Extension Factory Builder
22/09/2014 à 16:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'oeil de Glez. L'oeil de Glez. © Glez

Les tenants de l’ordre esthétique mondial ont décidé que les grosses fesses étaient désormais à la mode. L’Afrique n’a pas attendu leur diktat…

Plus personne ne doute de la capacité de l’Afrique à imposer ses goûts au monde. Dans le domaine vestimentaire, les Camerounaises Rahmée Wetterich et Marie Darouiche font un tabac en Allemagne avec leur "Noh-Nee", ce modèle de robe traditionnelle bavaroise agrémentée de pagnes africains. Dans la production musicale, il est de bon ton de croiser ses vocalises avec la Camerounaise Irma ou la Nigériane Asa. Il ne restait plus à l’Afrique qu’à imposer ses canons de beauté, notamment les formes callipyges éloignées des traditionnels mannequins efflanqués.

"Nous sommes entrés dans l’ère du gros derrière", titrait récemment Vogue, la référence du goût entériné. Le magazine américain annonçait ainsi une véritable révolution dans le monde de la mode occidentale, univers dont la fesse rebondie était jusque-là bannie. Les guérilleros fessus de cette nouvelle idéologie corporelle sont les chanteuses américaines Jennifer Lopez, Beyoncé, Nicky Minaj, la rappeuse australienne Iggy Azalea ou encore Kim Kardashian, la star de téléréalité devenue d’autant plus influente qu’elle vient d’épouser Kanye West. Les infographistes spécialistes du logiciel Photoshop devraient donc apprendre à bomber les popotins plutôt qu’à les atrophier…

>> Lire aussi : Le bal des faux-culs

La tendance évoquée par "Vogue" n’est pas qu’esthétique. La revendication des gros fessiers truffe désormais les lyrics de chansons plus ou moins triviales. Au point que ça devient une obsession. Dans "Bang Bang", l’anglaise Jesse J chante des paroles que se seraient traditionnellement réservées les plus machistes des rappeurs : "Ses fesses sont comme une Cadillac". "Oh mon Dieu, regarde son cul", répète Nicki Minaj dans le titre "Anaconda". Quant à Jennifer Lopez et Iggy Azalea, c’est par deux –comme les fesses– qu’elles se font mobilisatrices : "Si tu aimes les grosses fesses, lève les bras !", lancent-elles dans "Booty". Les chanteuses ont donc pris les manettes d’une glorification jusque-là masculine et grotesque de la croupe féminine. On se souvient des dizaines de fesses qui parsemaient le décor du vidéo-clip de "Can’t Believe It" des rappeurs Flo Rida et Pitbull.

L'acte à la parole

Désinhibées, les nouvelles égéries de l’arrière-train joignent l’acte à la parole avec un usage récurrent du "twerking", cette acrobatie d’arrière-train vibrionnant, danse qui choque une partie de la prude Amérique. À bien y regarder, le "twerking" est vieux comme le monde. Ou plutôt vieux comme l’Afrique. Tout du moins vieux comme les choristes de Fela Anikulapo Kuti, voire comme les danseuses traditionnelles du "kigba", cette chorégraphie ouest-africaine qui consiste à provoquer des collisions de fessiers. Les canons de beauté africains célèbrent, depuis longtemps, la générosité des postérieurs. Et tant pis si les occidentaux masquaient, jusque-là, leur désir par de la moquerie, comme ce fut le cas lors de l’exposition foraine de la callipyge Vénus Hottentote, au début du XIXe siècle.

En Afrique de l’Ouest, on ne dit pas "être gros", mais "être en forme". Une femme grêle suscite des rumeurs de maladie, tandis que sa voisine corpulente attire les regards ; parfois même les regards de jurés dans des élections de "miss ronde" où le poids minimum des candidates est de 90 kilos. Alors on rembourre sa jupe avec des chiffons, pour simuler les convoités “pistolets”. On se gave de lait de chamelle ou de produits destinés à engraisser le bétail, notamment à base de cortisone ou de psychotropes…

Décomplexer les fessues occidentales pourrait encourager l’obésité galopante dans la moitié nord de la planète, alors que les célèbres promotrices des gros derrières continueront d’être encadrées par des diététiciens, misant moins sur l’engraissement que sur la chirurgie et ses implants fessiers.

En attendant, si la grosse fesse est africaine et si l’Occident s’y est mis, on comprend mieux l’empressement du groupe pornographique "Penthouse" à lancer en Europe sa chaîne "Penthouse black" dont les fictions sont interprétées à 80% par des comédiens noirs. Pas sûr que l’occident ait retenu ce qu’il y a de plus raffiné dans l’apologie africaine du galbe fessier…

 

________

Par Damien Glez

>> Retrouvez ici tous les dessins de Damien Glez

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

ONU : le sommet sur le climat s'ouvre à New York

ONU : le sommet sur le climat s'ouvre à New York

Des représentants de plus de 120 pays se rencontrent mardi à New York pour un sommet de l'ONU sur le climat. Objectif : donner un nouvel élan aux négociations internationales à venir sur le r&eac[...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Après Zuma, Ramtane Lamamra à la tête de l'UA ?

Le mandat de l'actuelle présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, se termine en 2016. Et déjà, certains se pressent pour lui trouver un successeur.[...]

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.[...]

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.[...]

Carte interactive : l'Afrique francophone dans les missions de maintien de la paix

Depuis quelques années, les pays africains francophones participent de plus en plus à des opérations et missions de paix dans le monde. "Jeune Afrique" vous propose de découvrir si votre[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

Qatar National Bank en Afrique, maintenant, c'est du sérieux !

L'entrée du groupe qatari dans le capital d'Ecobank a surpris tout le monde. Et selon les analystes, ce n'est qu'un début... Les géants du continent se laisseront-ils faire ?[...]

Stanley Nelson : "Obama n'a rien changé à la situation des Noirs"

Le réalisateur américain, Stanley Nelson, a présenté pour la première fois en France son documentaire "Freedom Summer" au Festival international des films de la diaspora[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex