Extension Factory Builder
09/05/2014 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quatre des 53 lycéennes nigérianes qui sont parvenues à échapper à leurs ravisseurs, mi-avril. Quatre des 53 lycéennes nigérianes qui sont parvenues à échapper à leurs ravisseurs, mi-avril. © AFP

Environ 50 jeunes femmes anglophones auraient été aperçues à Birao, dans le nord de la République centrafricaine, la semaine dernière. Escortées par des hommes armés, elles auraient quitté la ville dans la nuit de dimanche à lundi.

Mis à jour à 18h00.

Certaines lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram ont-elles transité par le nord de la Centrafrique ? D'après un notable local, qui s'appuie sur plusieurs témoignages d'habitants, une cinquantaine de jeunes femmes anglophones sont arrivées mercredi 30 avril à bord d'un camion à Birao, petite ville de l'extrême-nord de la Centrafrique. Une information qui reste à confirmer.

Elles étaient encadrées par des hommes lourdement armés qui parlaient aussi anglais et des membres de l'ex-rébellion de la Séléka. Selon notre source, proche des anti-balaka, le convoi, composé de deux camions et d'un pick-up, avait auparavant été aperçu à Tiroungoulou (environ 170 kilomètres au sud-ouest de Birao) et venait peut-être du Tchad. Une information démentie dans l'après-midi par l'ambassade du Tchad à Paris.

Une maison étroitement surveillée

"À leur arrivée, certaines étaient apeurées, pleuraient et étaient violemment réprimandées en anglais", précise notre source. Les adolescentes et leurs gardiens auraient ensuite logé plusieurs jours dans une maison de Birao dont les habitants ne pouvaient approcher. Le groupe aurait quitté les lieux dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 mai sans laisser de traces.

>> Lire aussi #BringBackOurGirls : haro numérique sur Boko Haram !

Les autorités nigérianes, désormais épaulées par des experts de plusieurs pays occidentaux, sont toujours sans nouvelles des plus de 200 lycéennes enlevées par des islamistes armés dans leur établissement de Chibok (nord-est du Nigeria) dans la nuit du 14 avril. Abubakar Shekau, chef de l'organisation terroriste Boko Haram, a revendiqué dans une vidéo la responsabilité de l'enlèvement et a affirmé que les jeunes filles seraient vendues et réduites en esclavage.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : la Séléka exclut ses membres entrés au gouvernement

Centrafrique : la Séléka exclut ses membres entrés au gouvernement

L'ex-rébellion Séléka a annoncé lundi qu'elle excluait les ministres du nouveau gouvernement issus de ses rangs. Les leaders de l'ex-coalition qui contestent la composition du gouvernement formé [...]

Centrafrique : le vrai bilan de la bataille du PK5

Le bilan des affrontements dans le quartier PK5, qui se sont déroulés dans la nuit du 19 au 20 août à Bangui, serait plus lourd que les cinq morts évoqués.[...]

Centrafrique : Michel Djotodia s'engage à participer au processus de sortie de crise

L’ancien chef de la Séléka et ex-président centrafricain Michel Djotodia pourrait apporter sa contribution au processus de sortie de crise en Centrafrique. Une délégation du gouvernement de[...]

Centrafrique : une vingtaine de morts dans des combats entre factions rivales de la Séléka

Une vingtaine de combattants de deux factions rivales de l'ex-rébellion Séléka ont été tués lundi dans de violents affrontements à Bambari, dans le centre de la République[...]

Catherine et les boas

On ne règne sur rien à Bangui, mais on se bat pour ce rien avec une férocité digne d'un roman de Kourouma. S'il en était autrement, Mme Samba-Panza aurait depuis longtemps[...]

Centrafrique : 25 morts dans l'effondrement d'une mine d'or

Au moins vingt-cinq personnes sont mortes dans l'effondrement d'une mine d'or dans la région de Bambari, dans le centre de la Centrafrique, a-t-on appris samedi de sources concordantes.[...]

Centrafrique : à peine nommé, le gouvernement déjà contesté

A peine nommé, le nouveau gouvernement de transition centrafricain était déjà contesté samedi, en particulier par l'ex-rébellion Séléka qui affirme ne pas y avoir de[...]

Centrafrique : nomination d'un nouveau gouvernement de large ouverture

Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun a annoncé vendredi la formation d'un nouveau gouvernement de large ouverture, comptant une trentaine de ministres, dont des représentants des groupes armés et[...]

Centrafrique : Mahamat Kamoun a formé son gouvernement

Quelques heures après le discours à la nation de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, au cours duquel elle a confirmé Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre,[...]

Centrafrique : des centaines de personnes manifestent contre la présence française à Bangui

Des centaines de personnes ont participé jeudi à une manifestation pacifique à Bangui contre la présence militaire française en Centrafrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex