Extension Factory Builder
12/12/2014 à 14:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tintin subit régulièrement les assauts des antiracistes. Tintin subit régulièrement les assauts des antiracistes. © Glez / J.A.

Une opération commando antiraciste vient de s’en prendre, dans une librairie parisienne, aux exemplaires de "Tintin au Congo". Énième tentative de museler d’anciennes caricatures d’Africains parlant le "petit nègre"…

"Le XXIe siècle sera raciste ou ne sera pas", aurait pu dire André Malraux, tant les pulsions policières américaines où les penchants hooligans européens laissent penser que l'acceptation du teint d'autrui n'est pas au programme de ce début de millénaire. Pourtant, la légitime crispation des "officiels" de l'antiracisme ne pourrait-elle pas trouver meilleure cible qu'un personnage de bande dessinée anachronique ?

Il est vrai qu'en ce mois de Noël, les BD se vendent comme des petits pains ; tout particulièrement les vieux albums, tant il est démontré que les parents achètent, pour leurs enfants, les cadeaux qu'ils auraient aimé recevoir, quelques décennies auparavant. La vieille école graphique de la ligne claire belge remonte donc en tête de gondoles, ce qui ne pouvait échapper au "Groupe d'intervention contre le racisme".

>> Lire l'édito : "Il faut juger Tintin"

Lundi 8 décembre, un "commando" d'une cinquantaine de ses membres s'en est pris à l'album "Tintin au Congo" et son ramassis de phylactères en "petit nègre". Il a pris une enseigne parisienne à l'abordage - la FNAC des Halles -, déposant, sur chaque exemplaire des aventures africaines du petit reporter, des autocollants "Produit toxique, relents racistes, peut nuire à la santé mentale".

Ce n'est pas la première fois que le héros du dessinateur Hergé subit les assauts des antiracistes. Depuis 2012, le Conseil représentatif des associations noires de France réclame, au mieux, l'interdiction de la vente de l'ouvrage, ou, au moins, l'ajout d'une préface avertissant les lecteurs du caractère "colonialiste" de l'album. Mauvais point pour le CRAN : l’étudiant congolais Bienvenu Mbutu Mondondo fut débouté devant la cour de justice de Bruxelles dans une affaire similaire. Bon point : une telle préface existe dans certaines versions américaines, comme celle de l'éditeur Last Gasp qui explique que "Dans son portrait du Congo Belge, le jeune Hergé est le reflet des comportements coloniaux de l'époque. Il a lui-même admis qu'il a dépeint les Africains selon des stéréotypes bourgeois et paternalistes".

 

Dans les années 40, le dessinateur aurait donc été davantage la victime d’un bourrage de crâne que le coupable d’une incitation à la haine raciale. L’actuel éditeur européen, Casterman, quand il ne fuit pas les débats, indique déceler, dans l’œuvre contestée, moins de "racisme" que de "paternalisme gentil".

>> Lire notre dossier : "Oublier Tintin"

Au moment où il dessinait la première version de "Tintin au Congo", Hergé n’avait jamais mis les pieds en Afrique. Dédouanement supplémentaire d’un artiste qui n’a pas vocation à être historien ? Ou circonstance aggravante qui lui interdisait de placer dans la bouche d’Africains des phrases comme "Li missié blanc très malin". Lesquels personnages africains parlaient moins bien le français que Milou, le chien de Tintin qui lançait à ces "indigènes" fictifs : "Allons, tas de paresseux, à l'ouvrage !". Un chien qui houspille des Noirs, c’est peut-être le comble du mépris. Un chien qui parle, c’est peut-être la preuve que l’album ne se voulait pas conforme à la vérité…

Aujourd’hui, le présumé afrophobe Tintin parle le wolof dans "Kumpag Wangalang Wi", la version du "Secret de la Licorne"...

________

Par Damien Glez

>> Retrouvez ici tous les dessins de Damien Glez

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Benjamin Stora : 'La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants'

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-food africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-food africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Photographie : Pascal Maitre, la vie en plus

Exposé récemment à la Maison européenne de la photographie, le reporter Pascal Maitre reste fidèle à la presse, qui lui permet de montrer au mieux l'énergie vitale du[...]

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers