Extension Factory Builder
09/05/2014 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quatre des 53 lycéennes nigérianes qui sont parvenues à échapper à leurs ravisseurs, mi-avril. Quatre des 53 lycéennes nigérianes qui sont parvenues à échapper à leurs ravisseurs, mi-avril. © AFP

Environ 50 jeunes femmes anglophones auraient été aperçues à Birao, dans le nord de la République centrafricaine, la semaine dernière. Escortées par des hommes armés, elles auraient quitté la ville dans la nuit de dimanche à lundi.

Mis à jour à 18h00.

Certaines lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram ont-elles transité par le nord de la Centrafrique ? D'après un notable local, qui s'appuie sur plusieurs témoignages d'habitants, une cinquantaine de jeunes femmes anglophones sont arrivées mercredi 30 avril à bord d'un camion à Birao, petite ville de l'extrême-nord de la Centrafrique. Une information qui reste à confirmer.

Elles étaient encadrées par des hommes lourdement armés qui parlaient aussi anglais et des membres de l'ex-rébellion de la Séléka. Selon notre source, proche des anti-balaka, le convoi, composé de deux camions et d'un pick-up, avait auparavant été aperçu à Tiroungoulou (environ 170 kilomètres au sud-ouest de Birao) et venait peut-être du Tchad. Une information démentie dans l'après-midi par l'ambassade du Tchad à Paris.

Une maison étroitement surveillée

"À leur arrivée, certaines étaient apeurées, pleuraient et étaient violemment réprimandées en anglais", précise notre source. Les adolescentes et leurs gardiens auraient ensuite logé plusieurs jours dans une maison de Birao dont les habitants ne pouvaient approcher. Le groupe aurait quitté les lieux dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 mai sans laisser de traces.

>> Lire aussi #BringBackOurGirls : haro numérique sur Boko Haram !

Les autorités nigérianes, désormais épaulées par des experts de plusieurs pays occidentaux, sont toujours sans nouvelles des plus de 200 lycéennes enlevées par des islamistes armés dans leur établissement de Chibok (nord-est du Nigeria) dans la nuit du 14 avril. Abubakar Shekau, chef de l'organisation terroriste Boko Haram, a revendiqué dans une vidéo la responsabilité de l'enlèvement et a affirmé que les jeunes filles seraient vendues et réduites en esclavage.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre polonai[...]

Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages

Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Centrafrique : pourquoi les experts de l'ONU veulent sanctionner Michel Djotodia

Les experts des Nations unies sur la Centrafrique ont demandé au Conseil de sécurité de sanctionner une dizaine de personnalités dont l'ancien président Michel Djotodia. Tous verraient alors[...]

Centrafrique : François Toussaint, un mercenaire belge sans foi ni loi

Son nom ne vous dira rien. Né au Congo, François Toussaint est un mercenaire belge qui a fini par refaire surface à Bangui. Un parcours improbable qui lui a valu d'être épinglé par[...]

Centrafrique : une transition en panne, qui va à vau-l'eau

Didier Niewiadowski a été conseiller de coopération et d'action culturelle à l'Ambassade de France à Bangui (2008-2012). Depuis les Accords de Libreville du 11 janvier 2013, trois chefs de[...]

Centrafrique : rapporteurs sous pression

Nommée en janvier, la commission d'enquête des Nations unies sur les violations des droits de l'homme en République centrafricaine doit remettre son rapport final à la fin de ce mois ou au[...]

Centrafrique : Bozizé et les méchants

Le président centrafricain déchu François Bozizé s'estime toujours indispensable à la résolution de la crise dans son pays.[...]

Pacôme Pabandji remporte le prix Rory Peck des JRI pour sa couverture de la crise en Centrafrique

Pacôme Pabandji, journaliste centrafricain de 23 ans, a remporté mercredi  le prestigieux prix Rory Peck, une distinction reconnue dans le monde entier qui récompense chaque année les meilleurs[...]

Biens mal acquis : la Centrafrique dépose plainte à Paris contre Bozizé

La Centrafrique a porté plainte cette semaine à Paris contre François Bozizé, pour obtenir une enquête sur les biens qui auraient été acquis par l'ex-président et son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces