Extension Factory Builder
15/06/2009 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre israélien réclame la reconnaissance d'Israël en tant qu'Etat juif Le Premier ministre israélien réclame la reconnaissance d'Israël en tant qu'Etat juif © DR

Le président égyptien, comme ses voisisns arabes, a dénoncé le discours de Benjamin Netanyahu dans lequel il demande de reconnaître l'existence d'un Etat juif. Hosni Moubarak l'accuse de "compliquer les choses".

Les voisins arabes d'Israël, à l'image des Palestiniens, ont dénoncé lundi le contenu du discours tenu la veille par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président égyptien jugeant que le point sur le caractère juif d'Israël "ruinait les possibilités de paix".

Des Palestiniens et des trois pays voisins de l'Etat hébreu (Egypte, Liban, Jordanie), seul Amman n'avait pas manifesté sa réprobation à la mi-journée.

"L'appel à reconnaître Israël en tant qu'Etat juif complique davantage les choses et ruine les possibilités de paix", a affirmé, lors d'une cérémonie militaire, Hosni Moubarak, cité par l'agence officielle Mena.

"Personne ne soutiendra cet appel, ni en Egypte ni ailleurs", a-t-il ajouté.

Le principe d'un Etat palestinien accepté

L'Egypte est le seul pays arabe de la région, avec la Jordanie, à avoir signé un traité de paix avec Israël. Selon la Mena, le président égyptien a souligné avoir eu l'occasion de dire au président américain Barack Obama que "la solution de toutes les crises (...) dans le monde arabe passait par Jérusalem".

"J'ai dit au Premier ministre Benjamin Netanyahu que les négociations sur le statut définitif des territoires palestiniens devaient reprendre là où elles ont été laissées, immédiatement", a-t-il poursuivi.

Soumis à de fortes pressions internationales, notamment de Washington, Benjamin Netanyahu a accepté dimanche dans son discours le principe d'un Etat palestinien, tout en posant une série de conditions draconiennes. Il a notamment exigé la démilitarisation de cet Etat et la reconnaissance par la direction palestinienne d'Israël comme Etat du peuple juif. Il a aussi exclu un gel de la colonisation juive, un retour des réfugiés palestiniens poussés à l'exode lors de la création d'Israël en 1948, ou un retrait de la partie arabe occupée de Jérusalem.

Les cinq "non" de Netanyahu

Les Palestiniens et la presse syrienne ont également dénoncé le discours. "Il devient clair que nous sommes en présence d'un gouvernement israélien qui refuse en réalité une solution à deux Etats, l'arrêt de la colonisation et la reprise des négociations du point où elles s'étaient arrêtées" fin 2008, a affirmé le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Selon lui, la direction palestinienne est entrée en contact "dès dimanche soir" avec l'administration américaine et des pays européens et arabes "pour expliquer que (Benjamin) Netanyahu n'a fait qu'émettre cinq non".

"Il a dit non à une solution à deux Etats, non au gel de la colonisation, non à la vision du président Barack Obama pour un nouveau Proche-Orient, non à la reprise des négociations au point où elles s'étaient arrêtées et non à l'initiative de paix arabe" proposant une normalisation avec Israël en échange de son retrait des territoires occupés, a-t-il estimé.

Dimanche soir, le Hamas islamiste, au pouvoir à Gaza, avait dénoncé une "idéologie raciste et extrémiste".

Rejet de l'initiative arabe pour la paix

A Damas, le quotidien à grand tirage al-Watan a jugé lundi que Benjamin Netanyahu avait "torpillé tous les efforts de paix".

Le Premier ministre "a confirmé qu'il rejetait l'initiative arabe pour la paix ainsi que toutes les initiatives et les résolutions du Conseil de sécurité relatives à la paix" régionale, a écrit le quotidien du parti au pouvoir al-Baas.

Dans un communiqué, le président libanais Michel Sleimane a lui appelé la communauté internationale à "faire pression" sur Israël pour qu'il accepte les précédentes initiatives de paix.

Au sein de cette communauté internationale, le président américain a salué le discours de M. Netanyahu comme un "important pas en avant", alors que les Européens ont évoqué "un petit pas", qui doit en appeler d'autres.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090615174008 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090615174008 from 172.16.0.100