue guinéo-guinéen est certes important, mais la volonté et la détermination patriotiques restent et demeurent la clé du succès auquel aspirent tous les Guinéens", avait-il ajouté.

Mais pour l'opposition, "il n'a fait que du 'réchauffage'". "Tout ce qu'il a dit hier (lundi soir à Conakry), il l'avait déjà dit. C'est du divertissement. Nous rejetons catégoriquement cet appel", a déclaré à l'AFP le leader des NFD.

Par ailleurs, la nouvelle commission nationale d'enquête sur le massacre du 28 septembre, mise en place par la junte, a prêté serment mardi à Conakry mais a été boudée par les "forces vives" guinéennes, a constaté un correspondant de l'AFP.

Sur les 23 membres nommés par décret du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, seuls 16 personnes ont prêté serment.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Burkina Faso

Hama Arba Diallo, figure de la gauche burkinabè, est décédé

Hama Arba Diallo, figure de la gauche burkinabè, est décédé

Hama Arba Diallo, député-maire de Dori et figure de l'opposition burkinabè, est décédé dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Il avait 75 ans.[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers