Extension Factory Builder
14/10/2013 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wadii Essafi était né en 1921 dans une famille chrétienne du Liban. Wadii Essafi était né en 1921 dans une famille chrétienne du Liban. © DR

Le chanteur libanais Wadii Essafi est décédé à Beyrouth à l'êge de 62 ans. Il était la dernière grande figure historique de la chanson arabe.

Le rossignol du Liban ne chantera plus, au grand dam des mélomanes. Wadii Essafi (de son vrai nom Nahid Francis) a rendu l'âme, vendredi 11 octobre, chez son fils Tony à Mansourieh, dans les faubourgs de Beyrouth. Il avait 92 ans. Considéré à juste titre comme l'une des montagnes du Liban, l'immense chanteur avait une voix exceptionnelle saluée en son temps par le grand Mohamed Abdelwahab. Né en 1921 dans une famille chrétienne, il fut initié aux chants montagnards, aux "atabas" et "mawawils" dès son plus jeune âge.

Il fera plus tard la connaissance des frères Rahabani, de Philmon Wahbi ou de Halim Erroumi, donnant naissance à des chansons inoubliables. Il recourut également aux services de Farid Latrache et de Abdelwahab qui lui composèrent respectivement "Aalallah" et "Aandek bahria". Il excellait aussi dans les duos mémorables avec Fayrouz, Sabah, Najwa Karam et, à Carthage, avec le Tunisien Mohamed Jebali.

Sillonnant les cinq continents depuis 50 ans pour propager sa musique, Wadii Essafi avait des passeports libanais, égyptien, français et brésilien (les trois derniers offerts par leurs États respectifs) pour ses services à la culture. Il était détenteur aussi d'un bouquet de décorations présidentielles, dont l'une émanait du "Combattant suprême" (Habib Bourguiba), comme il aimait lui-même l'appeler. Son péché mignon était le couscous à la tète de mérou. Le dernier dinosaure de la chanson arabe nous quitte mais ne nous laisse pas seuls : il nous lègue... 3 000 chansons !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Droit des femmes : le marathon des Saoudiennes

Droit des femmes : le marathon des Saoudiennes

Les jeunes Saoudiennes vont peut-être pouvoir pratiquer du sport à l'école publique. C'est en tout cas la recommandation faite par le Majlis el-Choura au ministère de l'Éducation, le 8 avril.[...]

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Doha dans le viseur de l'Arabie saoudite

Exaspérées par l'activisme politique du Qatar, les pétromonarchies de la région, Arabie saoudite en tête, multiplient les mesures de représailles contre le petit émirat[...]

France : les jeunes candidats au jihad sont-ils les victimes d'une "dérive sectaire" ?

Le salafisme jihadiste s'apparente-t-il à une dérive sectaire, à une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? Devant la multiplication des cas de jeunes-filles en rupture sociale et[...]

Séfarade blues : Israël et la question des réparations pour les Juifs chassés du monde arabe

Instrumentalisée par certains, la question de l'indemnisation des Juifs orientaux chassés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient ravive de vieux contentieux. Pas seulement avec le monde arabe.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers