Extension Factory Builder
24/01/2014 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les députés récitent un chapitre du Coran avant une séance à l'ANC, le 23 janvier 2014 à Tunis Les députés récitent un chapitre du Coran avant une séance à l'ANC, le 23 janvier 2014 à Tunis © AFP

L'Assemblée nationale constituante tunisienne procèdera samedi au vote d'adoption de la Constitution. Pour être entériné, le texte devra recueillir au moins deux tiers des voix des députés.

Plus de trois ans après la révolution contre Ben Ali, les députés de l'Assemblée nationale constituante (ANC) voteront samedi 25 janvier pour l'adoption de la Constitution. "Le vote aura lieu demain samedi", a indiqué Mofdi Mseddi, porte-parole de la Constituante, qui a achevé jeudi soir l'examen article par article du projet de loi fondamentale. L'heure du vote n'a toutefois pas encore été définie.

"Si la Constitution est adoptée en première lecture (à une majorité des) deux-tiers, la cérémonie de signature aura lieu lundi", a précisé la députée Karima Souid, assesseur chargée de l'Information. Pour être adopté, le projet doit obtenir les voix de 145 des 217 députés. Après quoi, le chef de l'État, le Premier ministre et le président de l'ANC la promulgueront.

>> Lire notre dossier spécial consacré à la Constitution tunisienne

Si cette majorité n'est pas atteinte, une deuxième lecture devra être organisée. Si le vote échoue une seconde fois, un référendum sera instauré. L'essentiel de la classe politique veut néanmoins éviter d'avoir à soumettre ce texte aux électeurs, afin de pouvoir organiser courant 2014 des législatives et l'élection présidentielle.

Formation du gouvernement Jomaâ d'ici samedi

Élue en octobre 2011, l'ANC devait achever sa mission en un an, mais le processus constitutionnel a été ralenti par un climat politique délétère, l'essor de groupes jihadistes armés et de multiples conflits sociaux.

Le nouveau gouvernement d'indépendants dirigé par Mehdi Jomaâ doit par ailleurs être formé d'ici samedi. Les islamistes d'Ennahdha, majoritaires à l'Assemblée, ont accepté de quitter le pouvoir pour laisser la place à un cabinet de technocrates jusqu'aux prochaines élections législatives et présidentielle, censées se tenir en 2014.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été tu&eacut[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers