Extension Factory Builder
14/05/2014 à 12:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'oeil de Glez. L'oeil de Glez. © Damien Glez

À l’occasion du lancement de sa nouvelle campagne contre la pratique de la torture, Amnesty international ne met pas seulement le contienent africain à l’index. Elle critique aussi les séries américaines accusées de glorifier les sévices institutionnels. Des séries très populaires sur le continent.

"Jack is back !" Depuis le début de la semaine, le slogan barre les unes de journaux africains et s’affiche sur des panneaux de quatre mètres sur trois, annonçant telle ou telle promotion sur tel ou tel bouquet télévisuel. "Jack", c’est Jack Bauer, le héros de "24 heures chrono" absent des écrans depuis quatre ans. C’est ce mardi 13 mai que la saison 9 de la série américaine a réellement débuté sur les chaînes "tropicalisées" du groupe Canal +, après un lancement nocturne, il y a quelques jours, à l’occasion d’une diffusion simultanée à l’échelle de la planète.

>> Lire aussi : L'Afrique paradis des blockbusters

Jack Bauer devra faire face, non pas à un complot, mais à Amnesty International.

Oui, le retour de l’ami "Jack" est un événement sur le continent africain où les aficionados ne manquent pas, depuis 2001 où la série révolutionna le train télévisuel de sénateur auquel les telenovellas sud-américaines avaient habitué. Or, les Africains croyaient bien ne plus revoir le comédien Kiefer Sutherland, depuis les péripéties de son personnage au pays africain imaginaire du Sangala. Tant pis pour cette énième caricature d’une politique continentale percluse de coups d’État militaires, les fans l’étaient restés et accueillent Jack avec le rang qu’il semble mériter. Certains "maquis" africains n’ont-ils pas été baptisés "24 heures chrono" pour mieux évoquer l’étendue de leurs horaires ? Un hommage au feuilleton US n’a-t-il pas été rendu dans la série policière ouest-africaine "Super flics", à travers la sonnerie de téléphone de son inspecteur principal ? Les plus aisés suivent déjà le surhomme américain sur les chaînes Canal + ; d’autres devront attendre quelques mois pour visionner la nouvelle saison sur les chaînes nationales ; d’autres encore ne tarderont pas à se délecter d’une version piratée dans quelque salle de projection informelle.

Mais voilà, ce n’est pas qu’un complot terroriste que Jack Bauer devra déminer cette fois. Il devra faire face à… Amnesty International. Trente ans après l’adoption de la convention des Nations unies contre la torture, l’organisation non-gouvernementale de défense des droits de l’homme rend public sa nouvelle campagne. Tentée, elle aussi, par une caricature du contexte africain, la lauréate du prix Nobel de la Paix 1977 note que les trois quarts des pays qui n’ont pas ratifié la convention se trouvent sur le continent. Mais elle ne se contente pas de mettre à l’index les tortionnaires. Elle condamne aussi leurs avatars de fiction. En dénonçant des sévices "normalisés" par la guerre contre le terrorisme et "glorifiés" par des séries télévisées, la secrétaire générale d’Amnesty, Salil Shetty, fait le procès de "24 Heures chrono", mais aussi de "Homeland". Les aventures de Jack Bauer mettent effectivement en scène ce positionnement réactionnaire et paranoïaque que rendit admissible l’esprit du "Patriot Act". Elles constituent la série "post-11 septembre" par excellence.

>> Lire aussi : "The Samaritans", la série qui clashe les ONG

Si les statistiques - et la passion pour Jack Bauer - compromettent l’Afrique dans ce débat, le continent noir n’est pas le seul en cause, lorsqu’il s’agit de la banalisation de la torture. En Chine, championne du nombre d’exécutions de condamnés à mort, 74% de la population soutiennent le recours aux sévices corporels et Amnesty ne peut que déplorer que la torture y fasse "partie de la vie". Au Moyen-Orient, subsiste l’usage de la lapidation et de la flagellation. Aux États-Unis, certains prisonniers sont traités avec "cruauté", lorsqu’ils "sont placés en isolement et sans lumière".

Sur le continent africain, Amnesty International souhaiterait que ces questions soient mieux traitées par les législations locales. La nouvelle campagne de l’ONG se focalisera sur le Mexique, les Philippines, le Nigeria, l’Ouzbékistan, le Maroc et le Sahara occidental. Un périple digne de Jack Bauer.

>> Retrouvez tous les dessins de Damien Glez ici

_______

Damien Glez

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les réfugié[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140514115527 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140514115527 from 172.16.0.100