Extension Factory Builder
24/02/2014 à 13:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les ministres français Laurent Fabius (g) et marocain Salaheddine Mezouar (d) en 2013 à Rabat. Les ministres français Laurent Fabius (g) et marocain Salaheddine Mezouar (d) en 2013 à Rabat. © AFP

Le Maroc a fermement condamné dimanche des propos prêtés à un ambassadeur de France, qualifiés de "scandaleux et inadmissibles". La crise diplomatique entre Paris et Rabat, allumée par des plaintes déposées en France contre un haut responsable marocain, s'envenime.

Citant l'acteur espagnol Javier Bardem, auteur d'un documentaire sur le Sahara occidental, le quotidien français Le Monde a rapporté jeudi des propos prêtés à l'ambassadeur de France aux États-Unis, François Delattre. Selon Javier Bardem, le diplomate aurait déclaré en 2011 que le Maroc est "une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre", une allusion peu flatteuse au soutien traditionnel apporté par la France au royaume chérifien sur le dossier du Sahara, une région toujours en proie aux revendications autonomistes.

"Expressions humiliantes"

Le Quai d'Orsay a aussitôt catégoriquement démenti, mais le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Khalfi, a dénoncé dimanche soir des "mots blessants" et des "expressions humiliantes". Ces propos sont d’autant plus "scandaleux et inadmissibles" que le Maroc "ne cesse d’œuvrer pour le renforcement des relations bilatérales", a-t-il ajouté dans un communiqué cité par l'agence MAP. Rabat "demeure persuadé que la France saura réparer le mal qui a été causé par ces propos", qu'ils "aient été fallacieusement attribués" au diplomate "ou effectivement prononcés", a encore avancé le porte-parole gouvernemental.

Cette nouvelle polémique intervient alors que la France et le Maroc, deux proches alliés, connaissent déjà un sérieux coup de froid diplomatique à la suite de plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain. Jeudi dernier, l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) a saisi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour demander aux autorités d'entendre ce responsable, accusé par l'ONG de "complicité de torture".

Paris promet que "toute la lumière sera faite"

Dans la foulée, et sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont rendus à la résidence de l'ambassadeur du Maroc à Paris pour notifier à M. Hammouchi une convocation émanant d'un juge d'instruction.La réaction du royaume chérifien ne s'est pas fait attendre : le Maroc a rejeté "catégoriquement" les accusations et convoqué l'ambassadeur de France à Rabat, déplorant un "incident rare et inédit". Dans un communiqué, Paris a tenté d'apaiser les tensions et regretté un "incident regrettable", tout en promettant que "toute la lumière (serait) faite".

Dimanche, une nouvelle plainte pour "torture"  a été annoncée en France contre le patron du contre-espionnage marocain par l'avocat d'un ancien champion de boxe light-contact, Zakaria Moumni. L'athlète avait été détenu pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de s[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex