Extension Factory Builder
12/12/2014 à 14:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tintin subit régulièrement les assauts des antiracistes. Tintin subit régulièrement les assauts des antiracistes. © Glez / J.A.

Une opération commando antiraciste vient de s’en prendre, dans une librairie parisienne, aux exemplaires de "Tintin au Congo". Énième tentative de museler d’anciennes caricatures d’Africains parlant le "petit nègre"…

"Le XXIe siècle sera raciste ou ne sera pas", aurait pu dire André Malraux, tant les pulsions policières américaines où les penchants hooligans européens laissent penser que l'acceptation du teint d'autrui n'est pas au programme de ce début de millénaire. Pourtant, la légitime crispation des "officiels" de l'antiracisme ne pourrait-elle pas trouver meilleure cible qu'un personnage de bande dessinée anachronique ?

Il est vrai qu'en ce mois de Noël, les BD se vendent comme des petits pains ; tout particulièrement les vieux albums, tant il est démontré que les parents achètent, pour leurs enfants, les cadeaux qu'ils auraient aimé recevoir, quelques décennies auparavant. La vieille école graphique de la ligne claire belge remonte donc en tête de gondoles, ce qui ne pouvait échapper au "Groupe d'intervention contre le racisme".

>> Lire l'édito : "Il faut juger Tintin"

Lundi 8 décembre, un "commando" d'une cinquantaine de ses membres s'en est pris à l'album "Tintin au Congo" et son ramassis de phylactères en "petit nègre". Il a pris une enseigne parisienne à l'abordage - la FNAC des Halles -, déposant, sur chaque exemplaire des aventures africaines du petit reporter, des autocollants "Produit toxique, relents racistes, peut nuire à la santé mentale".

Ce n'est pas la première fois que le héros du dessinateur Hergé subit les assauts des antiracistes. Depuis 2012, le Conseil représentatif des associations noires de France réclame, au mieux, l'interdiction de la vente de l'ouvrage, ou, au moins, l'ajout d'une préface avertissant les lecteurs du caractère "colonialiste" de l'album. Mauvais point pour le CRAN : l’étudiant congolais Bienvenu Mbutu Mondondo fut débouté devant la cour de justice de Bruxelles dans une affaire similaire. Bon point : une telle préface existe dans certaines versions américaines, comme celle de l'éditeur Last Gasp qui explique que "Dans son portrait du Congo Belge, le jeune Hergé est le reflet des comportements coloniaux de l'époque. Il a lui-même admis qu'il a dépeint les Africains selon des stéréotypes bourgeois et paternalistes".

 

Dans les années 40, le dessinateur aurait donc été davantage la victime d’un bourrage de crâne que le coupable d’une incitation à la haine raciale. L’actuel éditeur européen, Casterman, quand il ne fuit pas les débats, indique déceler, dans l’œuvre contestée, moins de "racisme" que de "paternalisme gentil".

>> Lire notre dossier : "Oublier Tintin"

Au moment où il dessinait la première version de "Tintin au Congo", Hergé n’avait jamais mis les pieds en Afrique. Dédouanement supplémentaire d’un artiste qui n’a pas vocation à être historien ? Ou circonstance aggravante qui lui interdisait de placer dans la bouche d’Africains des phrases comme "Li missié blanc très malin". Lesquels personnages africains parlaient moins bien le français que Milou, le chien de Tintin qui lançait à ces "indigènes" fictifs : "Allons, tas de paresseux, à l'ouvrage !". Un chien qui houspille des Noirs, c’est peut-être le comble du mépris. Un chien qui parle, c’est peut-être la preuve que l’album ne se voulait pas conforme à la vérité…

Aujourd’hui, le présumé afrophobe Tintin parle le wolof dans "Kumpag Wangalang Wi", la version du "Secret de la Licorne"...

________

Par Damien Glez

>> Retrouvez ici tous les dessins de Damien Glez

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

Les services de renseignement burundais ont annoncé lundi avoir arrêté à Bujumbura le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo, le français d'origine burundaise abattu samedi en Fr[...]

SOS Fifa

Fifa : un sigle qui sent de plus en plus le soufre. Principale institution sportive mondiale, avec le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association[...]

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

Jeune homme au physique athlétique, l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours abattu samedi par les forces de l'ordre s'était récemment converti à l'islam, affichant sur son compte[...]

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers