Extension Factory Builder
06/05/2014 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'La Traversée aux disparus' s'inscrit dans une impossible quête identitaire. "La Traversée aux disparus" s'inscrit dans une impossible quête identitaire. © Capture d'écran/theatre-lacriee.com/DR

S'appuyant sur des textes de Maryse Condé, Yanick Lahens et Fabienne Kanor, la metteuse en scène franco-ivoirienne Eva Doumbia revient sur la traite négrière et ses séquelles dans une pièce en trois actes, "La Traversée aux disparus". Jusqu'au 7 mai au Théâtre national de Marseille, La Criée.

C'est à un marathon littéraire et théâtral de 4 heures que nous invite Eva Doumbia. Trilogie composée d'une première partie consacrée à Maryse Condé (inspirée de l'autobiographie de cette dernière, La Vie sans fard, et de son grand roman africain Segou), La Traversée aux disparus s'inscrit dans une impossible quête identitaire. De celle à laquelle se retrouvent confrontés certains descendants d'esclaves déportés dans le Nouveau Monde, aux Antilles ou en Europe.

D'une contemporanéité puissante, le dernier volet de la pièce, intitulé "La Grande Chambre", a été écrit à la demande de la metteuse en scène franco-ivoirienne par Fabienne Kanor, écrivaine française installée en partie à Yaoundé. Celle-ci rétablit depuis l'ancien port négrier du Havre (France) "une mémoire que l'on n'a pas reconstruite". Son texte évoque la douleur de ces enfants de la République à qui la France renvoie sans cesse l'image d'une prétendue extranéité due à leur peau sombre. "Tu viens d'où ?" "Comment ça s'écrit ton nom déjà ?"

Un 'génocide' qui ne dit pas son nom"

La souffrance qui en découle plonge ses racines dans un traumatisme dont l'Histoire humaine a le terrible secret, un "génocide" qui ne dit pas son nom. Comment renouer avec l'histoire de ses aïeuls quand sa généalogie s'arrête brutalement aux portes d'une plantation ou dans les cales d'un bateau négrier ? Comment tisser ensemble des liens  à jamais brisés ? Comment entrer en contact avec l'Afrique de ses ancêtres et celle d'aujourd'hui sans se perdre dans ses rêves et ses fantasmes ?

Un questionnement qui a certainement été celui de Maryse Condé lorsqu'elle découvre à l'aube des indépendances une "nouvelle Afrique qui s'efforce de naître". Celle qui prendra la nationalité guinéenne non "par idéologie" mais davantage par commodité, revient dans La Vie sans fard sur son "périple africain surtout riche en souffrances", mais qui aura à [s]on insu débloqué quelque chose en [elle]" : au terme de ce voyage peu commun qui l'aura conduit avec bagages et enfants de la Côte d'Ivoire à la Guinée et au Ghana (dont elle se fera expulser, soupçonnée d'espionnage), cette femme au caractère bien trempé et à l'indépendance chevillée au corps découvre son salut dans la littérature.

Je voulais proposer une histoire du peuple noir via la littérature et les femmes.

Eva Doumbia, metteuse en scène

Une "résilience par l'écriture" qu'Eva Doumbia souhaitait mettre en scène. "Je voulais proposer une histoire du peuple noir via la littérature et les femmes et voir comment le travail littéraire est influencé par les traumatismes, qu'ils relèvent de la grande Histoire ou d'une trajectoire personnelle", explique la quarantenaire. L'enchaînement des adaptations scéniques de La Vie sans fard et de Segou ("Cette grande saga qui permet de comprendre ce qui se passe aujourd'hui au Mali en évoquant l'islamisation puis la colonisation de cette terre", selon Eva Doumbia) montre effectivement comment est née la vocation de l'écrivaine.

"Le fil conducteur est Maryse Condé"

Comme si elle n'était pas suffisamment sûre de sa mise en scène, Eva Doumbia a choisi de projeter par intermittence un documentaire de Sarah Bouyain donnant la parole à Maryse Condé. Un artifice qui ne convainc pas toujours et dont le didactisme nuit parfois à la dramaturgie. Il permet néanmoins de lier aux deux autres le second volet de la trilogie, inspiré de La Couleur de l'aube de l'écrivaine haïtienne Yanick Lahens, mais dont la mise en scène peine parfois à donner toute sa force à la littéralité du texte et à ses créolismes foisonnants.

"Le fil conducteur est Maryse Condé qui transmet un héritage littéraire à ces femmes. Elle nous transmet aussi le courage, l'espoir, la foi, un modèle à nous qui en France n'en avons pas", défend la dramaturge. Une filiation qui ne fait aucune doute dans "La Grande Chambre" tant le texte, la mise en scène et le jeu - notamment de l'actrice principale Clémentine Abéna Ahanda - offrent un souffle puissant au dernier volet, redonnant à penser dans son ensemble la trilogie ainsi que l'histoire de la traite et de ses séquelles contemporaines.

>> La Traversée aux disparus, mise en scène d'Eva Doumbia, jusqu'au 7 mai au Théâtre national de Marseille La Criée, à 19h, durée : 4 heures avec entractes.

________

Séverine Kodjo-Grandvaux, envoyée spéciale à Marseille

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers