Extension Factory Builder
30/07/2009 à 14:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires, présents le 30 juillet à Maiduguri, au nord-est du Nigeria Des militaires, présents le 30 juillet à Maiduguri, au nord-est du Nigeria © AFP

Les combats se sont achevés jeudi, entre les forces de l'ordre nigerianes et les islamistes radicaux. Bilan: plus de 600 morts, dont au moins 200 insurgés islamistes. Le chef spirituel des "talibans", Mohammed Yusuf, n'aurait pas été neutralisé.

Au moins 600 personnes ont été tuées au Nigeria dans les affrontements entre forces de l'ordre et islamistes radicaux depuis dimanche, selon les derniers chiffres communiqués par la police et des témoins.

Les combats ont cessé jeudi en milieu de matinée à Maiduguri (nord-est du Nigeria), où des heurts entre forces de l'ordre et islamistes radicaux ont fait des centaines de morts.

Les tirs d'armes automatiques et d'obus de mortier avaient cessé dans la matinée et un hélicoptère survolait la ville, fief des fondamentalistes islamiques de la secte des "Taliban" et capitale de l'Etat de Borno. "Les forces de sécurité nigérianes contrôlent la situation après la chute des talibans", a déclaré le porte-parole du gouvernement local de Borno, Usman Chiroma.

Si le fief du groupe rebelle à Maiduguri a été totalement pilonné par l'armée et la police, il semblerait que le chef spirituel des "talibans", Mohammed Yusuf, ait pris la fuite dans un convoi, avec plusieurs hommes, dans la soirée de mercredi.

200 islamistes tués

Plus tôt dans la matinée, la police avait annoncé avoir tué 200 islamistes radicaux, parmi lesquels se trouvaient le numéro deux la secte Boko Haram ("Taliban"). Une source policière ayant requis l'anonymat a en effet indiqué que quelque 200 membres de la secte "Talibans" avaient été tués par l'armée jeudi matin à la périphérie de leur fief de Maiduguri (nord-est).

Après une nuit de tirs à l'arme lourde et légère contre les positions des islamistes radicaux en fuite depuis mercredi soir, l'armée a pilonné jeudi matin des quartiers de la ville pour venir à bout de la résistance des "talibans". Quelques habitants s'aventuraient à nouveau dans les rues désertées depuis plusieurs jours en raison des affrontements.

Un journaliste local a pour sa part affirmé avoir vu et compté jeudi matin les dépouilles de 90 militants islamistes tués dans la nuit de mercredi à jeudi à Maiduguri, fief des "talibans". "Environ 70 corps étaient éparpillés autour de la mosquée et de la base des talibans. A l'intérieur d'une maison, nous avons vu 20 corps supplémentaires", a déclaré Mustapha Isa, journaliste au quotidien national Daily Trust.

De plus, un journaliste de l'AFP présent à Maiduguri a vu mardi et mercredi une vingtaine de dépouilles non comptabilisées de "talibans" être entreposées dans la cour du commissariat central de la ville, capitale de l'Etat de Borno.

Le bilan des combats qui ont débuté dimanche et touché quatre Etats septentrionaux du Nigeria s'élevait mercredi déjà à 300 morts, selon des chiffres transmis par la police.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Nigeria

Élections sous tension au Nigeria - le scrutin prolongé jusqu'à dimanche

Élections sous tension au Nigeria - le scrutin prolongé jusqu'à dimanche

La journée électorale au Nigeria ne s'est pas déroulé sans encombres. Des dysfonctionnements, des violences et des victimes sont à déplorer. Le scrutin a même été prolo[...]

Nigeria : élections suspendues dans certains bureaux à cause de problèmes techniques

Les opérations de vote pour les élections présidentielle et législatives au Nigeria ont été suspendues samedi en raison de problèmes techniques dans certains bureaux, où[...]

Nigeria : au moins sept morts dans des attaques contre des bureaux de vote

Au moins sept personnes ont été tuées samedi dans plusieurs attaques menées par des islamistes présumés dans le nord-est du Nigeria contre des bureaux de vote le jour des[...]

Nigeria : ouverture des bureaux de vote pour la présidentielle

Les Nigérians commençaient samedi à se rendre aux urnes pour élire leur prochain président, au cours du scrutin le plus serré de l'histoire de ce pays le plus peuplé d'Afrique,[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir repris Gwoza, le fief de Boko Haram

L'armée nigériane a annoncé vendredi avoir repris aux islamistes de Boko Haram la localité hautement symbolique de Gwoza dans le Nord-Est.[...]

Présidentielle nigériane : fin de partie

Le premier tour de l’élection présidentielle au Nigeria se tiendra demain. Parmi les 14 candidats, deux seulement ont des chances d’emporter la mise. L’actuel président, Goodluck Jonathan,[...]

Lutte contre Boko Haram : les couacs de la coopération entre le Tchad et le Nigeria

Le Tchad est le pays le plus impliqué dans la lutte contre Boko Haram. Son armée est la seule à s'être autant aventurée en territoire nigérian. Mais sa coopération avec Abuja laisse[...]

Tony Elumelu : rencontre avec l'homme qui mise 100 millions dans les startups africaines

Les équipes du magazine TV Réussite sont parties à Lagos rencontrer Tony Elumelu, milliardaire nigérian à la tête du conglomérat Heirs Holdings. Un homme qui croit à l'urgente[...]

Présidentielle nigériane : la campagne s'achève sous haute surveillance

Quelque 68,8 millions d'électeurs sont appelés aux urnes samedi pour l'un des scrutins les plus importants de l'histoire du Nigeria.[...]

Nigeria : Remi Sonaiya, une seule femme candidate dans le pays le plus peuplé du continent

Remi Sonaiya est la première femme dans l’histoire du Nigeria à se porter candidate à une élection présidentielle.  Bien que sa candidature fasse figure de poids plume, elle souhaite[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090730140147 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090730140147 from 172.16.0.100