Extension Factory Builder
20/11/2008 à 08:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les miliciens islamistes shebab de Somalie ont appelé dimanche les pirates qui ont capturé un superpétrolier saoudien le 15 novembre à libérer le navire ou à faire face à une action armée.

"Si les pirates veulent la paix, ils feraient mieux de libérer le pétrolier", a affirmé à l'AFP cheikh Ahmed, un porte-parole des miliciens shebab pour la région de Harardhere où a été détourné le navire.

Les pirates ont exigé jeudi le paiement d'une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star qui transporte une cargaison de pétrole estimée à 100 millions de dollars.

Les shebab, qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont concentré ces derniers jours des forces autour d'Harardhere et ont généralement condamné la piraterie, qualifiée d'offense à l'islam.

Un membre des pirates a rétorqué qu'ils ne craignaient pas ces menaces.

"Nous sommes les shebab de la mer et nous n'avons pas peur des shebab de la terre", a ironisé Mohamed Said. "Si quiconque essaye de nous attaquer, ce serait un suicide", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Je ne suis pas sur le navire pour l'instant, parce que je coordonne ce qui se passe à terre", a-t-il expliqué. "Il y a une petite avant-garde de shebab sur le terrain, mais nous y avons également une forte présence", a ajouté le pirate.

"Tout Somalien a un grand respect pour le saint royaume d'Arabie saoudite. Nous n'avons rien contre eux, mais malheureusement ce qui s'est passé ce n'est que du business pour nous et j'espère que les Saoudiens le comprendront", a expliqué Mohamed Said qui avait réclamé le paiement de la rançon avant la fin novembre.

Selon certains habitants de la zone, les shebab sont divisés sur la position à tenir et certains miliciens islamistes seraient surtout intéressés par un partage de la rançon éventuelle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Gagnants, perdants

Article précédent :
Disparités persistantes

AUTRES

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Tunisie - Nida Tounes : après les législatives, le temps des alliances

L’enthousiasme suscité par les législatives tunisiennes du 26 octobre s’estompe. Les résultats sont tellement serrés que les alliances entre partis seront déterminantes.[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases d[...]

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

 Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet[...]

Burkina - En direct : l'opposition appelle les Burkinabè à la mobilisation générale

Après les violentes manifestations de jeudi, Blaise Compaoré a dissous le gouvernement mais refuse de démissionner. La journée de vendredi s'annonce une nouvelle fois tendue : dans un communiqué [...]

Burkina : le jour d'après

Après les violentes manifestations de jeudi, la situation reste très confuse ce vendredi matin au Burkina. Blaise Compaoré n'a pas l'intention de démissionner, une transition a été é[...]

Ebola - Report de la Can 2015 : un accord de principe" aurait été trouvé

Lors d'une rencontre à Yaoundé, mercredi, entre des responsables marocains et la Confédération africaine de football (CAF), un "accord de principe" a été trouvé pour un [...]

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une transi[...]

Au Burkina, l'armée annonce une transition de douze mois pour diriger le pays

Une déclaration du chef d'État-major général des armées du Burkina, Honoré Nabéré Traoré, annonce la dissolution de l'Assemblée nationale ainsi que du gouvern[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un exemple"[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de Tillab&e[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers