Extension Factory Builder
24/01/2014 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les députés récitent un chapitre du Coran avant une séance à l'ANC, le 23 janvier 2014 à Tunis Les députés récitent un chapitre du Coran avant une séance à l'ANC, le 23 janvier 2014 à Tunis © AFP

L'Assemblée nationale constituante tunisienne procèdera samedi au vote d'adoption de la Constitution. Pour être entériné, le texte devra recueillir au moins deux tiers des voix des députés.

Plus de trois ans après la révolution contre Ben Ali, les députés de l'Assemblée nationale constituante (ANC) voteront samedi 25 janvier pour l'adoption de la Constitution. "Le vote aura lieu demain samedi", a indiqué Mofdi Mseddi, porte-parole de la Constituante, qui a achevé jeudi soir l'examen article par article du projet de loi fondamentale. L'heure du vote n'a toutefois pas encore été définie.

"Si la Constitution est adoptée en première lecture (à une majorité des) deux-tiers, la cérémonie de signature aura lieu lundi", a précisé la députée Karima Souid, assesseur chargée de l'Information. Pour être adopté, le projet doit obtenir les voix de 145 des 217 députés. Après quoi, le chef de l'État, le Premier ministre et le président de l'ANC la promulgueront.

>> Lire notre dossier spécial consacré à la Constitution tunisienne

Si cette majorité n'est pas atteinte, une deuxième lecture devra être organisée. Si le vote échoue une seconde fois, un référendum sera instauré. L'essentiel de la classe politique veut néanmoins éviter d'avoir à soumettre ce texte aux électeurs, afin de pouvoir organiser courant 2014 des législatives et l'élection présidentielle.

Formation du gouvernement Jomaâ d'ici samedi

Élue en octobre 2011, l'ANC devait achever sa mission en un an, mais le processus constitutionnel a été ralenti par un climat politique délétère, l'essor de groupes jihadistes armés et de multiples conflits sociaux.

Le nouveau gouvernement d'indépendants dirigé par Mehdi Jomaâ doit par ailleurs être formé d'ici samedi. Les islamistes d'Ennahdha, majoritaires à l'Assemblée, ont accepté de quitter le pouvoir pour laisser la place à un cabinet de technocrates jusqu'aux prochaines élections législatives et présidentielle, censées se tenir en 2014.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Leekens, sélectionneur de la Tunisie : 'Il faut suspendre cet arbitre pour sauver la CAN 2015'

Leekens, sélectionneur de la Tunisie : "Il faut suspendre cet arbitre pour sauver la CAN 2015"

Georges Leekens, sélectionneur de la Tunisie, demande la suspension de l'arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn pour "sauver" la CAN-2015, après la polémique sur le penalty égalisateur de l[...]

Tunisie-Guinée équatoriale : Pour la fédération tunisienne la décision de l'arbitre est un "viol"

Le chef de la délégation tunisienne en Guinée équatoriale, Hichem Ben Omrane, a évoqué en des mots très dur l'arbitrage de la rencontre Guinée équatoriale-Tunisie[...]

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

CAN 2015 : début des quarts, derby congolais et Tunisie-Guinée équatoriale

L'indécis derby entre Congo et RDC ouvre la phase des quarts de finale de la CAN-2015 samedi à Bata avant que la Tunisie ne se présente en favori face à la Guinée équatoriale[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140124180415 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140124180415 from 172.16.0.100