Extension Factory Builder
14/10/2009 à 10:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Plusieurs femmes auraient été violées par les forces de l'ordre Plusieurs femmes auraient été violées par les forces de l'ordre © DR

Des milliers de Congolais ont été expulsé d'Angola dans des conditions très violentes, selon plusieurs victimes. Plusieurs personnes auraient succombé aux coups des forces de l'ordre et des femmes auraient été violées.

Des policiers m'ont réveillée à 4H00, ils ont déchiré ma carte de résident, m'ont emmenée dans un cachot où j'ai été violée, avec d'autres femmes" avant d'être expulsée, raconte Bibi, une Congolaise refoulée brutalement d'Angola vers la RD Congo début octobre.

Selon l'ONU, plus de 16. 000 Congolais ont été recensés dans la Bas-Congo (ouest), expulsés d'Angola depuis août, surtout de l'enclave du Cabinda, située entre la RDC et le Congo-Brazzaville sur l'océan Atlantique. En réaction, la RDC a entamé fin septembre l'expulsion de milliers d'Angolais.

Ces opérations se sont accélérées de chaque côté ces derniers jours, mais mardi les deux pays ont décidé conjointement de les suspendre.

A Yema, une ville située à plus de 600 km au sud-ouest de Kinshasa près de la frontière du Cabinda, les expulsés sont arrivés chaque jour par centaines, traumatisés par les traitements brutaux des forces de l'ordre angolaises lors de leur interpellation et détention.

Traumatisme

Sur un parking devenu un vaste centre d'accueil, des familles refoulées s'entassent dans la promiscuité. Abritée sous un baraquement de bambous couvert de palmes, Bibi, 23 ans, vendeuse de friperie au marché de Cabinda, s'est retrouvée à Yema le 8 octobre.

"Je savais que la rushka (ndlr, expulsion) faisait rage mais quand on a toqué à ma porte, j'étais loin de m'imaginer ce qui allait m'arriver. Ce sont les dredas (ndlr, bandits) qui indiquent aux policiers les habitations des Congolais, sans-papiers ou non, et nous ont dépouillés de nos biens", raconte-t-elle à l'AFP, les larmes aux yeux.

"Si je tenais vraiment à ce que j'ai amassé à Cabinda, j'aurais perdu ma vie. J'ai vu des gens tabassés et mourir pour leurs biens", affirme-t-elle. Elle se retrouve maintenant "démunie" au Congo qu'elle avait fui à cause "du chômage et la pauvreté".

Comme elle, Nicolas Ndaye, ingénieur-informaticien, garde un "très mauvais souvenir des Angolais" après son séjour de trois ans à Cabinda. Installé à l'arrière d'une camionnette qui le ramène de Yema à Muanda, ville côtière sur l'Atlantique, il fulmine.

"J'ai sillonné le monde mais ce que j'ai vécu à Cabinda est un enfer, et pourtant j'y ai formé des informaticiens, investi 3. 200 dollars et je détiens une carte consulaire".

"J'ai tout perdu"

"J'ai tout perdu, il ne me reste plus que la tenue que je porte. J'ai été jeté dans un camion à benne basculante bondé d'au moins 400 personnes, séparé de ma famille", raconte l'homme proche de la cinquantaine, vêtu d'un simple short beige et d'une chemise.

Il affirme avoir dénombré "six morts, des personnes éjectées du véhicule qui roulait à vive allure" vers la frontière. "Ma femme m'a rapporté le viol collectif des femmes dans la cellule où elle était détenue avant son refoulement", ajoute-il.

Hagard, Jean-Claude Molo, 35 ans, vivait depuis 7 ans à Soyo, la ville angolaise frontalière de Banana, près de l'embouchure du fleuve Congo. Il a été l'un des 120 passagers d'une pirogue motorisée réquisitionnée par le service de l'immigration angolaise qui a accosté samedi au port maritime de Banana.

"J'ai été arrêté à 14H00 alors que je vendais des layettes au marché. Les policiers m'ont dit que ma carte de résident ne les intéressait pas, ils m'ont déshabillé, déchaussé et pris mes 7. 000 kwanza (monnaie angolaise, 60 dollars) avant de me conduire au cachot", explique-t-il, pieds nus, vêtu d'un short bleu et d'un polo blanc sales.

Selon un policier des frontières congolais interrogé à Yema, plusieurs expulsés ont été blessés et d'autres tués lors de leur détention ou de leur refoulement.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

RD Congo

RDC : deux jeunes tués dans une manifestation contre la Monusco dans l'Est

RDC : deux jeunes tués dans une manifestation contre la Monusco dans l'Est

Les protestations contre la Monusco ont fait deux morts et un blessé par balle mardi, dans l'est de la RDC, a annoncé mercredi une fédération d'association.[...]

RDC : "Vieux Ebola", le nouveau surnom de Koffi Olomidé ne passe pas

Le chanteur congolais (RDC) Koffi Olomidé, 58 ans, été arrêté mardi à Kinshasa pour avoir accroché dans la rue des banderoles annonçant le concert de "Vieux [...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets[...]

RDC : opération "villes mortes" dans les grandes agglomérations du Nord-Kivu

Une opération "villes mortes" a été organisée mardi dans la plupart des grandes agglomérations du Nord-Kivu (est de la RDC) pour protester contre l'insécurité[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers