Extension Factory Builder
20/09/2013 à 17:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako, à Paris, le 19 juin 2013. Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako, à Paris, le 19 juin 2013. © JA

Trente-quatre morts. C'est le triste bilan des inondations qui ont frappé Bamako, le 28 août dernier. La faute à des pluies torrentielles mais également, selon les habitants, à un problème d'urbanisation qui n'a rien de nouveau. Constructions en zones inondables, spéculation immobilière, corruption des élus… Jeune Afrique a demandé au maire de la commune V de Bamako, Boubacar Bah, présent à Paris pour le forum "Convergences 2015", de s'exprimer sur les inquiétudes et la colère des Bamakois.

Les pluies torrentielles et les inondations meurtrières du 28 août dernier ont réveillé la colère des habitants de la capitale malienne. Dès le lendemain de la montée des eaux, Gaoussou Traoré, un habitant de Taliko, a ainsi mis en cause, répondant aux questions de l’AFP, la spéculation foncière et des pratiques véreuses de certains responsables municipaux qui ont vendu des terrains à usage d’habitation jusque dans des lits de marigots.

Les élus bamakois sont-ils responsables du désastre ? Non, se défend Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako et président de l'Association des municipalités du Mali : "Là où il y a eu des inondations fortes, ce sont des quartiers qui ont été aménagés après le coup d'État de 1968. Nous payons un laxisme d'État qui a duré plus de trente ans (…), il faut rendre à César ce qui appartient à César", explique l'élu de l'Adema.

"Ceux qui sont arrivés au pouvoir en 1968 n'avaient aucune vision en terme d'urbanisation et nous le payons toujours", avance-t-il, appelant les pouvoirs publics à prendre leur responsabilité pour lutter contre le système de corruption généralisé. "Il ne faut pas faire des élus des boucs émissaires", assure-t-il, "que fait-on des autres ? Des fonctionnaires et des entrepreneurs qui travaillent avec eux ?" Et de conclure : "C'est au pouvoir central de mettre de l'ordre dans ce système puis de donner les moyens aux collectivités territoriales d'assurer le développement du pays en décentralisant et en redistribuant correctement les ressources." Le nouveau président, Ibrahim Boubacar Keïta, a du pain sur la plance...

>> Voir l'interview vidéo de Boubacar Bah, maire de la commune V de Bamako et président de l'Association des municipalités du Mali :


Boubacar Bah : "Pour la corruption, nous... par Jeuneafriquetv

Par Mathieu OLIVIER

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers