Extension Factory Builder
10/05/2014 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. © Nicolas Michel/Jeune Afrique

La Biennale de l'art africain contemporain de Dakar - Dak'art - a été lancée vendredi par la Premier ministre, Aminata Touré. Et confirme la domination du Sénégal sur ce domaine en Afrique subsaharienne.

C'est parti ! Malgré les habituels petits couacs au démarrage – l'exposition internationale, clou du spectacle, n'ouvrira ses portes que le 10 mai, avec une journée de retard sur le programme – la 11è Biennale de l'art africain contemporain de Dakar (Sénégal) a été officiellement lancée ce 9 mai par la Premier ministre, Aminata Touré.

Plus de cinquante pays représentés, plusieurs centaines d'expositions si l'on prend en compte le très dynamique "off", cette édition est déjà riche de promesses et devrait confirmer la place prépondérante qu'occupe en Afrique subsaharienne le pays des sculpteurs Ndary Lô et Ousmane Sow ou du peintre Soly Cissé. Rencontres, débats, expositions, hommages aux artistes disparus, le programme de ce mois d'art est plus que chargé – et personne ne s'en plaindra.

Pour le ministre de la Culture du Maroc, Mohamed Amine Sbihi, "grâce à la volonté politique du Sénégal, le Dak'Art est devenu le rendez-vous incontournable de l'art et de la culture, réunissant l'Afrique culturelle sans négliger une nécessaire ouverture sur le monde. "

Des politiques culturelles manquant d'ambition ?

Mais faut-il s'en contenter ? Certainement pas. C'est en tout cas l'avis de certains intervenants qui ne comptent pas laisser passer cette occasion exceptionnelle de s'exprimer sur l'importance que devrait revêtir la culture en général et l'art en particulier au sein des politiques gouvernementales. Ainsi Thérèse Diatta, la présidente du comité d'orientation de la biennale, tout en saluant l'investissement durable du Sénégal, n'a pas mâché ses mots : "Malgré les promesses faites par le président Macky Sall, le Sénégal n'a toujours pas de musée d'art contemporain qui pourrait, par exemple, permettre de sauvegarder pour la postérité les œuvres de Moustapha Dimé, aujourd'hui revenues à Dakar et longtemps mises en dépôt au sein de la fondation Blachère."

Poursuivant sur sa lancée, elle a rappelé les riches heures du "Musée Dynamique" qui avait en son temps accueilli les peintures de Marc Chagall, Pablo Picasso, Pierre Soulages ou encore Iba Ndiaye, avant de devenir... le siège de la Cour suprême. Réponse d’Aminata Touré, Premier ministre : "Comme l'a souligné le président Macky Sall lors de son plaidoyer en Casamance en faveur du patrimoine culturel, il faut placer la culture au cœur du développement économique et social du pays. Nous nous engageons aujourd'hui à ce que chaque collectivité locale soit dotée d'un musée, d'un théâtre, d'un cinéma. Pour nous, la culture est aussi nécessaire au genre humain que la biodiversité dans l'ordre du vivant." Seuls les malentendants n'auront pas entendu...

En attendant que ces promesses débouchent sur des actions concrètes, les lauréats des différents prix offerts par la Biennale ont été annoncés par le commissaire d'exposition algérien Abdelkader Damani, représentant le jury.

Les lauréats de la Biennale 2014 :

Grand prix Leopold Sédar Senghor, offert par le président de la république du Sénégal :
Driss Ouadahi et Olu Amoda (ex-aequo)

Prix du ministère de la culture et du patrimoine
Justine Gaga

Prix de l'Organisation internationale de la Francophonie
Sidy Diallo

Prix de la ville de Dakar
Faten Rouissi

Prix de la fondation Blachère
Milumbe Haimbe

Prix Oumar Ndao pour la biennale de l'art contemporain
Amary Sobel Diop

Prix de l'UEMOA
Guibril André Diop

Prix du studio national des arts contemporains
Nomusa Makhubu

Prix du Centre soleil d'Afrique
Houda Ghorbel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Sénégal : ce que risquent Karim Wade et ses complices présumés

Le procureur spécial de la CREI, Cheikh Tidiane Mara, a fait connaître le 17 février ses réquisitions contre les neuf prévenus soupçonnés d'être des complices de Karim Wade[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509180732 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509180732 from 172.16.0.100