Extension Factory Builder
31/08/2009 à 19:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kaddafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être 'derrière tous les conflits' de l'Afrique Kaddafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être "derrière tous les conflits" de l'Afrique © AFP

Les chefs d'Etat de l'Union africaine réunis lundi à Tripoli, en Libye, n'ont pas réalisé d'avancées concrètes quant à la résolution des guerres en Afrique. Lors du sommet, le "guide" libyen Mouammar Kadhafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être "derrière tous les conflits" du continent.

Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi a clôturé lundi soir à Tripoli un sommet extraordinaire de l'Union africaine consacré aux conflits en Afrique, sans prendre de mesures qui pourraient venir à bout des guerres qui minent le continent.

La séance de clôture a été marquée par l'arrivée du président vénézuélien Hugo Chavez et son homologue dominicain Leonel Fernandez, venus pour célébrer l'anniversaire de la révolution libyenne qui a porté au pouvoir le numéro un libyen Mouammar Kadhafi, le 1er septembre 1969.

Dans un discours, M. Chavez a lancé plusieurs slogans contre l'impérialisme occidental et appelé à l'unité africaine.

"L'Afrique unie est une Afrique libre", a-t-il dit, saluant "40 ans de révolution verte" en Libye.

Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement africains, dont le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup de poursuites internationales, ont participé à cette "session spéciale", qui a notamment examiné la situation en Somalie et au Darfour.

Pas d'avancées concrètes

A l'issue de leurs travaux, une "déclaration de Tripoli" et un plan d'action ont été adoptés "pour trouver des solutions urgentes aux crises et conflits" en Afrique, sans toutefois réaliser d'avancées concrètes par rapport au sommet ordinaire de de juillet à Syrte en Libye.

"Il n'y a quasiment rien de nouveau", a indiqué à l'AFP un ministre africain sous couvert de l'anonymat. "Pour les Libyens, le sommet était juste un moyen pour garantir la participation de chefs d'Etat aux célébrations du 1er septembre", a-t-il dit.

Le plan d'action appelle notamment les pays membres ayant promis des contributions en troupes à la force africaine de paix en Somalie (Amisom) à honorer "rapidement" leurs promesses et "de fournir le soutien nécessaire à l'Amisom et au gouvernement somalien de transition (TFG), y compris en ressources financières, en effectifs, équipements et formation".

L'UA avait déjà appelé à plusieurs reprises au renforcement des effectifs de l'Amisom, qui avec ses 5. 000 hommes sur les 8. 000 initialement prévus sécurise notamment la présidence, le port et l'aéroport de Mogadiscio.

Le président somalien Sharif Cheikh Ahmed, présenté comme un islamiste modéré, est confronté à une vaste offensive depuis début mai des islamistes radicaux.

Le sommet a appelé par ailleurs à la tenue d'un congrès international pour discuter une résolution internationale au sujet du piratage en Somalie.

Kadhafi s'en prend à Israël

En ce qui concerne le Darfour, cette région de l'ouest du Soudan en guerre civile, les Chefs d'Etat ont souligné la nécessité de garantir "une avancée rapide dans les efforts visant à réaliser la paix, la sécurité, la justice et la conciliation ay Darfour", selon le texte dont l'AFP a eu une copie.

Des hauts responsables de la Mission de paix hybride des Nations unies et de l'Union africaine (Minuad) ont affirmé récemment qu'il n'y avait "plus de guerre" dans cette région de l'ouest du Soudan.

A l'ouverture du sommet, le colonel Kadhafi a accusé Israël "d'être derrière tous les conflits en Afrique", appelant à la fermeture de toutes les ambassades israéliennes sur le continent.

Outre M. Béchir, poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes au Darfour, le président du Zimbabwe Robert Mugabe était également présent sous la tente géante érigée sur le port de Tripoli.

En revanche, les présidents sud-africain (Jacob Zuma), sénégalais (Abdoulaye Wade), nigérian (Umaru Yar'Adua) et ougandais (Yoweri Museveni) étaient absents.

Mardi, un défilé militaire et un spectacle sont prévus pour retracer l'histoire de la Libye de Mouammar Kadhafi, à l'occasion de l'anniversaire de son accession au pouvoir le 1er septembre 1969, et célébrer le 10e anniversaire de l'UA.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Libye

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Libye - France : un cousin de Kadhafi accuse Sarkozy d'avoir perçu des fonds du "Guide" en 2007

Dans un entretien publié mercredi par "L’Express", l'ancien diplomate Ahmed Kadhaf al-Dam, un cousin de l’ancien "Guide" libyen Mouammar Kadhafi, affirme que Nicolas Sarkozy a bel et bien[...]

Libye : le général Haftar revendique un raid aérien contre une milice anti-gouvernementale

Un avion de combat a mené lundi un raid contre une base militaire contrôlée par des milices anti-gouvernementales, dans l'ouest de la Libye. L'attaque a été revendiquée par le[...]

Plusieurs dizaines de migrants portés disparus dans un naufrage au large de la Libye

Plusieurs dizaines voire des centaines de migrants ont disparu la semaine dernière en mer Méditerranée après le naufrage de leur embarcation au large des côtes libyennes. Les recherches en cours[...]

Libye : très cher Seif el-Islam Kadhafi, butin de guerre et trésor vivant

Détenu au secret depuis fin 2011, l'ex-dauphin du "Guide" représente pour ses geôliers un trésor de guerre inestimable. Que lorgnent avec convoitise toutes les factions rivales.[...]

La Libye accuse le Soudan "d'armer des groupes terroristes"

Le Soudan est accusé par les autorités libyennes d'avoir livré des armes à des milices islamistes sur la base aéroportuaire de Maitiga, à Tripoli.[...]

Ali Shoaieb Emhemed : "Non à une intervention armée étrangère en Libye"

De passage à Paris, le vice-président libyen de la Chambre des représentants, Ali Shoaieb Emhemed, a répondu aux question de Jeune Afrique sur la situation de son pays. Entretien.[...]

États-Unis : trois hommes inculpés pour l'assassinat de l'artiste Bilal Berreni, alias Zoo Project

La justice américaine a annoncé, mercredi, l’inculpation de trois hommes pour le meurtre, en juillet 2013, de l’artiste franco-algérien Bilal Berreni, plus connu sous le pseudonyme "Zoo [...]

L'ONU étudie des sanctions contre les miliciens libyens

Gel des avoirs à l'étranger et interdiction de voyager : l'ONU planche sur des sanctions à prendre contre les miliciens qui s'opposent au nouveau Parlement libyen élu en juin.[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex