Extension Factory Builder
21/04/2014 à 18:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sansy Kaba Diakité, promoteur du festival littéraire de Conakry. Sansy Kaba Diakité, promoteur du festival littéraire de Conakry. © DR

La 6e édition des "72 h du livre" de Conakry aura bien lieu à la fin du mois dans la capitale guinéenne et à Kindia. Interview de son promoteur, Sansy Kaba Diakité.

Malgré l’épidémie d’Ebola qui touche leur pays depuis quelques semaines, les organisateurs de la 6è édition des "72h du livre" de Conakry ont décidé de maintenir leur manifestation. Celle-ci aura lieu du 23 au 25 avril dans la capitale guinéenne et du 26 au 27 avril à Kindia (130 km à l'est de Conakry). Expositions, ventes, colloques, débats, séances de dédicaces ou encore concours d’épellation rythmeront ce qui est devenu un rendez-vous littéraire important en Afrique de l’Ouest, parrainé cette année par Denis Pryen, fondateur des Editions L’Harmattan ,et Lilian Thuram, ancien joueur de football français et écrivain.

De passage à Paris, pour la promotion de l’événement, Sansy Kaba Diakité, directeur de l’Harmattan-Guinée, a répondu aux questions de Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir choisi le développement local comme thème pour le salon de cette année ?

Sansy Kaba Diakité : Les élections communales et communautaires auront  normalement bientôt lieu en Guinée. Il s’agissait pour nous de lier l’actualité politique à l’actualité littéraire, de se servir de cet événement pour sensibiliser les citoyens aux enjeux de ces prochaines échéances. « À quoi sert un maire ? » « Quelles sont ses responsabilités ? », « Quelle politique culturelle  peut-il mettre en place ? » : autant de questions que nous pourrons aborder lors des différents colloques et conférences.

En choisissant un tel thème, ne craignez-vous pas que l’événement soit plus politique que littéraire ?

Pas du tout. Les « 72h du livre » sont avant tout un lieu de rencontres et d’échanges, qui n’appartient à aucun parti politique. Le rôle des écrivains c’est aussi de réfléchir à l’avenir de leur nation. Si on laisse cet espace aux seuls politiques, rien ne changera. Voilà pourquoi nous souhaitons impliquer, grâce à ce type de manifestation, les élèves, les étudiants, les intellectuels. Ils ont tous leur partition à jouer. 

L’innovation majeure cette année, c’est  le prolongement des « 72h du livre » de Conakry, dans une autre ville, Kindia, un peu plus à l’Est...

Nous avons souhaité mettre en avant Kindia car cette ville présente un bel exemple de développement local, avec des acteurs locaux qui réussissent à prendre des initiatives sans l’aide du gouvernement. Nous allons emmener des libraires, des éditeurs et des auteurs à Kindia, pour que les habitants de la ville puissent aussi en profiter.

Combien de visiteurs attendez-vous ?

L’année dernière nous avons comptabilisé 25 000 visiteurs. Mais le contexte social était tendu en raison des grèves. Cette année, nous souhaitons doubler ce chiffre. D’année en année, nous sentons que l’engouement autour de l’événement grandit, et l’affluence aussi. Nous espérons que cette sixième édition n’échappera pas à la règle.
Notre ambition est de réussir à faire de Conakry la capitale africaine du livre. Ouagadougou a le cinéma, Bamako la photographie, Abidjan la musique, Dakar la mode… Conakry veut avoir le livre ! Après tout, la Guinée est tout de même le pays de grands écrivains tels que Thierno Monénembo, Camara Laye ou encore William Sassine.

Propos recueillis par Haby Niakaté

>> Retrouvez l'édition 2013 des "72 h du livre" de Conakry
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée

Guinée : au coeur du 'ground zero' de l'épidémie d'Ebola

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut [...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Ebola : où sont passés les milliardaires africains ?

Seuls des milliardaires occidentaux tels Bill Gates ou Mark Zuckerberg se sont faits mécènes de la lutte contre Ebola. Leurs homologues africains, Aliko Dangote ou Nassef Sawiris,  pour ne citer qu'eux, sont aux[...]

Guinée : chroniques d'une lutte acharnée contre Ebola

Entre la capitale guinéenne sous tension et une ville frontière ivoirienne figée, visite d'une région qui vit dans l'angoisse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers