Extension Factory Builder
27/01/2009 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Localisation de la ville rwandaise de Gisenyi Localisation de la ville rwandaise de Gisenyi © AFP

Renversement d'alliances, entrée de milliers de soldats rwandais, arrestation du chef rebelle Nkunda, traque des rebelles hutus rwandais: en quelques jours, la donne militaire s'est retrouvée bouleversée dans l'est de la République démocratique du Congo.

Les "nungus nungus" (rumeurs en lingala) au matin du 20 janvier - date de l'entrée des troupes rwandaises sur le territoire de la RD Congo - se propagent rapidement dans Kinshasa, relayés par toutes les formes de supports médiatiques de la turbulente mégapole : radios, télévisions, taxis, buvettes, échoppes, marchés. . . .

Les Rwandais "envahissent" de nouveau l'est pour les Kinois, mais, cette fois, avec la bénédiction du président congolais Joseph Kabila. Il a pris un "risque politique énorme", estime un diplomate dans la capitale.

Des sources militaires signalent rapidement l'entrée à l'aube dans le Nord-Kivu de centaines, puis de milliers de soldats envoyés par le président Paul Kagame, un ennemi pour les Congolais en raison de son fort soutien aux rebellions successives qui, depuis 1996, font trembler le pouvoir, quand elles ne le renversent pas comme en 1997 avec la chute du Maréchal Mobutu.

Comme les autres ministres congolais, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication Lambert Mende, reconnaît l'entrée "d'"éléments de renseignements rwandais" pour une opération avec l'armée congolaise (FARDC) destinée à traquer les rebelles hutus rwandais en RDC depuis le génocide au Rwanda de 1994.

Pourtant, des prémices d'un rapprochement entre Kinshasa et Kigali se dessinaient depuis plusieurs semaines "avec des allées et venues" d'émissaires, selon une source onusienne.

"L'opération a été montée par les services de renseignements des deux pays, qui se sont réunis en Afrique du Sud et en Ethiopie", affirme à l'AFP une source proche de la présidence congolaise.

Sur le terrain, Rwandais et Congolais pénètrent rapidement dans les régions du Rutshuru et du Masisi, dans le Nord-Kivu. Avec une opacité totale, au début, sur les opérations, l'accès au nord de Goma étant bloqué à la Mission des Nations unies en RDC (Monuc), aux humanitaires, à la presse.

Rapidement, leur premier objectif dans le Rutshuru se révèle être le fief du chef tutsi congolais du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, ennemi juré de Kabila.

Leur avancée rapide, à pied, est grandement facilitée par la défection le 16 janvier de la plupart des commandants du CNDP, ralliés aux FARDC à Goma, sous l'oeil du chef d'Etat-Major de l'armée rwandaise, James Kabarebe.

Le soir du 22 janvier, Nkunda est arrêté au Rwanda.

Deux versions s'opposent: l'Etat-Major de l'opération conjointe affirme que Nkunda "était en cavale au Rwanda" lors de son arrestation. La branche du CNDP, restée fidèle à Nkunda, assure à l'AFP qu'il a été piégé par les Rwandais, qui l'avaient invité à venir à Gisenyi, ville rwandaise frontalière de Goma. "Les Rwandais nous ont trompé".

Depuis, Rwandais et Congolais progressent dans les collines du Kivu pour en chasser les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Et la "vox populi" congolaise ne cesse de réclamer l'extradition de Nkunda, accusé de crimes, pour qu'il soit jugé. La "nouvelle entente" entre Kinshasa et Kigali pourrait connaître sur cette question sa première grosse épreuve.

j

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Les coups de Grace

Article pr�c�dent :
Bras de fer à Tana

RD Congo

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090127T114111Z from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090127T114111Z from 172.16.0.100