Extension Factory Builder
20/09/2009 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Certains instituteurs s'inquiètent pour les enfants qui écrivent en nouchi Certains instituteurs s'inquiètent pour les enfants qui écrivent en nouchi © AFP

Le nouchi, langue née dans les ghettos d'Abidjan, a la cote chez les jeunes. Et pas que chez eux : les politiques s'y mettent...

Ils ne s'amusent pas, ils "s'enjaillent". Cette personne à la mode, ils la trouvent "choco". Eux, ce sont les adeptes du nouchi, un langage né dans les "glôglô" (quartiers précaires) d'Abidjan et qui a conquis jusqu'aux responsables politiques.

Prenant le français comme base, le nouchi y ajoute mots et expressions tirés des nombreuses langues parlées à travers la Côte d'Ivoire.

"Faut blè-blè", qui signifie "calme-toi", associe français et baoulé, langue d'une des principales ethnies du pays (centre). "Ya fohi" (pas de problème) puise dans le malinké (nord). Quant au néologisme "s'enjailler", il trouve son origine au-delà même des frontières, dans l'anglais "enjoy".

"C'est un langage qui s'autogénère, chaque jour il y a de nouveaux mots qui naissent", explique à l'AFP Jérémie Kouadio, professeur de linguistique à l'université de Cocody-Abidjan. "Il évolue d'une commune à une autre et d'une région à une autre".

"Langage codé"

"Quand un mot d'une langue sonne bien, la rue se l'accapare", résume le percussionniste Julien Goualo.

Né au début des années 80 dans les "ghettos" de la capitale économique ivoirienne, le nouchi était alors "un langage codé" utilisé par les voyous, raconte-t-il. Dans ce monde de gangs, "on reconnaissait les nouchis à leur manière de marcher la poitrine bombée, comme si le monde leur appartenait".

Aujourd'hui encore, "le nouchi, c'est aussi et surtout les gestes qui accompagnent chaque mot", souligne la rappeuse Nash.

Visage juvénile et résolu, cette étudiante en anglais met à l'honneur à travers sa musique cette façon de parler, également illustrée par des artistes comme Magic System et des humoristes comme Adama Dahico.

Loin de l'image du "gros bras" des débuts, Guillaume Bossé, employé bon chic bon genre, évoque un moyen de "s'identifier en tant qu'Ivoirien".

A l'origine "argot parlé par une minorité dans la rue", le nouchi est en effet devenu "la langue de ralliement de tous les jeunes" du pays, parallèlement au français, souligne le Pr Kouadio.

Ce "phénomène social" -selon la formule de l'universitaire Séry Bailly, qui a participé en juin à un colloque sur le sujet- n'a pas laissé indifférents les ténors de la politique.

Les politiques s'y mettent

Volontiers familier, le président Laurent Gbagbo n'hésite pas à glisser des mots nouchis dans ses discours.

Même le très strict Henri Konan Bédié s'y est mis. Lors de rassemblements récents devant la jeunesse, l'ex-chef d'Etat n'a pas été avare de mots "yèrè" (branchés). "Vous êtes des femmes choco", a-t-il lancé à ses militantes, tandis qu'il jurait que ses adversaires allaient "fraya" (s'enfuir) après la prochaine élection présidentielle.

Pourtant ce langage, sorte d'équivalent du "pidgin" parlé en Afrique de l'Ouest anglophone, n'a pas que des défenseurs.

"Des enfants écrivent du nouchi dans leurs devoirs. Ils ne peuvent plus faire une phrase dans un français correct", s'alarme Roselyne Assa, institutrice.

"On ne peut pas empêcher les jeunes de le parler, mais il faut qu'ils sachent qu'ils ne peuvent pas l'utiliser dans certaines institutions ou dans des concours administratifs", relève le Pr Bailly, pour qui ces embarras devraient "s'atténuer" avec les progrès de l'instruction.

Du haut de ses 20 ans et poussières, Nash, elle, se voit parler ainsi pendant encore longtemps et croit en l'avenir du "mouvement": pas de doute, "ça va prendre coupe".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone 'Wattao' dans le viseur de l'ONU

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Côte d'Ivoire : Dobet Gnahoré, chanteuse polyglotte et cosmopolite

Bété, malinké, dida, lingala, créole, français, anglais... Le répertoire de la chanteuse ivoirienne Dobet Gnahoré semble n'avoir pas de limites. Et gagne en épaisseur[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Daniel Kablan Duncan : en Côte d'Ivoire, "nul n'échappera à la justice"

Aujourd'hui Charles Blé Goudé, demain Simone Gbagbo... Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, insiste sur la nécessité de juger tous les acteurs de la crise postélectorale.[...]

Côte d'Ivoire : le gouvernement lance les travaux aux urgences du CHU de Cocody

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, le ministre des Postes et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Bruno Nabagné Koné, a annoncé à l’issue du conseil[...]

"Run", le premier film sur la crise en Côte d'Ivoire, sélectionné au Festival de Cannes

"Run", le film du réalisateur franco-ivoirien de 42 ans Philippe Lacôte a été sélectionné au Festival de Cannes 2014, dans la catégorie "Un certain regard".[...]

Côte d'Ivoire : Total découvre du pétrole

Total a annoncé la découverte de pétrole dans l'offshore profond au large de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est la première découverte de ce type pour le groupe[...]

Côte d'Ivoire : dix ans après, l'enquête patine dans la disparition de Guy-André Kieffer

L'enquête au sujet de la disparition du journaliste indépendant Guy-André Kieffer en Côte d'Ivoire, le 16 avril 2004, est toujours au point mort. Si les soupçons se sont orientés vers des[...]

Côte d'Ivoire : le FPI est prêt à reprendre le dialogue... sous conditions

Les joutes verbales continuent entre le Front populaire ivoirien et le gouvernement en Côte d'Ivoire. Mardi, le parti de Laurent Gbagbo s'est déclaré prêt à reprendre le dialogue. Sous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces