Extension Factory Builder
31/08/2009 à 19:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kaddafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être 'derrière tous les conflits' de l'Afrique Kaddafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être "derrière tous les conflits" de l'Afrique © AFP

Les chefs d'Etat de l'Union africaine réunis lundi à Tripoli, en Libye, n'ont pas réalisé d'avancées concrètes quant à la résolution des guerres en Afrique. Lors du sommet, le "guide" libyen Mouammar Kadhafi s'en est pris à Israël, qu'il accuse d'être "derrière tous les conflits" du continent.

Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi a clôturé lundi soir à Tripoli un sommet extraordinaire de l'Union africaine consacré aux conflits en Afrique, sans prendre de mesures qui pourraient venir à bout des guerres qui minent le continent.

La séance de clôture a été marquée par l'arrivée du président vénézuélien Hugo Chavez et son homologue dominicain Leonel Fernandez, venus pour célébrer l'anniversaire de la révolution libyenne qui a porté au pouvoir le numéro un libyen Mouammar Kadhafi, le 1er septembre 1969.

Dans un discours, M. Chavez a lancé plusieurs slogans contre l'impérialisme occidental et appelé à l'unité africaine.

"L'Afrique unie est une Afrique libre", a-t-il dit, saluant "40 ans de révolution verte" en Libye.

Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement africains, dont le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup de poursuites internationales, ont participé à cette "session spéciale", qui a notamment examiné la situation en Somalie et au Darfour.

Pas d'avancées concrètes

A l'issue de leurs travaux, une "déclaration de Tripoli" et un plan d'action ont été adoptés "pour trouver des solutions urgentes aux crises et conflits" en Afrique, sans toutefois réaliser d'avancées concrètes par rapport au sommet ordinaire de de juillet à Syrte en Libye.

"Il n'y a quasiment rien de nouveau", a indiqué à l'AFP un ministre africain sous couvert de l'anonymat. "Pour les Libyens, le sommet était juste un moyen pour garantir la participation de chefs d'Etat aux célébrations du 1er septembre", a-t-il dit.

Le plan d'action appelle notamment les pays membres ayant promis des contributions en troupes à la force africaine de paix en Somalie (Amisom) à honorer "rapidement" leurs promesses et "de fournir le soutien nécessaire à l'Amisom et au gouvernement somalien de transition (TFG), y compris en ressources financières, en effectifs, équipements et formation".

L'UA avait déjà appelé à plusieurs reprises au renforcement des effectifs de l'Amisom, qui avec ses 5. 000 hommes sur les 8. 000 initialement prévus sécurise notamment la présidence, le port et l'aéroport de Mogadiscio.

Le président somalien Sharif Cheikh Ahmed, présenté comme un islamiste modéré, est confronté à une vaste offensive depuis début mai des islamistes radicaux.

Le sommet a appelé par ailleurs à la tenue d'un congrès international pour discuter une résolution internationale au sujet du piratage en Somalie.

Kadhafi s'en prend à Israël

En ce qui concerne le Darfour, cette région de l'ouest du Soudan en guerre civile, les Chefs d'Etat ont souligné la nécessité de garantir "une avancée rapide dans les efforts visant à réaliser la paix, la sécurité, la justice et la conciliation ay Darfour", selon le texte dont l'AFP a eu une copie.

Des hauts responsables de la Mission de paix hybride des Nations unies et de l'Union africaine (Minuad) ont affirmé récemment qu'il n'y avait "plus de guerre" dans cette région de l'ouest du Soudan.

A l'ouverture du sommet, le colonel Kadhafi a accusé Israël "d'être derrière tous les conflits en Afrique", appelant à la fermeture de toutes les ambassades israéliennes sur le continent.

Outre M. Béchir, poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes au Darfour, le président du Zimbabwe Robert Mugabe était également présent sous la tente géante érigée sur le port de Tripoli.

En revanche, les présidents sud-africain (Jacob Zuma), sénégalais (Abdoulaye Wade), nigérian (Umaru Yar'Adua) et ougandais (Yoweri Museveni) étaient absents.

Mardi, un défilé militaire et un spectacle sont prévus pour retracer l'histoire de la Libye de Mouammar Kadhafi, à l'occasion de l'anniversaire de son accession au pouvoir le 1er septembre 1969, et célébrer le 10e anniversaire de l'UA.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Libye

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

L'incendie qui ravage un important site de stockage de carburant près de l'aéroport de Tripoli était toujours hors de contrôle, mardi. Le gouvernement libyen a fait appel à l'aide étrang&[...]

Libye : un avion des forces loyales à Khalifa Haftar s'écrase à Benghazi

Un avion militaire engagé au côté du général dissident Khalifa Haftar s'est écrasé mardi à Benghazi, où des combats font rage depuis samedi.[...]

Libye : l'incendie d'immenses réservoirs de carburant menace Tripoli

Un tir de roquette a provoqué dimanche l'incendie de vastes réservoirs de carburant près de Tripoli. Le gouvernement évoque une situation "très dangereuse", les flammes menaçant[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Libye : 100 morts dans des combats entre milices, les Occidentaux quittent le pays

L'escalade des violences en Libye a poussé dimanche des capitales occidentales à rappeler leurs ressortissants. Près de 100 personnes ont été tuées en deux semaines de combats entre [...]

Libye : 38 morts dans des affrontements à Benghazi

Au moins 38 personnes, des soldats pour la plupart, ont été tuées et 50 blessées dans de violents combats entre armée et groupes islamistes ces dernières 24 heures à Benghazi dans[...]

Libye : les États-Unis évacuent leur personnel diplomatique de Tripoli

Les États-Unis ont évacué samedi tout leur personnel diplomatique de leur ambassade en Libye en raison des violents affrontements dans la capitale, a annoncé le département d'État.[...]

Libye : le gouvernement met en garde contre "l'effondrement de l'État"

Le gouvernement libyen a mis en garde vendredi contre "l'effondrement de l'État" au moment où les combats faisaient toujours rage entre milices rivales à Tripoli pour le 13e jour[...]

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du[...]

Libye : violents combats entre milices rivales à Benghazi et à Tripoli

À Benghazi et à Tripoli, autour de l'aéroport, les combats se poursuivaient mercredi, alors que l'entrée en fonction du nouveau Parlement (à Benghazi) a été fixée au 4[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers