Extension Factory Builder
11/11/2013 à 15:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats de la Fomac en patrouille à Bangui, le 7 octobre 2013. Des soldats de la Fomac en patrouille à Bangui, le 7 octobre 2013. © AFP

Près de 3 000 militaires étrangers sont actuellement présents sur le territoire centrafricain pour aider à la stabilisation du pays. Ils sont tchadiens, congolais, burundais, gabonais, équato-guinéens ou encore français.

Près de trois mois après la prestation de serment du président de la transition, Michel Djotodia, la situation sécuritaire reste des plus précaires en Centrafrique. Dimanche 10 novembre en fin de journée, dans le 5e arrondissement de la capitale Bangui, un caporal de l'ex-garde de l'ancien président François Bozizé a été mortellement blessé par balle, lors d'un affrontement avec un ex-élément de la coalition Séléka. D'autres personnes ont été blessées.

>>> À lire aussi : Fusillade mortelle entre ex-rebelles de la Séléka près de Bangui

Pour tenter de stabiliser le pays, ses principaux partenaires de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) ont chacun déployé des troupes. Regroupés au sein de la Force multinationale de l'Afrique centrale (Fomac), crée en 2008, ces contigents forment le gros des 3 000 militaires étrangers présents sur le territoire centrafricain. En janvier, c'est cette force qui avait provisoirement stoppé l'avancée des rebelles de la Séléka vers Bangui. Elle est commandée par un Gabonais, le général Jean-Félix Akaga.

Carte des troupes étrangères déployées

(Cliquez sur les icônes pour lire les textes)

Initialement composée de quelques centaines d'hommes, la Fomac a été progressivement renforcée dès le début de l'offensive de la Séléka, en décembre 2012. Ses effectifs sont aujourd'hui d'environ 2 600 hommes. Ils seront rejoints dans les prochains jours par 450 militaires burundais (principalement des éléments d'infanterie équipés par la CEEAC), avant que 400 Camerounais et deux unités mixtes (une aérienne et une de génie) ne viennent la renforcer.

Basée à Bangui, elle effectue des missions ponctuelles à l'intérieur des terres, comme lors des affrontements sanglants de Bossangoa et Bouar, dans le nord-ouest du pays. En octobre, une compagnie mixte de 120 soldats composée de Tchadiens, de Gabonais et de Congolais, a également été déployée à Bangassou (Sud) pour tenter de réduire les tensions entre jeunes chrétiens, jeunes musulmans et membres de la Séléka.

Les troupes de la Fomac

Tchad : 800 militaires accompagnés de 50 policiers
Congo-Brazzaville : 500 militaires
RDC : 50 policiers
Cameroun : 500 militaires (1 élément de gendarmerie et 2 compagnies militaires)
Guinée-équatoriale : 200 militaires
Gabon : 500 militaires

Le 19 décembre, cette force sera remplacée par la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca). Ses effectifs devraient atteindre 3 650 personnes, dont 3 500 en uniforme. Les prémices du concept de l'opération, son mandat et son financement ont été abordés à Addis-Adeba, où officiers de la CEEAC, de l'Union africaine et des experts internationaux se sont réunis début octobre. Le commandement militaire a été attribué au général camerounais Tumenta Chomu Martin.

Aux avant-postes sur le plan diplomatique, la France est également présente militairement. 450 soldats prennent en charge la sécurisation de l’aéroport M’Poko de Bangui, la surveillance des points d’intérêts français et la sécurité des ressortissants. Depuis le 30 octobre, son commandement est assuré par le colonel Vincent Tassel, chef de corps du 8e régiment parachutiste d’infanterie de marine (8e RPIMa). Ce contingent pourrait être étoffé pour atteindre 700 à 1 000 soldats d'ici à la fin de l'année. Mais son rôle devrait se borner à une aide logistique et de renseignement.

Enfin, des soldats de l'ONU viendront prochainement s'ajouter aux troupes de la Fomac et de l'armée française. Une unité de 250 Casques bleus va être déployée à Bangui pour protéger le personnel et les installations du Binuca (Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en RCA). Dans une deuxième phase, ces effectifs passeront à 560 hommes afin de se déployer progressivement à l'extérieur de la capitale. Certains espèrent que cette mesure conduira à terme à l’envoi d’une mission de maintien de la paix.
________

Par Vincent Duhem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la Centr[...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, l'ensemble des groupes armés de la crise centrafricaine était représenté.[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers