Extension Factory Builder
20/10/2014 à 13:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le coût moyen d’un mariage ivoirien serait de 11 410 euros - pareil qu'en France. Le coût moyen d’un mariage ivoirien serait de 11 410 euros - pareil qu'en France. © Glez / J.A.

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop chère compromettrait la durée des unions.

Est-ce l’effet de cette croissance économique africaine enviée ? Une opulence en trompe-l’œil s’affiche de plus en plus dans les pays du Sud, sans doute sous l’effet du creusement des inégalités et de la péremption des idéologies traqueuses de signes extérieurs de richesses. Et voilà les monstres mécaniques rutilants qui débouchent des quartiers de nouveaux riches, à l’assaut des routes cahoteuses d’arrondissements vieillissants. Nul doute que les équipements modernes comblent les envies matérialistes des Crésus africains. Mais jamais totalement. Pour faire enrager son voisin, rien de tel que l’organisation ostentatoire d’un événement familial.

Le principe de "famille élargie" justifie qu’on donne de l’ampleur à toute cérémonie. La tradition d’un voisinage fréquenté explique qu’on étale son bonheur budgétisé sur la place publique. La naissance d’un enfant, par exemple, constituera une bonne occasion d’épater la galerie. Le jour de son baptême, le principal intéressé n’a pourtant pas encore le loisir de bien ouvrir ses yeux. Mais la rue de la cour familiale est barrée par des bâches démesurées et des enfilades de chaises grises. Les décibels des griots se comptent par dizaines, les invités par centaines et chaque poste budgétaire par centaines de milliers de francs CFA. S’agit-il vraiment de faire plaisir au nouveau-né ? Ou de combler ponctuellement les voisins pour mieux cultiver leur jalousie ?

Un puissant mari ?

"Mon mari est capable" : l’affirmation, avec preuves à l’appui, est l’ambition de toute épouse. Et comme la capacité d’un homme à combler sexuellement sa moitié est un sujet encore tabou, l’expression évoque bien sa capacité à entretenir financièrement son foyer. Comme démonstration préliminaire, rien de tel qu’un mariage en grande pompe, parfois sur plusieurs jours, et si possible avec quelques guest stars ministres ou hommes d'affaires. Après évaluation des postes "réception", "alliances", "gâteau", "menu", "boissons", "vêtements", "apparats" et "fleurs et décorations", le site PapierGénique.com estime le coût moyen d’une cérémonie nuptiale ivoirienne à 7 485 000 francs CFA (11 410 euros) pour 250 invités, soit l’équivalent financier d’un mariage français, en données non-corrigées des variations de pouvoirs d’achats nationaux. Cette somme qui représente plus de 10 ans de SMIG ivoirien peut pourtant paraître sous-estimée, si l’on considère qu’une noce qui se respecte doit, par exemple, faire l’objet d’une captation photo et vidéo souvent semi-professionnelle.

Au Cameroun, les plus "capables" vont jusqu’à s’offrir une insertion publicitaire à la télé ou dans un journal people. Certaines chaînes sont prêtes à immortaliser l’événement pour 300.000 francs cfa. Mais n’escomptez pas plus de deux minutes de publi-reportage. A moins que vous allongiez le montant du chèque et qu’on vous propulse au journal télévisé. C’est face à cette demande de sophistication des festivités que les capitales africaines voient pousser, comme des champignons, les foires dédiées à la mise sur orbite des unions. On y parle location de robes de mariée, de tentes, de couverts, de voitures de luxe ou d’entertainment.

Lorsque le prix de la bague dépasse la barre des 1 200 dollars, le taux de divorce est 1,3 fois plus élevé que la moyenne…

Épater la galerie vaut bien qu’on se nourrisse quelque temps de sandwichs à l’arachide. Parfois, pour ne pas contrer la pression sociale, les jeunes mariés et leurs familles iront jusqu’à s’endetter, hypothéquant le confort d’enfants à venir, lesquels enfants justifieront d’ailleurs, pour leur baptême, d’autres gaspillages. Lorsque le défi paraît insurmontable, les jeunes couples préfèrent remettre à plus tard une cérémonie qui, pourtant, pourrait se limiter au règlement d’une somme de l’ordre de 25 000 francs CFA, les frais de l’union à la mairie. Mais le mariage n’est-il pas l’union de deux familles qu’il faut bien nourrir le jour J ? Alors un concubinage temporaire fait son chemin en Afrique, en même temps que les plus fastueuses des cérémonies se font toujours plus luxueuses. Ceux qui ont de la chance verront leur entreprise proposer à ses employés un mariage collectif, moins clinquant mais propice aux économies d’échelles. Mariage collectif à ne pas confondre, bien sûr, avec mariage polygame, lequel multiplie encore davantage le budget "cérémonie" d’une vie…

Bague au doigt et corde au cou

La cerise sur le gâteau matrimonial, c’est l’alliance, démonstration ultime du "mari capable". Mais attention, la stabilité d’une union pourrait être inversement proportionnelle à la taille de la bague. Empêcheuse de dépenser en rond, une étude menée par l'université Emory d'Atlanta vient de montrer que plus la bague de fiançailles est imposante, plus les risques de séparation sont élevés. Et la démonstration débute dès les fiançailles. Menée sur 3 000 Américains ayant expérimenté au moins une fois le mariage, le sondage est formel : lorsque le prix de la bague dépasse la barre des 1 200 dollars, le taux de divorce est 1,3 fois plus élevé que la moyenne…

Il paraît évident que le bling-bling est davantage synonyme de superficialité que de stabilité. Il apparaît aussi qu’un bijou très cher provoque chez la dulcinée un niveau de stress trop important, berceau de tensions futures. Une bague hors de prix inspire la crainte de la perdre ou de manquer d’argent plus tard.

L’étude ne va pas seulement à rebours des tendances africaines. Des statistiques américaines indiquent que seules 10% des bagues de fiançailles comportaient un diamant, avant la Seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, cette pierre précieuse ornerait 80% des annulaires des fiancées américaines. La valeur de la bague au doigt ne garantirait donc pas la solidité de la corde au cou. La vedette Kim Kardashian aurait-elle dû renoncer à sa bague de fiançailles à 3 milliards de francs CFA ?

________

Par Damien Glez

>> Retrouvez ici tous les dessins de Damien Glez

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement de[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

CAFF : les femmes aussi jouent au football !

Depuis, le 11 octobre, se déroule à Windhoek, capitale de la Namibie, le Championnat d’Afrique de football féminin (CAFF) qui est aux femmes ce que la Coupe d’Afrique des nations (CAN) est aux[...]

Art contemporain : 1:54, la petite foire qui monte, qui monte...

La deuxième édition de l'unique foire européenne consacrée à l'art contemporain africain se tient à Londres du 15 au 19 octobre. Et fait beaucoup parler d'elle.[...]

Bolloré Africa Logistics : fin de règne pour Dominique Lafont ?

 Dominique Lafont pourrait quitter son poste à la tête de Bolloré Africa Logistics pour "prendre des fonctions élargies et transversales" au sein de la maison mère, le groupe[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

CAN 2015 : les pronostics des lecteurs de "Jeune Afrique" pour les éliminatoires

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 se tient ce soir. Nous vous avions demandé de pronostiquer les résultats des quatorze rencontres au programme.[...]

Maroc : que faire si la CAF refuse de reporter la CAN ?

Le ministre marocain des Sports a assuré mardi qu'aucune "décision définitive" n'avait encore été prise par le Maroc en cas de refus de sa demande de report de la CAN 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers