Extension Factory Builder
11/11/2013 à 15:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats de la Fomac en patrouille à Bangui, le 7 octobre 2013. Des soldats de la Fomac en patrouille à Bangui, le 7 octobre 2013. © AFP

Près de 3 000 militaires étrangers sont actuellement présents sur le territoire centrafricain pour aider à la stabilisation du pays. Ils sont tchadiens, congolais, burundais, gabonais, équato-guinéens ou encore français.

Près de trois mois après la prestation de serment du président de la transition, Michel Djotodia, la situation sécuritaire reste des plus précaires en Centrafrique. Dimanche 10 novembre en fin de journée, dans le 5e arrondissement de la capitale Bangui, un caporal de l'ex-garde de l'ancien président François Bozizé a été mortellement blessé par balle, lors d'un affrontement avec un ex-élément de la coalition Séléka. D'autres personnes ont été blessées.

>>> À lire aussi : Fusillade mortelle entre ex-rebelles de la Séléka près de Bangui

Pour tenter de stabiliser le pays, ses principaux partenaires de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) ont chacun déployé des troupes. Regroupés au sein de la Force multinationale de l'Afrique centrale (Fomac), crée en 2008, ces contigents forment le gros des 3 000 militaires étrangers présents sur le territoire centrafricain. En janvier, c'est cette force qui avait provisoirement stoppé l'avancée des rebelles de la Séléka vers Bangui. Elle est commandée par un Gabonais, le général Jean-Félix Akaga.

Carte des troupes étrangères déployées

(Cliquez sur les icônes pour lire les textes)

Initialement composée de quelques centaines d'hommes, la Fomac a été progressivement renforcée dès le début de l'offensive de la Séléka, en décembre 2012. Ses effectifs sont aujourd'hui d'environ 2 600 hommes. Ils seront rejoints dans les prochains jours par 450 militaires burundais (principalement des éléments d'infanterie équipés par la CEEAC), avant que 400 Camerounais et deux unités mixtes (une aérienne et une de génie) ne viennent la renforcer.

Basée à Bangui, elle effectue des missions ponctuelles à l'intérieur des terres, comme lors des affrontements sanglants de Bossangoa et Bouar, dans le nord-ouest du pays. En octobre, une compagnie mixte de 120 soldats composée de Tchadiens, de Gabonais et de Congolais, a également été déployée à Bangassou (Sud) pour tenter de réduire les tensions entre jeunes chrétiens, jeunes musulmans et membres de la Séléka.

Les troupes de la Fomac

Tchad : 800 militaires accompagnés de 50 policiers
Congo-Brazzaville : 500 militaires
RDC : 50 policiers
Cameroun : 500 militaires (1 élément de gendarmerie et 2 compagnies militaires)
Guinée-équatoriale : 200 militaires
Gabon : 500 militaires

Le 19 décembre, cette force sera remplacée par la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca). Ses effectifs devraient atteindre 3 650 personnes, dont 3 500 en uniforme. Les prémices du concept de l'opération, son mandat et son financement ont été abordés à Addis-Adeba, où officiers de la CEEAC, de l'Union africaine et des experts internationaux se sont réunis début octobre. Le commandement militaire a été attribué au général camerounais Tumenta Chomu Martin.

Aux avant-postes sur le plan diplomatique, la France est également présente militairement. 450 soldats prennent en charge la sécurisation de l’aéroport M’Poko de Bangui, la surveillance des points d’intérêts français et la sécurité des ressortissants. Depuis le 30 octobre, son commandement est assuré par le colonel Vincent Tassel, chef de corps du 8e régiment parachutiste d’infanterie de marine (8e RPIMa). Ce contingent pourrait être étoffé pour atteindre 700 à 1 000 soldats d'ici à la fin de l'année. Mais son rôle devrait se borner à une aide logistique et de renseignement.

Enfin, des soldats de l'ONU viendront prochainement s'ajouter aux troupes de la Fomac et de l'armée française. Une unité de 250 Casques bleus va être déployée à Bangui pour protéger le personnel et les installations du Binuca (Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en RCA). Dans une deuxième phase, ces effectifs passeront à 560 hommes afin de se déployer progressivement à l'extérieur de la capitale. Certains espèrent que cette mesure conduira à terme à l’envoi d’une mission de maintien de la paix.
________

Par Vincent Duhem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Centrafrique : Bozizé et Djotodia s'apprêtent à rentrer dans le rang de la transition

Michel Djotodia et François Bozizé s'apprêtent à signer, mercredi ou jeudi, une déclaration commune dans laquelle les deux anciens présidents centrafricains assurent s'inscrire dans le[...]

Cartographie - Centrafrique : le difficile redéploiement de l'administration

Alors que les élections présidentielle et législatives sont censées se tenir avant août, l’administration se redéploie difficilement en Centrafrique. Les détails,[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Centrafrique : deux morts dans des violences intercommunautaires à Bangui

Deux personnes de confession musulmane ont été tuées lors de violences intercommunautaires à Bangui où régnait dimanche une vive tension dans certains quartiers, a-t-on appris de source[...]

Centrafrique : l'immunité diplomatique du ministre Romaric Vomitiadé, accusé de viol, est levée

La présidente Catherine Samba Panza a levé vendredi l'immunité diplomatique du ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé. Celui-ci est accusé d'avoir violé une jeune fille de[...]

Centrafrique : le ministre des Sports, Armel Sayo, libéré après 16 jours de captivité

Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a été libéré dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 février. Il avait été[...]

Centrafrique : les forces internationales chassent l'ex-Séléka des bâtiments officiels de Bria

Selon un communiqué de la Minusca, des combats ont opposé mardi matin les forces internationales à des combattants de l'ex-rébellion de la Séléka, dans le centre-est de la Centrafrique.[...]

Afrique - France : la nouvelle tactique du gendarme

François Hollande vient de le réaffirmer en conférence de presse, jeudi 5 janvier : en matière de lutte contre le terrorisme international, "la France prendra ses responsabilité, mais pas[...]

Centrafrique : pourquoi les négociations pour la libération d'Armel Sayo piétinent

Cela fait maintenant près de dix jours qu'Armel Sayo, ministre de la Jeunesse et des Sports, est détenu par des membres d'une milice anti-balaka. Les négociations pour obtenir sa libération bloquent [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131108170536 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131108170536 from 172.16.0.100