Extension Factory Builder
10/05/2014 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. Une toile de Barkinado Bocoum exposée au musée Théodore Monod de l'IFAN, à Dakar. © Nicolas Michel/Jeune Afrique

La Biennale de l'art africain contemporain de Dakar - Dak'art - a été lancée vendredi par la Premier ministre, Aminata Touré. Et confirme la domination du Sénégal sur ce domaine en Afrique subsaharienne.

C'est parti ! Malgré les habituels petits couacs au démarrage – l'exposition internationale, clou du spectacle, n'ouvrira ses portes que le 10 mai, avec une journée de retard sur le programme – la 11è Biennale de l'art africain contemporain de Dakar (Sénégal) a été officiellement lancée ce 9 mai par la Premier ministre, Aminata Touré.

Plus de cinquante pays représentés, plusieurs centaines d'expositions si l'on prend en compte le très dynamique "off", cette édition est déjà riche de promesses et devrait confirmer la place prépondérante qu'occupe en Afrique subsaharienne le pays des sculpteurs Ndary Lô et Ousmane Sow ou du peintre Soly Cissé. Rencontres, débats, expositions, hommages aux artistes disparus, le programme de ce mois d'art est plus que chargé – et personne ne s'en plaindra.

Pour le ministre de la Culture du Maroc, Mohamed Amine Sbihi, "grâce à la volonté politique du Sénégal, le Dak'Art est devenu le rendez-vous incontournable de l'art et de la culture, réunissant l'Afrique culturelle sans négliger une nécessaire ouverture sur le monde. "

Des politiques culturelles manquant d'ambition ?

Mais faut-il s'en contenter ? Certainement pas. C'est en tout cas l'avis de certains intervenants qui ne comptent pas laisser passer cette occasion exceptionnelle de s'exprimer sur l'importance que devrait revêtir la culture en général et l'art en particulier au sein des politiques gouvernementales. Ainsi Thérèse Diatta, la présidente du comité d'orientation de la biennale, tout en saluant l'investissement durable du Sénégal, n'a pas mâché ses mots : "Malgré les promesses faites par le président Macky Sall, le Sénégal n'a toujours pas de musée d'art contemporain qui pourrait, par exemple, permettre de sauvegarder pour la postérité les œuvres de Moustapha Dimé, aujourd'hui revenues à Dakar et longtemps mises en dépôt au sein de la fondation Blachère."

Poursuivant sur sa lancée, elle a rappelé les riches heures du "Musée Dynamique" qui avait en son temps accueilli les peintures de Marc Chagall, Pablo Picasso, Pierre Soulages ou encore Iba Ndiaye, avant de devenir... le siège de la Cour suprême. Réponse d’Aminata Touré, Premier ministre : "Comme l'a souligné le président Macky Sall lors de son plaidoyer en Casamance en faveur du patrimoine culturel, il faut placer la culture au cœur du développement économique et social du pays. Nous nous engageons aujourd'hui à ce que chaque collectivité locale soit dotée d'un musée, d'un théâtre, d'un cinéma. Pour nous, la culture est aussi nécessaire au genre humain que la biodiversité dans l'ordre du vivant." Seuls les malentendants n'auront pas entendu...

En attendant que ces promesses débouchent sur des actions concrètes, les lauréats des différents prix offerts par la Biennale ont été annoncés par le commissaire d'exposition algérien Abdelkader Damani, représentant le jury.

Les lauréats de la Biennale 2014 :

Grand prix Leopold Sédar Senghor, offert par le président de la république du Sénégal :
Driss Ouadahi et Olu Amoda (ex-aequo)

Prix du ministère de la culture et du patrimoine
Justine Gaga

Prix de l'Organisation internationale de la Francophonie
Sidy Diallo

Prix de la ville de Dakar
Faten Rouissi

Prix de la fondation Blachère
Milumbe Haimbe

Prix Oumar Ndao pour la biennale de l'art contemporain
Amary Sobel Diop

Prix de l'UEMOA
Guibril André Diop

Prix du studio national des arts contemporains
Nomusa Makhubu

Prix du Centre soleil d'Afrique
Houda Ghorbel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509180732 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509180732 from 172.16.0.100