Extension Factory Builder
07/04/2009 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Royal demande pardon pour le discours de Sarkozy à Dakar Royal demande pardon pour le discours de Sarkozy à Dakar © AFP

Ségolène Royal a demandé "pardon" à l’Afrique lors d’un discours prononcé à Dakar. "Pardon" pour les déclarations "humiliantes" que Nicolas Sarkozy avait faites en juillet 2007 dans la capitale sénégalaise. "Pardon", aussi, pour la loi sur le rôle positif de la colonisation.

L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a demandé "pardon" lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 au Sénégal par le président Nicolas Sarkozy, puis a demandé la fin de "ce qu'on appelle la Françafrique".

"Quelqu'un est venu ici vous dire que ‘l'Homme africain n'est pas encore entré dans l'Histoire’", a-t-elle déclaré, devant plus de 500 personnes réunies au siège du Parti socialiste sénégalais. "Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n'auraient jamais dû être prononcées et -je vous le dis en confidence- qui n'engagent ni la France, ni les Français", a-t-elle ajouté.

Les acclamations du public

L'assistance enthousiaste, en bonne partie constituée de militants socialistes, s'est alors levée pour l'applaudir et l'acclamer.

M. Sarkozy avait suscité une vive émotion, le 26 juillet 2007, à l'occasion de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, en évoquant notamment "le drame de l'Afrique, (qui est) que l'Homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire" ou "le paysan africain qui (...) ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles".

Des intellectuels ont publié depuis plusieurs livres en riposte aux propos de M. Sarkozy, résultant selon eux d'"une vision manichéenne, raciale et paternaliste" de l'Afrique.

"Vous avez fait l'histoire et vous continuez à la faire"

"Bien évidemment, vous avez fait l'histoire et vous continuez à la faire et vous l'avez faite bien avant la colonisation, pendant, avant et depuis. Et c'est avec vous que nous allons construire notre avenir" a répliqué Mme Royal.

"Pardon pour le passé, merci pour le passé", a-t-elle poursuivi, 161 ans après l'abolition définitive de l'esclavage en France et 49 ans après l'indépendance du Sénégal, ex-colonie française.

"Le pire, ce fut l'esclavage, le pire aussi ce fut la colonisation"

"Pour le meilleur et parfois, hélas, pour le pire, nos histoires ont été liées. Le pire, ce fut l'esclavage (...), le pire aussi ce fut la colonisation dont une partie de la droite a essayé de nous faire croire (...) qu'elle avait des ‘aspects positifs’", a poursuivi Mme Royal. La présidente de la région Poitou-Charentes avait débuté son discours par "mes frères et mes sœurs" et s'était présentée comme "une fille de l'Afrique", née il y a 55 ans à Dakar où son père était sous-officier.

"La France républicaine mérite que cesse ce qu'on appelle (...) la ‘Françafrique’ et l'opacité de décisions prises dans le secret de quelques bureaux pour quelques intérêts particuliers", a-t-elle encore déclaré.

"Nous ne pouvons ni soutenir les dictatures, ni abandonner les démocrates"

"Nous ne pouvons, nous Français, ni soutenir les dictatures, ni abandonner les démocrates", a insisté Mme Royal, adversaire malheureuse de M. Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2007, s'exprimant souvent comme une présidentiable en campagne.

Le programme de Ségolène Royal prévoyait lundi une audience avec le président sénégalais Abdoulaye Wade. Elle n'a pas eu lieu. L'attachée de presse de Mme Royal a annoncé que l'entretien avait été "reporté" mais la présidence a assuré que "cela n'était pas à l'agenda du président lundi". Mme Royal doit achever jeudi une visite de cinq jours au Sénégal.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Pardon à l'Afrique

Article pr�c�dent :
L'érotisme dans le texte

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090407093514 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090407093514 from 172.16.0.100