Extension Factory Builder
14/10/2013 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wadii Essafi était né en 1921 dans une famille chrétienne du Liban. Wadii Essafi était né en 1921 dans une famille chrétienne du Liban. © DR

Le chanteur libanais Wadii Essafi est décédé à Beyrouth à l'êge de 62 ans. Il était la dernière grande figure historique de la chanson arabe.

Le rossignol du Liban ne chantera plus, au grand dam des mélomanes. Wadii Essafi (de son vrai nom Nahid Francis) a rendu l'âme, vendredi 11 octobre, chez son fils Tony à Mansourieh, dans les faubourgs de Beyrouth. Il avait 92 ans. Considéré à juste titre comme l'une des montagnes du Liban, l'immense chanteur avait une voix exceptionnelle saluée en son temps par le grand Mohamed Abdelwahab. Né en 1921 dans une famille chrétienne, il fut initié aux chants montagnards, aux "atabas" et "mawawils" dès son plus jeune âge.

Il fera plus tard la connaissance des frères Rahabani, de Philmon Wahbi ou de Halim Erroumi, donnant naissance à des chansons inoubliables. Il recourut également aux services de Farid Latrache et de Abdelwahab qui lui composèrent respectivement "Aalallah" et "Aandek bahria". Il excellait aussi dans les duos mémorables avec Fayrouz, Sabah, Najwa Karam et, à Carthage, avec le Tunisien Mohamed Jebali.

Sillonnant les cinq continents depuis 50 ans pour propager sa musique, Wadii Essafi avait des passeports libanais, égyptien, français et brésilien (les trois derniers offerts par leurs États respectifs) pour ses services à la culture. Il était détenteur aussi d'un bouquet de décorations présidentielles, dont l'une émanait du "Combattant suprême" (Habib Bourguiba), comme il aimait lui-même l'appeler. Son péché mignon était le couscous à la tète de mérou. Le dernier dinosaure de la chanson arabe nous quitte mais ne nous laisse pas seuls : il nous lègue... 3 000 chansons !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète d[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Arabie Saoudite : #JeSuisRaif Badawi, un hashtag contre l'obscurantisme

Avec #JeSuisRaif, une mobilisation d'ampleur en faveur de la libération du blogueur saoudien Raif Badawi s'est engagée sur internet. Décryptage de cette mobilisation en ligne.[...]

Yémen : que contient l'accord entre le président et les miliciens chiites qui occupent Sanaa ?

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les miliciens chiites ont conclu mercredi soir un accord qui prévoit le retrait des rebelles des secteurs clés de la capitale, en échange de concessions sur le[...]

Yémen : qui sont les Houthi, les miliciens chiites qui ont pris le contrôle de Sanaa ?

Les miliciens chiites houthi se sont emparés mardi du palais présidentiel à Sanaa, la capitale du Yémen. Menés par Abdel Malek al-Houthi, ils menacent désormais le sud du pays.[...]

François Hollande : "Les musulmans sont les premières victimes du fanatisme" dans le monde

Le président français a prononcé jeudi matin un discours lors de l’ouverture d’un forum consacré aux "Renouveaux du monde arabe", à l’Institut du monde arabe (IMA),[...]

Arabie saoudite : "Je suis Raef Badaoui", trois questions sur une injustice

Condamné en mai 2014 pour avoir critiqué les autorités religieuses d'Arabie saoudite, Raef Badaoui a été fouetté en public le 9 janvier. Une flagellation qui sera renouvelée chaque[...]

Cinéma : une femme sous les bombes

Eau argentée, le documentaire du Syrien Ossama Mohammed, doit beaucoup aux images tournées à Homs par sa coréalisatrice, Wiam Simav Bedirxan. Rencontre à Paris.[...]

Israël ne permettra pas que ses soldats soient "traînés" devant la CPI

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche qu'Israël s'opposerait à toute poursuite de ses soldats par la Cour pénale internationale (CPI), à laquelle les Palestiniens viennent de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131014114713 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131014114713 from 172.16.0.100