Extension Factory Builder
07/04/2014 à 16:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande et Paul Kagamé, le 2 avril 2014 à Bruxelles. François Hollande et Paul Kagamé, le 2 avril 2014 à Bruxelles. © AFP

Lors des commémorations lundi du vingtième anniversaire du génocide rwandais, le président Paul Kagamé a réaffirmé ces critiques contre la France pour son rôle durant le génocide de 1994. L'ONU, quant à elle, a exprimé sa "honte" pour n'avoir pas pu l'empêcher.

Paul Kagamé, a réitéré, lundi 7 avril, lors de son discours des manifestations commémoratives du génocide de 1994, les attaques qu'il a formulées contre la France dans une interview accordée à Jeune Afrique, publiée dans l'édition du 6 avril. Le président rwandais y évoque, entre autres sujets, la relation douloureuse qu'a entretenue son pays avec la France et expose sans ambiguïté le rôle qu'il estime être celui de cette dernière dans le génocide. Des propos qui ont entraîné l'annulation de la participation des représentants français aux manifestations commémoratives à Kigali.

"Les faits sont têtus"

"Les gens ne peuvent être soudoyés ou forcés de changer leur histoire. Aucun pays n'est assez puissant - même s'il pense l'être - pour changer les faits", a déclaré en anglais le président rwandais avant de lancer, en français, "après tout, les faits sont têtus", déclenchant les acclamations des 30 000 spectateurs rassemblés au Stade Amaharo de Kigali.

"Le temps écoulé ne doit pas occulter les faits, amoindrir les responsabilités ou transformer les victimes en méchants", a-t-il également martelé, faisant apparemment référence aux sévères critiques dirigées récemment contre Kigali par ses plus proches alliés internationaux, États-Unis en tête.

Le vingtième anniversaire du génocide représente un enjeu diplomatique important pour Kigali, qui a longtemps bénéficié sur le plan diplomatique du sentiment de culpabilité de la communauté internationale, restée inerte face aux massacres. Mais les autorités rwandaises ont récemment été accusées - par l'ONU et Washington - de déstabiliser l'est de la RDC et d'être impliquées dans les meurtres ou tentatives de meurtre de dissidents rwandais réfugiés en Afrique du Sud. "Ceux qui pensent que le Rwanda ou l'Afrique ont encore besoin de leur approbation pour être gouvernés comme il se doit par leur peuples, par les dirigeants que leur peuples ont choisis, vivent toujours dans un passé révolu", a rétorqué Paul Kagamé.

"Nous aurions dû faire beaucoup plus"

Prenant la parole à son tour, quelques temps avant le président rwandais, Ban Ki-moon a reconnu pour sa part que les Nations unies auraient pu mieux faire pour empêcher les massacres de 1994 au Rwanda. "Nous aurions pu faire beaucoup plus. Nous aurions dû faire beaucoup plus, a-t-il insisté. "Les Casques bleus ont été retirés du Rwanda au moment où l'on en avait le plus besoin",  a déclaré le secrétaire général de l'ONU, tout en relevant le courage remarquable de membres de l'ONU au Rwanda à l'époque.

L'ONU, impuissante face aux tueries, avait en effet retiré l'essentiel de ses quelque 2 500 soldats déployés au Rwanda, mi-avril 1994, au plus fort des massacres commencés le 7 avril, quelques heures après la mort du président Juvénal Habyarimana, dont l'avion a été abattu la veille au soir au dessus de Kigali. Entre avril et juillet 1994, quelque 800 000 personnes, essentiellement issues de la minorité tutsi, ont été exterminées au Rwanda.

Les leçons du génocide rwandais

"En l'espace d'une génération, la honte ne s'est pas effacée", a estimé Ban Ki-moon, rappelant qu'un an après le génocide au Rwanda, des Bosniaques musulmans avaient été abandonnés à leur sort dans l'enclave de Srebrenica, censée être protégée par l'ONU.

Ban Ki-moon a toutefois rappelé que le devoir de l'ONU est de toujours protéger les personnes, et a assuré avoir demandé aux représentants onusiens dans le monde d'agir sans attendre des instructions de la hiérarchie si des gens risquent d'être victimes d'atrocités. Dans cette optique, depuis mi-décembre, les portes des bases de l'ONU au Soudan du Sud sont ouvertes à plusieurs milliers de personnes fuyant les combats et les massacres qui déchirent le pays.

"Grâce à ce geste, des milliers de personnes sont encore en vie aujourd'hui - et c'est là un effet des leçons tirées de ce qui s'est passé au Rwanda", a-t-il expliqué. "Nous ne devons pas nous contenter de répéter éternellement 'plus jamais ça'".

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Rwanda

La ministre rwandaise Louise Mushikiwabo en visite officielle en Israël

La ministre rwandaise Louise Mushikiwabo en visite officielle en Israël

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, séjourne depuis dimanche à Tel-Aviv. Une visite officielle de deux jours en pleine crise israélo-palestinienne.[...]

RDC : le désarmement des FDLR expliqué à ceux qui ont raté le début

Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont commencé fin mai à se rendre. Une reddition jusqu'ici timide mais suffisante pour obtenir la suspension des[...]

Téléphonie : le Rwanda, le Kenya et l'Ouganda abolissent leurs frontières

 Dès septembre prochain, les coûts de communication entre le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda se feront aux tarifs des communications locales, en vertu d'un accord signé entre les trois pays le 08[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Le Rwanda ou les secrets d'un bon élève

Dévasté par un génocide il y a vingt ans, le pays pauvre et enclavé réalise un spectaculaire redressement économique. Jeune Afrique analyse les ingrédients de cette[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

France-Rwanda : les juges bouclent leur enquête sur l'attentat contre Habyarimana

Nathalie Poux et Marc Trévidic, les juges français en charge de l'enquête sur l'attaque du 6 avril 1994 contre l'avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, ont mis fin à leur[...]

RDC - Rwanda : que faire des ex-rebelles des FDLR ?

Ils sont à peine 200 à avoir déposé les armes, mais, en RDC, la question de l'avenir des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) se pose déjà.[...]

Rwanda - Paul Kagamé : "Dire non, rendre coup pour coup... C'est retrouver notre dignité"

Le président rwandais, Paul Kagamé, s'est montré très combatif lors de son discours de la fête nationale, vendredi à Kigali, exhortant l'Afrique toute entière à changer[...]

Rwanda : le centre culturel franco-rwandais de Kigali démoli à la pelleteuse

Après des années de tractations infructueuses sur l'avenir du centre culturel franco-rwandais de Kigali, le Rwanda a mis en oeuvre une décision radicale : détruire l'ensemble des bâtiments[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers