Extension Factory Builder
24/02/2014 à 13:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les ministres français Laurent Fabius (g) et marocain Salaheddine Mezouar (d) en 2013 à Rabat. Les ministres français Laurent Fabius (g) et marocain Salaheddine Mezouar (d) en 2013 à Rabat. © AFP

Le Maroc a fermement condamné dimanche des propos prêtés à un ambassadeur de France, qualifiés de "scandaleux et inadmissibles". La crise diplomatique entre Paris et Rabat, allumée par des plaintes déposées en France contre un haut responsable marocain, s'envenime.

Citant l'acteur espagnol Javier Bardem, auteur d'un documentaire sur le Sahara occidental, le quotidien français Le Monde a rapporté jeudi des propos prêtés à l'ambassadeur de France aux États-Unis, François Delattre. Selon Javier Bardem, le diplomate aurait déclaré en 2011 que le Maroc est "une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre", une allusion peu flatteuse au soutien traditionnel apporté par la France au royaume chérifien sur le dossier du Sahara, une région toujours en proie aux revendications autonomistes.

"Expressions humiliantes"

Le Quai d'Orsay a aussitôt catégoriquement démenti, mais le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Khalfi, a dénoncé dimanche soir des "mots blessants" et des "expressions humiliantes". Ces propos sont d’autant plus "scandaleux et inadmissibles" que le Maroc "ne cesse d’œuvrer pour le renforcement des relations bilatérales", a-t-il ajouté dans un communiqué cité par l'agence MAP. Rabat "demeure persuadé que la France saura réparer le mal qui a été causé par ces propos", qu'ils "aient été fallacieusement attribués" au diplomate "ou effectivement prononcés", a encore avancé le porte-parole gouvernemental.

Cette nouvelle polémique intervient alors que la France et le Maroc, deux proches alliés, connaissent déjà un sérieux coup de froid diplomatique à la suite de plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain. Jeudi dernier, l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) a saisi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour demander aux autorités d'entendre ce responsable, accusé par l'ONG de "complicité de torture".

Paris promet que "toute la lumière sera faite"

Dans la foulée, et sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont rendus à la résidence de l'ambassadeur du Maroc à Paris pour notifier à M. Hammouchi une convocation émanant d'un juge d'instruction.La réaction du royaume chérifien ne s'est pas fait attendre : le Maroc a rejeté "catégoriquement" les accusations et convoqué l'ambassadeur de France à Rabat, déplorant un "incident rare et inédit". Dans un communiqué, Paris a tenté d'apaiser les tensions et regretté un "incident regrettable", tout en promettant que "toute la lumière (serait) faite".

Dimanche, une nouvelle plainte pour "torture"  a été annoncée en France contre le patron du contre-espionnage marocain par l'avocat d'un ancien champion de boxe light-contact, Zakaria Moumni. L'athlète avait été détenu pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140224131212 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140224131212 from 172.16.0.100