Extension Factory Builder
10/05/2014 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. © Nicolas Michel/Jeune Afrique

La Biennale de l'art africain contemporain de Dakar - Dak'art - a été lancée vendredi par la Premier ministre, Aminata Touré. Et confirme la domination du Sénégal sur ce domaine en Afrique subsaharienne.

C'est parti ! Malgré les habituels petits couacs au démarrage – l'exposition internationale, clou du spectacle, n'ouvrira ses portes que le 10 mai, avec une journée de retard sur le programme – la 11è Biennale de l'art africain contemporain de Dakar (Sénégal) a été officiellement lancée ce 9 mai par la Premier ministre, Aminata Touré.

Plus de cinquante pays représentés, plusieurs centaines d'expositions si l'on prend en compte le très dynamique "off", cette édition est déjà riche de promesses et devrait confirmer la place prépondérante qu'occupe en Afrique subsaharienne le pays des sculpteurs Ndary Lô et Ousmane Sow ou du peintre Soly Cissé. Rencontres, débats, expositions, hommages aux artistes disparus, le programme de ce mois d'art est plus que chargé – et personne ne s'en plaindra.

Pour le ministre de la Culture du Maroc, Mohamed Amine Sbihi, "grâce à la volonté politique du Sénégal, le Dak'Art est devenu le rendez-vous incontournable de l'art et de la culture, réunissant l'Afrique culturelle sans négliger une nécessaire ouverture sur le monde. "

Des politiques culturelles manquant d'ambition ?

Mais faut-il s'en contenter ? Certainement pas. C'est en tout cas l'avis de certains intervenants qui ne comptent pas laisser passer cette occasion exceptionnelle de s'exprimer sur l'importance que devrait revêtir la culture en général et l'art en particulier au sein des politiques gouvernementales. Ainsi Thérèse Diatta, la présidente du comité d'orientation de la biennale, tout en saluant l'investissement durable du Sénégal, n'a pas mâché ses mots : "Malgré les promesses faites par le président Macky Sall, le Sénégal n'a toujours pas de musée d'art contemporain qui pourrait, par exemple, permettre de sauvegarder pour la postérité les œuvres de Moustapha Dimé, aujourd'hui revenues à Dakar et longtemps mises en dépôt au sein de la fondation Blachère."

Poursuivant sur sa lancée, elle a rappelé les riches heures du "Musée Dynamique" qui avait en son temps accueilli les peintures de Marc Chagall, Pablo Picasso, Pierre Soulages ou encore Iba Ndiaye, avant de devenir... le siège de la Cour suprême. Réponse d’Aminata Touré, Premier ministre : "Comme l'a souligné le président Macky Sall lors de son plaidoyer en Casamance en faveur du patrimoine culturel, il faut placer la culture au cœur du développement économique et social du pays. Nous nous engageons aujourd'hui à ce que chaque collectivité locale soit dotée d'un musée, d'un théâtre, d'un cinéma. Pour nous, la culture est aussi nécessaire au genre humain que la biodiversité dans l'ordre du vivant." Seuls les malentendants n'auront pas entendu...

En attendant que ces promesses débouchent sur des actions concrètes, les lauréats des différents prix offerts par la Biennale ont été annoncés par le commissaire d'exposition algérien Abdelkader Damani, représentant le jury.

Les lauréats de la Biennale 2014 :

Grand prix Leopold Sédar Senghor, offert par le président de la république du Sénégal :
Driss Ouadahi et Olu Amoda (ex-aequo)

Prix du ministère de la culture et du patrimoine
Justine Gaga

Prix de l'Organisation internationale de la Francophonie
Sidy Diallo

Prix de la ville de Dakar
Faten Rouissi

Prix de la fondation Blachère
Milumbe Haimbe

Prix Oumar Ndao pour la biennale de l'art contemporain
Amary Sobel Diop

Prix de l'UEMOA
Guibril André Diop

Prix du studio national des arts contemporains
Nomusa Makhubu

Prix du Centre soleil d'Afrique
Houda Ghorbel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers