Extension Factory Builder
12/11/2013 à 16:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des immigrés emportent leurs affaires, le 12 novembre 2013 à Riyad. Des immigrés emportent leurs affaires, le 12 novembre 2013 à Riyad. © AFP

Des milliers d'Éthiopiens continuaient mardi à se rendre aux autorités saoudiennes. Ce mouvement de reddition a été provoqué par la mort de trois de leurs compatriotes dans la nuit de samedi à dimanche, lors de violences ayant émaillé une vaste campagne policière contre les immigrés illégaux.

Des milliers d'Africains, en majorité Éthiopiens, continuaient mardi 12 novembre à se rendre aux autorités d'Arabie saoudite, à la suite de violences mortelles survenues le week-end dernier en marge d'une vaste campagne policière contre les immigrés clandestins. Abandonnant le quartier de Manfouha, où se concentre l'immigration clandestine dans le sud de Riyad, la capitale saoudienne, des milliers de personnes attendaient leur tour pour être conduits en bus vers un centre de déportation.

"J'ai été obligé de vendre à bas prix une partie de mes meubles, et dans la précipitation, d'en abandonner d'autres", a confié avec désespoir un Éthiopien assis à même le sol parmi une foule d'hommes, de femmes et d'enfants. Un de ses compatriotes a lui assuré avoir des papiers en règle. "Certains parmi nous ont un titre de séjour légal, mais nos 'parrains' ont encaissé l'argent et se sont éclipsés", a-t-il dit, témoignant de la situation de plusieurs expatriés qui devaient changer de garant pour pouvoir être en conformité avec la loi.

Quelque 4 millions d'immigrés illégaux ont légalisé leur situation en trouvant des employeurs à même de devenir leur parrain, une procédure nécessaire pour vivre dans de nombreuses monarchies du Golfe. Ce système de parrainage, ou kafala en arabe, lie le titre de séjour des travailleurs étrangers aux employeurs parrains, dont l'accord écrit est nécessaire pour permettre à ces travailleurs de changer d'employeur ou de quitter le pays.

Violences mortelles

Mardi, des bus se relayaient à longueur de journée pour transporter ces immigrés vers des centres, près de la capitale, où les autorités se préparent à les déporter. Ces derniers jours, ces centres ont accueilli quelque 17 000 d'entre eux. Au total, la police a interpellé quelque 33 000 immigrés illégaux dans les différentes régions du royaume en une semaine.

La reddition des immigrés s'est accentuée à la suite d'émeutes dans la nuit de samedi à dimanche à Manfouha où, selon la police, deux personnes ont été tuées, dont un Saoudien. Le gouvernement éthiopien a lui fait état de la mort de trois de ses ressortissants dans des affrontements avec les policiers. "Le fait de tuer des civils innocents est injustifiable", a dénoncé le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

9 millions d'immigrés

L'Éthiopie avait annoncé début novembre qu'elle allait rapatrier ses citoyens vivant illégalement en Arabie Saoudite. De nombreux Éthiopiens émigrent chaque année vers le Moyen-Orient - notamment dans les monarchies du Golfe - à la recherche d'emplois, le plus souvent de domestiques.

Les autorités saoudiennes ont commencé à expulser massivement des clandestins après l'expiration, le 4 novembre, d'un délai de sept mois qui leur a été donné pour qu'ils régularisent leur situation ou quittent le riche royaume pétrolier. Plus de 900 000 étrangers en situation irrégulière ont déjà quitté le royaume depuis le début 2013. Les autorités estiment que cette politique devrait permettre de réduire le nombre d'immigrés, estimé à 9 millions sur quelque 27 millions d'habitants, pour favoriser l'emploi des Saoudiens.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Ethiopie

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Éthiopie : une plainte en vue contre la détention de neuf journalistes

L'avocat des journalistes et blogueurs éthiopiens arrêtés en avril a déclaré jeudi vouloir déposer une plainte contre leur détention sans inculpation. Plusieurs ONG ont[...]

L'Éthiopie en mode éthique et chic

Addis-Abeba, capitale de la mode ? Les designers locaux en rêvent. Et pour cause : entre tradition et matériaux "verts", certaines marques séduisent déjà les fashionistas.[...]

Éthiopie : WarkaWater, le piège à nuages

Inspiré du scarabée de Namibie, WarkaWater est un piège à rosée qui peut produire entre 20 et 30 litres d'eau potable par jour. Pour un coût (très) raisonnable.[...]

Éthiopie : 9 journalistes et blogueurs interpellés pour "activités criminelles graves"

La police éthiopienne a procédé mardi à l’arrestation de neuf journalistes et blogueurs, accusés "d’activité criminelle grave" par le gouvernement.[...]

Éthiopie, RDC et Angola dans la première tournée africaine de John Kerry

C'est par l'Éthiopie que John Kerry a entamé mardi soir sa première tournée africaine. Le périple du secrétaire d'État américain sur le continent se poursuivra ensuite en RDC[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Marathon de Paris : victoire et record de l'épreuve pour l'Éthiopien Bekele

Impressionnant d'aisance pour son premier marathon, l'Éthiopien Kenenisa Bekele a pris rendez-vous avec le record du monde en remportant dimanche l'exigeant marathon de Paris avec, à la clé, le record de [...]

Segenet Kelemu : "Le continent africain souffre d'un manque d'investissements dans la recherche"

Lauréate Afrique du Prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, la scientifique éthiopienne Segenet Kelemu espère que cette distinction lui permettra de "mettre en avant l'importance de la [...]

Éthiopie : le tweet pro-gay d'une ministre fait polémique

Lundi, un tweet de soutien aux homosexuels ougandais posté sur le compte d'une ministre éthiopienne a créé la polémique sur les réseaux sociaux. À peine publiés, les 140[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers