Extension Factory Builder
12/06/2009 à 21:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un deuil national de dix jours a été décrété au Tchad à compter de samedi Un deuil national de dix jours a été décrété au Tchad à compter de samedi © AFP

L'ex-président tchadien (1975-1979) Félix Malloum est décédé des suites d'un arrêt cardiaque vendredi à Paris, où il avait été hospitalisé. Un deuil national de dix jours a été décrété au Tchad à compter de samedi.

"Le général Félix Malloum est décédé aujourd'hui (vendredi) à 13H30 (11H30 GMT) à l'hôpital américain de Neuilly à Paris des suites d'un arrêt cardiaque", a affirmé la présidence dans un bref communiqué, sans donner plus de détails.

Selon une source officielle jointe par l'AFP à N'Djamena, il avait été évacué la semaine dernière vers la France pour des raisons de santé.

Jusqu'à vendredi soir, aucune information n'avait pu être immédiatement obtenue sur l'éventuel rapatriement de sa dépouille mortelle, et les dates et lieux de son inhumation.

Le président Idriss Deby Itno a signé un décret annonçant "un deuil national de dix jours", du 13 au 22 juin, en raison de ce décès.

"Toute manifestation à caractère festif est interdite"

"Les drapeaux sont mis en berne pendant la période de deuil et toute manifestation à caractère festif est interdite", précise le texte dont l'AFP a obtenu copie.

Né le 10 septembre 1932 à Fort Archambault (actuellement Sarh), dans le sud du pays, Félix Malloum est un ancien combattant de la guerre d'Indochine.

Premier chef d'état-major de l'armée tchadienne au lendemain de l'indépendance, il avait été arrêté en 1973 par le premier président du Tchad, François Tombalbaye.

Il avait été libéré en 1975 à la faveur d'un coup d'Etat contre M. Tombalbaye -tué lors de la prise du pourvoir-, puis désigné président par les putschistes organisés en Conseil supérieur militaire (CSM).

Instabilité politique et guerres

Quelques mois plus tard, en septembre 1975, le général Malloum avait ordonné la fermeture de la base de l'armée française sur le territoire, devenue effective un mois et demi plus tard.

L'année suivante, lors d'une visite à N'Djamena de Jacques Chirac, alors Premier ministre français, le Tchad et la France avaient signé un accord de coopération militaire en remplacement des accords de défense qui liaient les deux pays depuis 1960.

Le régime du général Malloum a été marqué par une instabilité politique et des guerres mettant aux prises plusieurs groupes armés, dont un conduit par Hissène Habré, qui fut son Premier ministre.

Félix Malloum a été chassé du pouvoir par Hissène Habré et contraint à l'exil en 1979.

Après 23 ans d'absence, il était rentré au Tchad en 2002. Depuis, il s'était retiré de la vie politique et publique. Promu en mars 2002 général de division par M. Deby , il bénéficiait de tous les avantages accordés aux anciens présidents.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tchad

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers