Extension Factory Builder
09/05/2014 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Couverture de Ceux qui sortent dans la nuit. Couverture de Ceux qui sortent dans la nuit. © DR/Grasset

Décerné le 2 mai, le prix Ahmadou-Kourouma a récompensé "Ceux qui sortent dans la nuit", du Camerounais Mutt-Lon. Une enquête au cœur de la sorcellerie et un voyage dans le temps.

Des herbes magiques des Métamorphoses d'Ovide au très populaire Harry Potter, en passant par les sorcières des contes des frères Grimm et les Mémoires de porc-épic d'Alain Mabanckou (prix Renaudot 2006), la sorcellerie est une source inépuisable d'inspiration pour les écrivains. Allégorie des passions humaines ou objet de fantasme et de fascination, elle nourrit l'imaginaire et se transforme en matière de prédilection à qui sait manier le verbe et aime nous entraîner dans une odyssée extraordinaire. Le lauréat du dixième prix Ahmadou-Kourouma, le Camerounais Mutt-Lon ("l'homme du terroir", en bassa), ne déroge pas à la règle. Dans "une écriture très fluide" selon Jacques Chevrier, spécialiste de littérature africaine et président de ce prix littéraire décerné chaque année lors du Salon africain du Salon du livre et de la presse de Genève, l'écrivain camerounais invite le lecteur à un double voyage : au cœur de ce qui est habituellement dissimulé – la sorcellerie – et dans le temps.

C'est une sorte de lettre ouverte adressée aux sorciers et aux Camerounais.

Dans son premier roman à être publié par une maison d'édition d'envergure, Daniel Alain Nsegbe de son vrai nom, lui, le scientifique (il a fait des études de sciences naturelles à l'université de Yaoundé et est diplômé en audiovisuel et en photographie) a choisi d'évoquer l'existence des ewusu au sein de la société camerounaise. Ces sorciers quittent leur corps la nuit et, invisibles, accomplissent des actes maléfiques en toute impunité. Une jeune initiée qui ne parvient pas à se taire et à garder le secret est assassinée. Par ses pairs ? Afin d'enquêter sur sa mort, son frère devient à son tour ewusu et remonte le temps jusqu'au XVIIIe siècle. "Ceux qui sortent dans la nuit, explique le quadragénaire, est né d’un fantasme : je ne cessais d’imaginer comment devrait se comporter un jeune Africain actuel s’il se retrouvait précipité dans le passé au milieu de ses propres ancêtres, ceux qui n’avaient pas vu l’homme blanc. Je me demandais sans cesse combien de temps il tiendrait avant d’être démasqué, et quel serait alors son sort… C’est pourquoi j’ai abordé le thème de la sorcellerie, car c’était l’unique moyen pouvant me permettre de projeter quelqu’un de 2011, l'année durant laquelle j'ai écrit ce roman, à 1705." Jacques Chevrier voit dans ce texte davantage qu'un roman : "C'est une sorte de lettre ouverte adressée aux sorciers et aux Camerounais avançant que la magie pourrait être le fer de lance d'une véritable révolution scientifique si elle était mise au bénéfice du bien et non du mal."

Monteur à la télévision d'État camerounaise CRTV, Mutt-Lon est, dit-il, "venu à la littérature par la passion de la lecture transmise par [sa] mère, et un besoin très tôt affirmé de partager [ses] fantasmes". Sa source d'inspiration ? La société rurale africaine. Ses modèles littéraires ? Voltaire, Guy des Cars et Agatha Christie. Après avoir essuyé de nombreux refus, il a enfin eu la chance de voir l'un de ses manuscrits, envoyé par la poste, être accepté puis publié par Grasset. Quant à savoir s'il a eu recours à la sorcellerie pour parvenir à ses fins, nous nous garderons bien de lui poser la question.

__________

Séverine Kodjo-Grandvaux



 - Ceux qui sortent dans la nuit, de Mutt-Lon, éd. Grasset, 288 pages, 18,90 euros
 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509100441 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140509100441 from 172.16.0.100