Extension Factory Builder
07/04/2014 à 16:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande et Paul Kagamé, le 2 avril 2014 à Bruxelles. François Hollande et Paul Kagamé, le 2 avril 2014 à Bruxelles. © AFP

Lors des commémorations lundi du vingtième anniversaire du génocide rwandais, le président Paul Kagamé a réaffirmé ces critiques contre la France pour son rôle durant le génocide de 1994. L'ONU, quant à elle, a exprimé sa "honte" pour n'avoir pas pu l'empêcher.

Paul Kagamé, a réitéré, lundi 7 avril, lors de son discours des manifestations commémoratives du génocide de 1994, les attaques qu'il a formulées contre la France dans une interview accordée à Jeune Afrique, publiée dans l'édition du 6 avril. Le président rwandais y évoque, entre autres sujets, la relation douloureuse qu'a entretenue son pays avec la France et expose sans ambiguïté le rôle qu'il estime être celui de cette dernière dans le génocide. Des propos qui ont entraîné l'annulation de la participation des représentants français aux manifestations commémoratives à Kigali.

"Les faits sont têtus"

"Les gens ne peuvent être soudoyés ou forcés de changer leur histoire. Aucun pays n'est assez puissant - même s'il pense l'être - pour changer les faits", a déclaré en anglais le président rwandais avant de lancer, en français, "après tout, les faits sont têtus", déclenchant les acclamations des 30 000 spectateurs rassemblés au Stade Amaharo de Kigali.

"Le temps écoulé ne doit pas occulter les faits, amoindrir les responsabilités ou transformer les victimes en méchants", a-t-il également martelé, faisant apparemment référence aux sévères critiques dirigées récemment contre Kigali par ses plus proches alliés internationaux, États-Unis en tête.

Le vingtième anniversaire du génocide représente un enjeu diplomatique important pour Kigali, qui a longtemps bénéficié sur le plan diplomatique du sentiment de culpabilité de la communauté internationale, restée inerte face aux massacres. Mais les autorités rwandaises ont récemment été accusées - par l'ONU et Washington - de déstabiliser l'est de la RDC et d'être impliquées dans les meurtres ou tentatives de meurtre de dissidents rwandais réfugiés en Afrique du Sud. "Ceux qui pensent que le Rwanda ou l'Afrique ont encore besoin de leur approbation pour être gouvernés comme il se doit par leur peuples, par les dirigeants que leur peuples ont choisis, vivent toujours dans un passé révolu", a rétorqué Paul Kagamé.

"Nous aurions dû faire beaucoup plus"

Prenant la parole à son tour, quelques temps avant le président rwandais, Ban Ki-moon a reconnu pour sa part que les Nations unies auraient pu mieux faire pour empêcher les massacres de 1994 au Rwanda. "Nous aurions pu faire beaucoup plus. Nous aurions dû faire beaucoup plus, a-t-il insisté. "Les Casques bleus ont été retirés du Rwanda au moment où l'on en avait le plus besoin",  a déclaré le secrétaire général de l'ONU, tout en relevant le courage remarquable de membres de l'ONU au Rwanda à l'époque.

L'ONU, impuissante face aux tueries, avait en effet retiré l'essentiel de ses quelque 2 500 soldats déployés au Rwanda, mi-avril 1994, au plus fort des massacres commencés le 7 avril, quelques heures après la mort du président Juvénal Habyarimana, dont l'avion a été abattu la veille au soir au dessus de Kigali. Entre avril et juillet 1994, quelque 800 000 personnes, essentiellement issues de la minorité tutsi, ont été exterminées au Rwanda.

Les leçons du génocide rwandais

"En l'espace d'une génération, la honte ne s'est pas effacée", a estimé Ban Ki-moon, rappelant qu'un an après le génocide au Rwanda, des Bosniaques musulmans avaient été abandonnés à leur sort dans l'enclave de Srebrenica, censée être protégée par l'ONU.

Ban Ki-moon a toutefois rappelé que le devoir de l'ONU est de toujours protéger les personnes, et a assuré avoir demandé aux représentants onusiens dans le monde d'agir sans attendre des instructions de la hiérarchie si des gens risquent d'être victimes d'atrocités. Dans cette optique, depuis mi-décembre, les portes des bases de l'ONU au Soudan du Sud sont ouvertes à plusieurs milliers de personnes fuyant les combats et les massacres qui déchirent le pays.

"Grâce à ce geste, des milliers de personnes sont encore en vie aujourd'hui - et c'est là un effet des leçons tirées de ce qui s'est passé au Rwanda", a-t-il expliqué. "Nous ne devons pas nous contenter de répéter éternellement 'plus jamais ça'".

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

RDC - Rwanda : 'Rumeurs du lac', ou quand les eaux du Kivu se racontent

RDC - Rwanda : "Rumeurs du lac", ou quand les eaux du Kivu se racontent

Dans un documentaire de 52 minutes dont la diffusion en avant-première est prévue le 10 mars en Belgique, la journaliste congolaise Wendy Bashi interroge le lac Kivu, témoin séculaire de la situation s&[...]

Une commission d'enquête rwandaise accuse la BBC de négationnisme

Dans un rapport rendu public le 28 février, la commission rwandaise chargée d'évaluer le documentaire controversé de la BBC "Rwanda's Untold Story" recommande notamment d'engager des[...]

Rwanda - France : Kagamé, en visite éclair à Paris, s'entretient avec Sarkozy

Paul Kagamé a effectué une visite au siège parisien de l’Unesco, le vendredi 27 février. Aucune rencontre avec des responsables du gouvernement français n’était au programme,[...]

Rwanda : dix ans de prison pour Kizito Mihigo, jugé coupable de conspiration contre le gouvernement

Le chanteur Kizito Mihigo a été condamné vendredi à dix ans de prison à Kigali. Il a été reconnu coupable de conspiration contre le gouvernement rwandais.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Rwanda : le Dr Gasakure, ex-médecin personnel de Kagamé, meurt dans un commissariat

Le docteur Emmanuel Gasakure, qui fut le médecin personnel du président rwandais Paul Kagamé, est mort en détention à Kigali le 25 février. Présenté comme dépressif,[...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

Rwanda : Kagamé en déplacement à Paris le 27 février

Alors que sa dernière visite officielle en France remonte au mois de septembre 2011, le président rwandais Paul Kagamé sera à Paris vendredi. Aucune rencontre n'est pour l'instant prévue avec les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140407153159 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140407153159 from 172.16.0.100