Extension Factory Builder
01/01/2009 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Kabila veut 'consolider la paix' dans l'est  Le président Kabila veut "consolider la paix" dans l'est © AFP

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila entend en 2009 "consolider la paix" dans l'est du pays et mettre "l'économie congolaise à l'abri" de la crise financière internationale.

"Nos objectifs pour l'année 2009 sont et demeurent ceux assignés au gouvernement au moment de sa constitution: d'abord la consolidation de la paix et de la sécurité, en particulier à l'est du pays", a déclaré M. Kabila, dans une "adresse à la nation" diffusée à la télévision nationale.

"Notre volonté est indéniable et toutes les voies seront exploitées à cet effet", a assuré le chef de l'Etat congolais, dont les interventions publiques sont rares, en particulier depuis la reprise des hostilités fin août au Nord-Kivu entre l'armée et les rebelles de Laurent Nkunda.

Après des défaites successives de l'armée, des négociations entre le gouvernement et la rébellion ont débuté en décembre à Nairobi. La situation est depuis lors relativement calme sur le terrain, quoique tendue, et les pourparlers doivent reprendre le 7 janvier.

"Pour notre pays, autant que pour le monde, l'année qui s'achève aura été difficile", a reconnu M. Kabila. "La démonstration a été faite que la paix n'est possible qu'avec le concours actif et sincère de tous et que, sans bonne foi, les meilleurs accords s'avèrent inopérationnels", a-t-il souligné.

"Nous pensions en avoir fini avec la comptabilité macabre du nombre de victimes innocentes (. . . ), c'était sans compter avec les ennemis de la paix qui viennent une fois encore d'enlever lâchement la vie à des centaine de nos compatriotes" dans la province Orientale (nord-est).

Près de 400 civils ont été tués depuis Noël dans cette région isolée du pays dans des massacres attribués aux rebelles ougandais de l'Armée de résistance du seigneur (LRA).

En seconde priorité, le jeune chef de l'Etat congolais s'est fixé "la reconstruction du pays par la consolidation du cadre macro-économique et la mise en oeuvre des cinq chantiers" (infrastructures, santé et éducation, eau et électricité, création d'emplois, et logement). Il reprend ainsi son principal slogan de campagne de la présidentielle de 2006 qui l'avait confirmé au pouvoir. Les résultats économiques et financiers "des 12 derniers mois ont été plutôt louables pour un pays post-conflit", a-t-il jugé.

Avec la crise, "l'horizon s'est brutalement assombri il y a quelques mois, il n'en est pas pour autant définitivement bouché", selon le président de la RDC, qui affiche comme "but ultime l'amélioration des conditions de vie" de ses compatriotes.

La crise a touché de plein fouet l'économie congolaise, avec l'effondrement des cours des matières premières et une importante dépréciation du Franc congolais (FC) face au dollar.

Plus de 75% de la population congolaise vit avec moins de un dollar par jour et la RDC, qui regorge pourtant d'immenses richesses naturelles, se classe au 167e rang sur 177 au classement des Indicateurs de développement humain (IDH) de l'Onu.

Pour Kabila, "le Congo est un pays post-conflit dont le développement ressemble à un voyage en mer par mauvais temps", où "il faut s'habituer au cabotage" et où "l'équipage doit rester souder autour du capitaine". "L'accent sera désormais mis sur l'augmentation de la production nationale dans tous les domaines, particulièrement le domaine agricole", a-t-il expliqué. Le système bancaire sera quant à lui "encouragé (par l'Etat) à poursuivre une politique du crédit à l'économie plus ambitieuse (. . . )".

"Réduire notre dépendance extérieure, développer le tissu industriel national et mettre l'économie congolaise à l'abri de la spéculation financière, telles sont nos option stratégiques pour le futur", a détaillé le chef de l'Etat. Appelant à "l'union autour de ces objectifs", M. Kabila a souhaité en conclusion que 2009 soit "un nouveau départ, une année pas comme les autres".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

RD Congo

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne suvient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Nations unies : les Casques bleus auraient commis près de 80 abus sexuels en 2014

Près de 80 nouveaux cas d’abus sexuels par des agents des Nations Unies ont été recensés en 2014. Des crimes perpétrés en grande majorité dans des missions de paix, là[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090101T131206Z from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090101T131206Z from 172.16.0.100