Extension Factory Builder
12/11/2013 à 16:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des immigrés emportent leurs affaires, le 12 novembre 2013 à Riyad. Des immigrés emportent leurs affaires, le 12 novembre 2013 à Riyad. © AFP

Des milliers d'Éthiopiens continuaient mardi à se rendre aux autorités saoudiennes. Ce mouvement de reddition a été provoqué par la mort de trois de leurs compatriotes dans la nuit de samedi à dimanche, lors de violences ayant émaillé une vaste campagne policière contre les immigrés illégaux.

Des milliers d'Africains, en majorité Éthiopiens, continuaient mardi 12 novembre à se rendre aux autorités d'Arabie saoudite, à la suite de violences mortelles survenues le week-end dernier en marge d'une vaste campagne policière contre les immigrés clandestins. Abandonnant le quartier de Manfouha, où se concentre l'immigration clandestine dans le sud de Riyad, la capitale saoudienne, des milliers de personnes attendaient leur tour pour être conduits en bus vers un centre de déportation.

"J'ai été obligé de vendre à bas prix une partie de mes meubles, et dans la précipitation, d'en abandonner d'autres", a confié avec désespoir un Éthiopien assis à même le sol parmi une foule d'hommes, de femmes et d'enfants. Un de ses compatriotes a lui assuré avoir des papiers en règle. "Certains parmi nous ont un titre de séjour légal, mais nos 'parrains' ont encaissé l'argent et se sont éclipsés", a-t-il dit, témoignant de la situation de plusieurs expatriés qui devaient changer de garant pour pouvoir être en conformité avec la loi.

Quelque 4 millions d'immigrés illégaux ont légalisé leur situation en trouvant des employeurs à même de devenir leur parrain, une procédure nécessaire pour vivre dans de nombreuses monarchies du Golfe. Ce système de parrainage, ou kafala en arabe, lie le titre de séjour des travailleurs étrangers aux employeurs parrains, dont l'accord écrit est nécessaire pour permettre à ces travailleurs de changer d'employeur ou de quitter le pays.

Violences mortelles

Mardi, des bus se relayaient à longueur de journée pour transporter ces immigrés vers des centres, près de la capitale, où les autorités se préparent à les déporter. Ces derniers jours, ces centres ont accueilli quelque 17 000 d'entre eux. Au total, la police a interpellé quelque 33 000 immigrés illégaux dans les différentes régions du royaume en une semaine.

La reddition des immigrés s'est accentuée à la suite d'émeutes dans la nuit de samedi à dimanche à Manfouha où, selon la police, deux personnes ont été tuées, dont un Saoudien. Le gouvernement éthiopien a lui fait état de la mort de trois de ses ressortissants dans des affrontements avec les policiers. "Le fait de tuer des civils innocents est injustifiable", a dénoncé le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

9 millions d'immigrés

L'Éthiopie avait annoncé début novembre qu'elle allait rapatrier ses citoyens vivant illégalement en Arabie Saoudite. De nombreux Éthiopiens émigrent chaque année vers le Moyen-Orient - notamment dans les monarchies du Golfe - à la recherche d'emplois, le plus souvent de domestiques.

Les autorités saoudiennes ont commencé à expulser massivement des clandestins après l'expiration, le 4 novembre, d'un délai de sept mois qui leur a été donné pour qu'ils régularisent leur situation ou quittent le riche royaume pétrolier. Plus de 900 000 étrangers en situation irrégulière ont déjà quitté le royaume depuis le début 2013. Les autorités estiment que cette politique devrait permettre de réduire le nombre d'immigrés, estimé à 9 millions sur quelque 27 millions d'habitants, pour favoriser l'emploi des Saoudiens.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Ethiopie

Libye : trois migrants 'livrés' à Daesh

Libye : trois migrants "livrés" à Daesh

Trois clandestins, contraints de partir d'Israël l'an passé pour éviter la prison, font partie du groupe de vingt-huit chrétiens d'Éthiopie assassinés par Daesh - notamment par d&eac[...]

Éthiopie : des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Addis Abeba contre l'État islamique

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mercredi à Addis Abeba en Éthiopie contre le groupe État islamique, trois jours après la diffusion d'une vidéo montrant[...]

L'Éthiopie sous le choc de l'assassinat de ses ressortissants chrétiens en Libye

Le Parlement éthiopien devait proclamer mardi dans la matinée le début de trois jours de deuil national à la mémoire des 30 chrétiens assassinés en Libye par l'État[...]

Dans une vidéo, l'EI assassine 28 hommes présentés comme des chrétiens éthiopiens

Le groupe terroriste État islamique (EI) a diffusé dimanche une nouvelle vidéo de propagande de 29 minutes se terminant par l'exécution d'au moins 28 hommes, présentés comme des[...]

Libye : une vidéo de l'EI montre des exécutions d'une trentaine de chrétiens éthiopiens

Le groupe Etat islamique (EI) a publié dimanche une vidéo montrant l'exécution d'une trentaine d'hommes, présentés comme des chrétiens éthiopiens, par des jihadistes en Libye.[...]

Le français BRL Ingénierie va mesurer l'impact du barrage de la Renaissance sur les eaux du Nil

Le cabinet d'études français BRL Ingénierie a été choisi pour mesurer l'impact de la construction du barrage Grande Renaissance sur les ressources en eau du Nil, a appris "Jeune[...]

Répartition des eaux du Nil : on ne fait plus de vagues

Fini la discorde entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan. Ce lundi 23 mars, les trois pays ont signé un accord de principe pour la construction du barrage éthiopien Grande renaissance.[...]

Visite inédite d'un Premier ministre éthiopien à Djibouti

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn était à Djibouti du 6 au 9 février. Cette première visite d'État d’un chef de gouvernement éthiopien en terre djiboutienne[...]

Chine-Afrique : Pékin nomme son premier chef de mission auprès de l'UA

Le diplomate chinois Kuang Weiling a été nommé jeudi chef de sa mission permanente auprès de l'Union africaine (UA). Il prendra ses fonctions durant la deuxième moitié de février,[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131112164759 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131112164759 from 172.16.0.100