Extension Factory Builder
03/02/2014 à 19:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nelson Mandela Nelson Mandela © AFP

Deux mois après la mort de Nelson Mandela, son testament a été ouvert, lundi, en Afrique du Sud. L'ancien président lègue 4,1 millions de dollars à sa famille, à l'ANC, son parti, ainsi qu'à six écoles fréquentées dans sa jeunesse.

Le testament de Nelson Mandela a été dévoilé lundi 3 février en Afrique du Sud. Les hommes de loi de Madiba ont dressé un inventaire et évalué provisoirement le patrimoine de l'ancien chef d'État à 46 millions de rands (soit 4,1 millions de dollars ou 3 millions d'euros, selon le cours actuel du rand). Depuis l'année 2004, la monnaie sud-africaine s'est considérablement dépréciée (moins 85% par rapport à l'euro). Or c'est à cette date que l'ancien chef d'Etat avait rédigé ses dernières volontés, à l'âge de 86 ans.

Incarcéré pendant 27 ans dans les geôles du régime raciste de l'apartheid, le père de la démocratie sud-africaine n'avait pas amassé une fortune colossale. Il avait cependant emménagé, à sa libération, dans une belle demeure du quartier fortuné d'Houghton, à Johannesburg. Nelson Mandela a néanmoins perçu d'importants revenus de la publication de ses livres et de différents projets à son nom.

Un mot d'explication pour chaque légataire

À l'occasion de l'ouverture du testament, la famille de Madiba était presque réunie au complet alors que, ces derniers mois, certains de ses membres s'étaient livrés à de sordides règlements de compte. La lecture a eu lieu à huis clos, avant que les 17 pages du document ne soient distribuées à la presse. "Pour les familles, la lecture d'un testament est toujours une occasion chargée d'émotions car cela fait ressurgir tant de choses. Mais cela s'est bien passé", a indiqué le juge Dikgang Moseneke, l'un des trois exécuteurs testamentaires du grand homme.

"Le testament a été lu, page après page. Cela a pris plus de temps que nous avions pensé. Des clarifications ont été demandées de temps à autre", a-t-il ajouté. Nelson Mandela avait pris soin d'écrire un mot d'explication à la plupart de ses légataires. L'ancien chef de l'État a plus de 30 enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, nés de ses deux premiers mariages. Dans ses dernières volontés, Nelson Mandela a inclus les enfants de sa veuve, Graça Machel, épousée alors qu'il avait 80 ans, tout comme son ancienne secrétaire particulière, Zelda La Grange, ainsi que neuf anciens collaborateurs gratifiés de 50 000 rands (soit 3 300 euros).

Le testament prévoit également différents legs aux écoles fréquentées par Nelson Mandela dans sa jeunesse afin qu'elles puissent offrir des bourses à leurs élèves, notamment l'université de Fort Hare et celle de Witwatersrand, à Johannesburg.

La promotion des principes et des politiques de réconcialiation

L'essentiel des royalties de Mandela iront à la fondation familiale "Nelson Rohlilala Mandela Family Trust" qui devra toutefois partager entre 10 et 30 % des revenus avec le parti politique de Nelson Mandela, l'ANC, auquel il demande d'en faire usage "en particulier pour la promotion des principes et des politiques de réconciliation entre les Sud-Africains".

En 2005 et 2008, Nelson Mandela avait ajouté deux annexes à son testament pour stipuler que la famille de son fils décédé Makgatho puisse élire domicile dans sa maison de Johannesburg, notamment son petit-fils controversé Mandla. "C'est mon souhait que cela serve aussi de lieu de rassemblement à la famille Mandela afin de maintenir son unité longtemps après ma mort", a-t-il souhaité. Député ANC, Mandla, premier héritier mâle selon la règle coutumière xhosa, s'est publiquement disputé avec la fille aînée de Nelson Mandela, Makaziwe.

Outre la maison de Johannesburg, le défunt a légué à la fondation familiale NRM la propriété de Qunu près de laquelle il est enterré, dans le sud de l'Afrique du Sud, ainsi qu'une maison à Mthatha, non loin de là. En revanche, les quatre propriétés détenues au Mozambique sous le régime de la communauté de biens avec sa veuve Graça Machel, devraient revenir à celle-ci. Cette dernière, de nationalité mozambicaine, pouvait théoriquement prétendre à la moitié de l'héritage, mais elle devrait se contenter de ce qui lui appartient, bijoux, mobilier de la maison de Johannesburg et ses propres comptes en banque.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels inaugurée au Cap

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels inaugurée au Cap

Une mosquée ouverte aux homosexuels, traitant les femmes et les chrétiens sur un pied d'égalité, a été inaugurée vendredi au Cap, sans aucun incident majeur, malgré des men[...]

Afrique du Sud : Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Rien ne va plus pour le chef de l'État sud-africain. Alors que les scandales se multiplient, la justice exhume l'affaire dite de l'Arms Deal, qui poursuit Jacob Zuma depuis plus de dix ans. Tiendra-t-il jusqu'à[...]

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de [...]

Afrique du Sud : une ministre espère que Pistorius sera rejugé

La ministre sud-africaine de l'Éducation et présidente de la Ligue des femmes du parti au pouvoir, Angie Motshegka, a déclaré ce week-end qu'elle espérait qu'Oscar Pistorius serait[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius reconnu coupable d'homicide involontaire

Oscar Pistorius a été reconnu vendredi coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013.[...]

Afrique du Sud : la juge va prononcer la fin du verdict du procès Pistorius

Oscar Pistorius saura vendredi s'il est reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013. La juge sud-africaine Masipa a écarté, jeudi, la préméditation[...]

Procès Pistorius : la juge écarte la thèse du meurtre avec préméditation

La dernière étape du procès du champion sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, en février 2013, a débuté jeudi avec la lecture du[...]

Afrique du Sud : des quotas de joueurs noirs pour sauver un rugby en péril ?

En Afrique du Sud, la fédération de rugby a choisi de mettre en place une politique de quotas afin de favoriser l'intégration des joueurs et entraîneurs noirs dans les effectifs. Une question de[...]

Livres : un long chemin vers la liberté

Dans un roman saisissant, André Brink se penche sur son histoire familiale. Et narre l'horreur de l'esclavage tel qu'il se pratiquait au XIXe siècle en Afrique du Sud. Un système qu'ont combattu[...]

Afrique du Sud : le dalaï-lama, persona non grata ?

Le dalaï-lama est-il toujours persona non grata en Afrique du Sud ? Pour la troisième fois en seulement cinq ans, le leader tibétain se serait vu refuser un visa d'entrée alors qu'il devait participer[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex