Extension Factory Builder
20/09/2013 à 17:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako, à Paris, le 19 juin 2013. Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako, à Paris, le 19 juin 2013. © JA

Trente-quatre morts. C'est le triste bilan des inondations qui ont frappé Bamako, le 28 août dernier. La faute à des pluies torrentielles mais également, selon les habitants, à un problème d'urbanisation qui n'a rien de nouveau. Constructions en zones inondables, spéculation immobilière, corruption des élus… Jeune Afrique a demandé au maire de la commune V de Bamako, Boubacar Bah, présent à Paris pour le forum "Convergences 2015", de s'exprimer sur les inquiétudes et la colère des Bamakois.

Les pluies torrentielles et les inondations meurtrières du 28 août dernier ont réveillé la colère des habitants de la capitale malienne. Dès le lendemain de la montée des eaux, Gaoussou Traoré, un habitant de Taliko, a ainsi mis en cause, répondant aux questions de l’AFP, la spéculation foncière et des pratiques véreuses de certains responsables municipaux qui ont vendu des terrains à usage d’habitation jusque dans des lits de marigots.

Les élus bamakois sont-ils responsables du désastre ? Non, se défend Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako et président de l'Association des municipalités du Mali : "Là où il y a eu des inondations fortes, ce sont des quartiers qui ont été aménagés après le coup d'État de 1968. Nous payons un laxisme d'État qui a duré plus de trente ans (…), il faut rendre à César ce qui appartient à César", explique l'élu de l'Adema.

"Ceux qui sont arrivés au pouvoir en 1968 n'avaient aucune vision en terme d'urbanisation et nous le payons toujours", avance-t-il, appelant les pouvoirs publics à prendre leur responsabilité pour lutter contre le système de corruption généralisé. "Il ne faut pas faire des élus des boucs émissaires", assure-t-il, "que fait-on des autres ? Des fonctionnaires et des entrepreneurs qui travaillent avec eux ?" Et de conclure : "C'est au pouvoir central de mettre de l'ordre dans ce système puis de donner les moyens aux collectivités territoriales d'assurer le développement du pays en décentralisant et en redistribuant correctement les ressources." Le nouveau président, Ibrahim Boubacar Keïta, a du pain sur la plance...

>> Voir l'interview vidéo de Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako et président de l'Association des municipalités du Mali :


Boubacar Bah : "Pour la corruption, nous... par Jeuneafriquetv

Par Mathieu OLIVIER

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers