Extension Factory Builder
25/01/2009 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'Ethiopie a annoncé dimanche avoir achevé son retrait de Somalie, pays ravagé par la guerre civile où elle intervenait depuis fin 2006 aux côtés du gouvernement somalien contre une insurrection islamiste, mais qui était devenu un bourbier militaire pour ses troupes.

"L'armée éthiopienne a achevé avec succès son retrait de Somalie et s'est complètement retirée" du territoire somalien, a annoncé dimanche à l'AFP le ministre éthiopien de la Communication, Bereket Simon.

"Nous aiderons (le gouvernement somalien) à de nombreux niveaux pour ramener la paix dans le pays mais cela n'impliquera plus notre armée comme auparavant", a-t-il poursuivi, précisant que les soldats éthiopiens "resteront vigilants" à la frontière commune.

Des témoins interrogés par l'AFP à Baïdoa, à 250 km au nord-ouest de Mogadiscio, ont confirmé les mouvements de troupes éthiopiennes et précisé que des convois avaient notamment quitté la ville tôt dimanche en direction de la localité frontalière de Dolo.

"J'ai vu au moins 30 véhicules militaires éthiopiens quitter Baïdoa tôt ce matin", a rapporté un résident, Abdiweli Yusuf.

Ce retrait total, annoncé le 2 janvier par Addis Abeba, change drastiquement la donne en Somalie et en particulier à Mogadiscio, où le retrait des soldats éthiopiens avait été achevé le 15 janvier.

Il fait planer encore plus d'incertitudes sur la sécurité dans ce pays pauvre en guerre civile depuis 1991, où la situation politique est également à un tournant: un nouveau Parlement, élargi aux islamistes modérés, doit prêter serment à partir de lundi afin d'élire un nouveau président après la démission le 29 décembre dernier d'Abdullahi Yusuf Ahmed au terme d'une crise politique.

L'armée éthiopienne était intervenue officiellement fin 2006 pour soutenir le gouvernement somalien, et a mis en déroute début 2007 les islamistes qui avaient contrôlé pendant quelques mois l'essentiel du centre et du sud de la Somalie. L'Ethiopie, en majorité orthodoxe, avait justifié cette intervention en arguant que les islamistes menaçaient sa sécurité.

Mais Addis Abeba était récemment devenue soucieuse de s'extraire d'un bourbier militaire car depuis début 2007, Mogadiscio et un nombre croissant de régions somaliennes sont le théâtre d'une guérilla acharnée - visant en particulier les forces somaliennes et éthiopiennes - dirigée par les combattants extrémistes islamistes des shebab.

Pour sa part, M. Bereket a qualifié de "mission réussie" l'intervention éthiopienne. "La principale tâche qui était de se débarrasser de la menace extrémiste a été rapidement accomplie (. . . ) nous avions créé de bonnes opportunités pour la Somalie, mais malheureusement, les forces politiques du pays et la communauté internationale n'ont pas complètement saisi cette chance", a-t-il commenté.

Le retrait de l'armée éthiopienne était la principale demande de l'opposition islamiste somalienne qui dénonçait "une occupation" de la Somalie.

Mais les shebab ont cependant juré de poursuivre leur combat contre les soldats ougandais et burundais de la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) déployée essentiellement à Mogadiscio depuis mars 2007, et les forces somaliennes qui lui sont alliées.

L'Amisom, constituée de 3. 400 hommes - loin des 8. 000 hommes initialement prévus - et qui reste mal équipée et sous-financée - est désormais la seule force étrangère sur le terrain.

Samedi, au moins 22 civils ont été tués à Mogadiscio dans l'explosion d'une voiture piégée qui visait un barrage de l'Amisom et dans des combats ayant suivi entre les soldats de la force africaine et des insurgés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cris

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications réclam&ea[...]

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le 15[...]

Burkina Faso : le général Gilbert Diendéré démis de ses fonctions

Le président de la transition, Michel Kafando, a mis fin jeudi par décret aux fonctions de chef d’État-major particulier à la présidence du Faso du général Gilbert Diend&eac[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Présentatio[...]

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre polonai[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment [...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure Gnassingb&[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces