Extension Factory Builder
02/06/2014 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la précédente édition de Ciné droit libre, en 2013. Lors de la précédente édition de Ciné droit libre, en 2013. © Ciné droit libre

La dixième édition du festival Ciné droit libre s'est ouverte dimanche à Ouagadougou, en présence de l'ancien président ghanéen Jerry John Rawlings. Pendant une semaine, une quarantaine de films et documentaires consacrés aux droits humains seront présentés au public.

Pour le lancement de sa dixième édition, le festival Ciné droit libre a bénéficié du soutien d'un parrain de marque : Jerry John Rawlings. L'ex-président ghanéen, qui a introduit le multipartisme dans son pays au début des années 1990, était présent dimanche 1er juin à l'Institut français de Ouagadougou pour la cérémonie d'ouverture d'une semaine de cinéma dédié aux droits humains. Parmi les invités de marque figuraient également les chefs de file de l'opposition burkinabè, Zéphirin Diabré et Roch Marc Christian Kaboré, au lendemain de leur démonstration de force au stade du 4 août contre un nouveau mandat de Blaise Compaoré.

Le film "Mandela, un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick a été projeté lors cette première soirée, en hommage au héro de la lutte anti-apartheid décédé en décembre 2013. Jusqu'au 7 juin, une quarantaine de films et documentaires seront proposés au public en différents lieux de la capitale burkinabè. Environ 40 000 participants sont attendus par les organisateurs. Cette dixième édition sera placée sous le thème "I have a dream", en référence à la célèbre phrase du discours de Martin Luther King. "Nous avons choisi cette thématique parce qu'il y a dix ans, lorsque nous avons lancé ce projet, nous rêvions d'un espace de liberté d'expression et de respect des droits humains. Je pense que nous y sommes arrivés", explique Abdoulaye Diallo, fondateur et coordinateur de Ciné droit libre.

"Un film, un thème, un débat"

Comme d'habitude, le festival Ciné droit libre sera placé sous le thème "un film, un thème, un débat". Une vingtaine d'invités, tels la Malienne Aminata Dramane Traoré, le Sénégalais Didier Awadi ou encore l'Ivoirien Adama Dahico, participeront aux discussions. Plusieurs ateliers seront également organisés en marge du festival. Des modules de formation à la réalisation de films documentaires seront proposés aux jeunes cinéastes et un concours de débat entre étudiants sera organisé le 4 juin à l'université de Ouagadougou.

Enfin, le contexte politique bouillonant au Burkina sera étudié de près grâce au forum du Festival. Le 5 juin, toujours à l'université, une rencontre publique regroupera différents acteurs politiques et les festivaliers autour de la question brûlante de l'éventuelle candidature de Blaise Compaoré à la présidentielle 2015.

>> Retrouvez tout le programme de la dixième édition de Ciné droit libre sur le site officiel du festival

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un[...]

Ballaké, l'une des grandes voix d'Afrique s'est éteinte

Le chanteur Burkinabè Ballaké s'est éteint. Florent Mazzoleni rend hommage cet artiste qui comptait parmi les dernières grandes voix africaines.[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Au Burkina, les étudiants font de la résistance contre Blaise Compaoré

Pour beaucoup d'étudiants, pas question de laisser Blaise Compaoré briguer un cinquième mandat en 2015. Reportage sur le campus de Ouagadougou, potentielle bombe à retardement.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex