Extension Factory Builder
11/10/2013 à 17:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre algérien des Affaires étrangères. Le ministre algérien des Affaires étrangères. © AFP

Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères algérien et ancien commissaire au Conseil paix et sécurité de l'Union africaine.

Jeune Afrique : ce sommet extraordinaire organisé les 11 et 12 octobre a pour but de reconsidérer la position de l'Afrique vis-à-vis de la Cour pénale internationale (CPI). Que lui reprochez-vous ?

Le sentiment qui se dégage de cette rencontre est que l'Afrique, de loin, préfère une CPI qui s'amende, une CPI qui répond favorablement aux critiques constructives et légitimes, notamment de ses États membres, qui fournit un contingent important (34 pays membres sont africains, NDLR) ; plutôt qu'une CPI qui continuerait d'ignorer toutes les demandes des états membres, et qui continuerait d'ignorer aussi le sentiment général dans les opinions publiques africaines. La CPI est d'une certaine manière un tribunal du Nord contre le Sud. Il faut amender ce qui doit être amendé, soit dans le statut de Rome, soit dans le règlement intérieur, soit dans les méthodes de travail, afin que demain, nous puissions opérer une réconciliation entre la CPI et l'Afrique. L'Afrique est toujours pour la réconciliation. Ça fait partie de notre culture.

>> À lire : Portfolio interactif : la CPI, 15 ans et 29 Africains en ligne de mire

Cette rencontre pourrait aboutir à un retrait de certains États de la CPI. Est-ce la porte ouverte à l'impunité ?

Fondamentalement, le message est que l'Afrique a longtemps souffert de l'injustice. Nous sommes certainement le dernier continent à vouloir affaiblir la Cour pénale internationale et certainement le dernier à vouloir promouvoir l'impunité. L'Afrique est tout à fait en faveur de la lutte contre l'impunité ; c'est d'ailleurs inscrit dans l'acte constitutif de l'Union africaine. Et l'Union africaine est la seule institution internationale à avoir une telle disposition.

Hailemariam Desalegn, Premier ministre éthiopien et président de l’Union africaine a reproché à la CPI d'entamer une "chasse raciale". Est-ce un état de fait, selon vous ?

À côté de la CPI, il y a cette pratique de la compétence universelle. C'est-à-dire des tribunaux européens, appliquant les dispositions de leur droit interne, s'autorisant à procéder à des enquêtes criminelles, voire même des procès contre des personnalités africaines. Et ce sur la base de plaintes d'opposants qui accusent telle personnalité, non pas d'avoir commis un acte répréhensible, mais d'avoir assumé, à une période donnée de l'histoire de son pays, une responsabilité gouvernementale. C'est pousser le bouchon un peu trop loin ! C'est ignorer la souveraineté de nos pays. Cette juridiction ne s'est jamais exercée contre un dirigeant d'un pays développé...

________

Propos recueillis par Justine Boulo, à Addis-Abeba.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131011172740 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131011172740 from 172.16.0.100