Extension Factory Builder
03/02/2014 à 19:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nelson Mandela Nelson Mandela © AFP

Deux mois après la mort de Nelson Mandela, son testament a été ouvert, lundi, en Afrique du Sud. L'ancien président lègue 4,1 millions de dollars à sa famille, à l'ANC, son parti, ainsi qu'à six écoles fréquentées dans sa jeunesse.

Le testament de Nelson Mandela a été dévoilé lundi 3 février en Afrique du Sud. Les hommes de loi de Madiba ont dressé un inventaire et évalué provisoirement le patrimoine de l'ancien chef d'État à 46 millions de rands (soit 4,1 millions de dollars ou 3 millions d'euros, selon le cours actuel du rand). Depuis l'année 2004, la monnaie sud-africaine s'est considérablement dépréciée (moins 85% par rapport à l'euro). Or c'est à cette date que l'ancien chef d'Etat avait rédigé ses dernières volontés, à l'âge de 86 ans.

Incarcéré pendant 27 ans dans les geôles du régime raciste de l'apartheid, le père de la démocratie sud-africaine n'avait pas amassé une fortune colossale. Il avait cependant emménagé, à sa libération, dans une belle demeure du quartier fortuné d'Houghton, à Johannesburg. Nelson Mandela a néanmoins perçu d'importants revenus de la publication de ses livres et de différents projets à son nom.

Un mot d'explication pour chaque légataire

À l'occasion de l'ouverture du testament, la famille de Madiba était presque réunie au complet alors que, ces derniers mois, certains de ses membres s'étaient livrés à de sordides règlements de compte. La lecture a eu lieu à huis clos, avant que les 17 pages du document ne soient distribuées à la presse. "Pour les familles, la lecture d'un testament est toujours une occasion chargée d'émotions car cela fait ressurgir tant de choses. Mais cela s'est bien passé", a indiqué le juge Dikgang Moseneke, l'un des trois exécuteurs testamentaires du grand homme.

"Le testament a été lu, page après page. Cela a pris plus de temps que nous avions pensé. Des clarifications ont été demandées de temps à autre", a-t-il ajouté. Nelson Mandela avait pris soin d'écrire un mot d'explication à la plupart de ses légataires. L'ancien chef de l'État a plus de 30 enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, nés de ses deux premiers mariages. Dans ses dernières volontés, Nelson Mandela a inclus les enfants de sa veuve, Graça Machel, épousée alors qu'il avait 80 ans, tout comme son ancienne secrétaire particulière, Zelda La Grange, ainsi que neuf anciens collaborateurs gratifiés de 50 000 rands (soit 3 300 euros).

Le testament prévoit également différents legs aux écoles fréquentées par Nelson Mandela dans sa jeunesse afin qu'elles puissent offrir des bourses à leurs élèves, notamment l'université de Fort Hare et celle de Witwatersrand, à Johannesburg.

La promotion des principes et des politiques de réconcialiation

L'essentiel des royalties de Mandela iront à la fondation familiale "Nelson Rohlilala Mandela Family Trust" qui devra toutefois partager entre 10 et 30 % des revenus avec le parti politique de Nelson Mandela, l'ANC, auquel il demande d'en faire usage "en particulier pour la promotion des principes et des politiques de réconciliation entre les Sud-Africains".

En 2005 et 2008, Nelson Mandela avait ajouté deux annexes à son testament pour stipuler que la famille de son fils décédé Makgatho puisse élire domicile dans sa maison de Johannesburg, notamment son petit-fils controversé Mandla. "C'est mon souhait que cela serve aussi de lieu de rassemblement à la famille Mandela afin de maintenir son unité longtemps après ma mort", a-t-il souhaité. Député ANC, Mandla, premier héritier mâle selon la règle coutumière xhosa, s'est publiquement disputé avec la fille aînée de Nelson Mandela, Makaziwe.

Outre la maison de Johannesburg, le défunt a légué à la fondation familiale NRM la propriété de Qunu près de laquelle il est enterré, dans le sud de l'Afrique du Sud, ainsi qu'une maison à Mthatha, non loin de là. En revanche, les quatre propriétés détenues au Mozambique sous le régime de la communauté de biens avec sa veuve Graça Machel, devraient revenir à celle-ci. Cette dernière, de nationalité mozambicaine, pouvait théoriquement prétendre à la moitié de l'héritage, mais elle devrait se contenter de ce qui lui appartient, bijoux, mobilier de la maison de Johannesburg et ses propres comptes en banque.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à &eacut[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Tourisme : les 10 pays africains les plus compétitifs selon le World Economic Forum

  Le World Economic Forum a publié la 5e édition de son rapport bi-annuel, le "Travel & Tourism Competitiveness Report 2015" qui évalue la compétitivité du secteur du voyage[...]

Afrique du Sud : pas de répit dans le massacre des rhinocéros

Le rythme du massacre des rhinocéros s'est encore accéléré en Afrique du Sud, avec 393 animaux tués par des braconniers sur les quatre premiers mois de l'année, une progression de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers